AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I can hear the sirens ◊ Klaus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 12:46

<
Klaus Oliver Maybird
«Life was like an abacus I played with, counting every win and fail »

Nom : Maybird Prénom : Klaus, Oliver Date/lieu de naissance : le dix février 1996, Lorwels Age : vingt et un ans Nationalité/origines : Anglais, purement et simplement Statut civil : célibataire Orientation sexuelle : bisexuel Métier/études : étudiant en journalisme Situation financière : au-dessus de la moyenne Traits de caractère : (trop) curieux ; travailleur ; obéissant ; fêtard ; têtu ; cachottier ; résigné ; peu scrupuleux ; juge beaucoup sur les premières impressions ; calme ; voyeur Groupe : watchers Avatar : Adam Gallagher Crédits : Tumblr
Depuis quand es-tu sur NERVE ? Qu'est-ce qui t'a poussé à t'inscrire au jeu ?
L'ennui. Après tout, c'est bien connu, la plupart des jeunes s'ennuient. En plus de ça, il y a toutes les conversations autour de ce jeu, les débats et la mode ; des éléments qui, évidemment, attisent la curiosité de ceux qui ne jouent pas. J'ai longtemps voulu résister, me disant que ce n'était pas fait pour moi, qu'il fallait déjà tomber bien bas pour s'intéresser à ce genre de jeux, mais au fond de moi j'avais toujours eu l'envie latente d'essayer. Juste pour voir. Puis, je me suis dit que, en tant que futur journaliste, je ne pouvais pas rester ignorant sur un sujet qui serait probablement la source principale des faits divers des prochains mois. Cela fait maintenant une demi-année environ que je joue... Mais juste pour voir.

Que penses-tu des doutes planant sur le jeu ?
Les doutes, selon moi, ne devraient pas en être. Les dangers qui peuvent découler de NERVE sont réels. Ils font partie intégrante de son intérêt, de l'excitation, et à ce titre ils ne sont pas à prendre à la légère. Je pense que la majorité des joueurs en sont conscients, mais qu'ils minimisent l'affaire - soit pour ne pas avoir trop peur et se rassurer, soit pour montrer que rien ne leur fait peur.
Quant à qui est derrière NERVE, le temps nous le dira sûrement. Dans cette ère ultramédiatisée, un secret aussi gros que celui-ci ne pourra pas rester inviolé longtemps - et il s'agirait plutôt d'un scoop d'enfer pour le journaliste qui dégotterait cette information.

Pseudo : Jumanji Âge : vingt ans    Fréquence de connexion : Ca dépendra des semaines, mais disons cinq jours sur sept   Avis sur le forum ugly as fuck   Je suis un plaisantin Y a juste que je trouve que les images sur le header sont rikiki mais bon, les headers, je m'en fous un peu  Comment l'avez-vous connu : Bazzart Autre chose : une fleur 🌹
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 12:47

Speechless
« There are violets in your eyes There are guns that blaze around you »


La Carpe

On l'avait surnommé la Carpe durant toutes ses années à l'école primaire, dans le dos des maîtresses. Ses camarades de classe avaient appris l'expression "muet comme une carpe" et avaient trouvé approprié d'affubler Klaus de ce sobriquet, comme un animal-totem. Cruauté enfantine ou blague de mauvais goût ? Ses parents lui avaient assuré que c'était un signe flagrant qu'il avait sa place à l'école et qu'on le reconnaissait dans sa particularité.
Personne n'avait jamais entendu le son de la voix de la Carpe, et pour cause : Klaus était privé de l'usage de la parole. C'était congénital, rien à voir avec un traumatisme ou un révolte enfantine. Aucun mot n'avait jamais pu traverser ses lèvres. Des grognements, des couinements, des sifflements : oui. Des mots : non. Ses parents l'avaient placé dans une école normale, pas dans un institut pour sourds et muets, car "ils ne voulaient pas l'isoler des autres enfants". Ni le mettre en marge, ni amplifier déraisonnablement la gravité de son handicap.
Klaus s'accommodait plutôt pas mal de sa situation, ou plutôt il la vivait avec philosophie, sachant qu'il ne pourrait rien y changer. Il signait ce qu'il voulait dire et, à ceux qui ne le comprenaient pas, il écrivait des abréviations dans un calepin qu'il portait toujours sur lui. Certains enfants ne prenaient même pas la peine de les lire et lui demandaient à la place d'articuler ce qu'il voulait dire et d'essayer de parler plus fort. Les gamins dans ce genre, la Carpe cessait de s'y intéresser et de tenter de nouer un contact. Il serait exagéré de dire qu'il était rejeté et qu'il n'avait pas d'amis - c'est faux. Il en avait, un certain nombre même, en partie grâce à la légère pitié qu'il provoquait chez eux.

Le Rat

Il aimait passer du temps à la bibliothèque, il s'y sentait à sa place. Le royaume des mots écrits et du silence, où tout le monde, à défaut de parler, s'échangeait des griffonnages sur des bouts de papier pliés en cinq. Klaus était dans son élément, avec l'impression que tous les élèves qui venaient étudier dans cette pièce se calquaient sur le même modèle que lui. Il passait énormément de temps entre les rayonnages, généralement tous les jours jusqu'à la fermeture.
Ses parents commencèrent à penser qu'il fuyait la maison. Ils se disaient que tous les adolescents ressentaient à ce moment charnière un besoin d'indépendance, et même s'ils voulaient croire que Klaus n'était pas comme ça, que son handicap l'attachait à eux, ils doutaient. Par conséquent, ils le retenaient davantage, inventant des sorties familiales à la moindre occasion. Les Maybird avaient toujours passé énormément ensemble et Klaus aimait plus que tout sa famille, mais il interprétait ces initiatives comme des prises en otage et cela lui donnait encore plus l'envie de se terrer seul dans ses bouquins.

La Chauve-Souris

Cette phase de sa vie, entièrement consacrée à la lecture, ne dura cependant que deux ans environ - une durée suffisante pour couper tous les liens avec ses amis, puisqu'il ne donnait plus de nouvelles et ne répondait jamais présent. Puis, petit à petit, il renoua avec le monde extérieur qu'il avait laissé derrière lui et remarqua à quel point le silence avait gouverné sa vie. Il s'était senti trop différent de la majorité des gens et n'avait rien mis en place pour passer au-delà de cette impression. C'était paradoxal, ce qui avait attiré ses amis vers lui en primaire lui avait fait tourner le dos à tout le monde, un peu par prétention peut-être. Il avait perdu le sentiment d'être intégré, alors que ses parents avaient tout fait pour lui faire comprendre l'inverse.
Après un trop plein de silence et de temps passé seul, il avait besoin de connaître autre chose. En réalité, il passa les deux années suivantes en opposition avec les deux précédentes : il ne fréquentait plus la bibliothèque (sauf obligations scolaires, car il n'était pas devenu un cancre pour autant), mais passait au moins trois soirées par semaine dans des endroits de préférence bruyant, avec ses amis (des anciens avec qui il avait renoué, et des nouveaux qu'il avait rencontré grâce aux premiers). Il n'était cependant pas encore assez franc pour répondre aux avances que lui faisaient certaines femmes, ni pour draguer par lui-même. Ces sorties, à l'issue desquelles ses amis étaient presque aussi aphones que lui, rassuraient encore moins ses parents que sa passion pour la bibliothèque : il rentrait plus tard que d'habitude, visiblement pas à cause de son travail. Et si, en plus de s'éloigner d'eux, il était en perdition complète dans sa vie ?

Le Chien

Ses parents avaient fini par lui interdire de sortir. A son âge, c'était un peu gênant, et ses amis ne cessaient de lui faire remarquer, de l'encourager à se révolter. Mais Klaus avait toujours eu le plus grand respect pour ses parents et n'avait pas pour habitude de leur désobéir. Ainsi, jamais il ne fit le mur pour passer outre sa punition, jamais il ne fit abusivement les tâches ménagères pour que la sanction soit levée. Il subissait juste son enfermement comme il s'était accommodé de son mutisme : avec philosophie, tel un bon toutou obéissant. Sauf que dans ce cas-ci, contrairement à son handicap, il savait que la situation allait prendre fin.

La Fouine

C'est pendant ce temps de repli sur soi dans sa maison - il ne sortait plus que pour l'école et des sorties familiales beaucoup plus espacées - qu'il découvrit le monde fascinant de la presse écrite. Il avait lu depuis toujours des romans, mais était resté très éloigné des journaux. Par forcément par dégoût du monde qui y était décrit dans sa noirceur et ses méfaits, mais plus par désintérêt. Il n'aurait su dire ce qui l'avait poussé à ouvrir un journal pour la première fois, mais toujours est-il qu'il le lit avec une attention qu'il n'aurait jamais cru possible. Se développa alors en lui cette fascination pour la vie des gens, exposée soudainement aux yeux de tous. Il passait aux cribles tous les articles possibles et imaginables, pour en arriver à la conclusion que lui aussi, il voulait aller fouiner dans les sales secrets des gens pour les révéler au grand jour. Sa vocation de journaliste était née et lui semblait d'autant plus logique qu'il avait passé sa vie à écrire sur un calepin. Evidemment, ce qu'il notait alors n'avait rien à voir avec un article journalistique, mais il pensait avoir déjà acquis ainsi le réflexe premier du journaliste. C'est ainsi qu'il commença des études en journalisme.
Il avait cependant un goût pour le spectaculaire qui était critiqué par les membres de la profession, les "vrais journalistes; un goût proche des journaux gratuits dont la Une exposait les horreurs de la veille en grosses lettres rouges sanguinolentes et en superlatifs effroyables. Pourtant, c'était raconter ces choses si mal vues qui intéressait Klaus, le plaisir de plonger les mains dans la boue bien épaisse pour en extraire un beau scoop glauque, aux couleurs du sang et de l'argent sale, sans vraiment se soucier de l'éthique ou de la déontologie.

Le Corbeau

Cette passion dériva, s'aggrava pour ainsi dire, lorsqu'il fut confronté à NERVE. Il ne voulut pas s'y intéresser au départ, mais une curiosité un peu morbide l'y poussait, cette même curiosité qui le motivait à lire une dizaine de fois les faits divers les plus scabreux, cachés dans les colonnes serrées des journaux. C'est pour cela qu'il s'est inscrit comme Watcher, trop lâche pour se mettre au centre de l'attention, dans le feu de l'action, et trop avide d'observation pour renoncer à cette place de choix. Klaus était loin de se douter à quel point il aimerait envoyer des défis aux Joueurs. Les premiers qu'il avait lancés étaient basiques (urine sur la porte d'un inconnu ; montre tes fesses sur un pont) puis progressivement, il se prit au jeu et inventa des challenges de plus en plus complexes, parfois humiliants. Il n'aurait pas su dire pourquoi il adorait tant utiliser NERVE pour dégrader les joueurs. Klaus n'avait jamais été harcelé à l'école, il n'était pas animé par une soif de vengeance quelconque, il découvrait juste la part sombre et cruelle qui sommeillait en chaque individu. Une découverte qui ne cessait de l'étonner : lui qui était vu par tout le monde comme quelqu'un d'adorable, de si gentil, comment pouvait-il se montrer aussi odieux avec des gens ? Il se disait que c'était la rançon de la gloire, que si ces joueurs voulaient être riches et célèbres, il fallait que leur chemin vers le succès soit compliqué et que cela était la base de son rôle de Watcher. Néanmoins, cette explication ne le consolait pas énormément et Klaus regrettait chaque fois les défis qu'il lançait, se jurant qu'il se montrerait plus doux à l'avenir. Mais ses résolutions tombent toujours vite à l'eau quand, peu de temps après, la tête d'un joueur ne lui revient pas. Klaus perd alors ses scrupules et l'envoie réaliser quelque chose d'infâme, de dangereux ou d'écoeurant selon son humeur.
Cependant, NERVE a un coût et Klaus est conscient qu'il ne peut demander indéfiniment de l'argent à ses parents sans se justifier, et le jeu lui semblait être un motif qui ne correspondait pas à leur idée de "loisir sain". Il se débrouillerait autrement, de préférence avec une source de revenus rapide, (ses études ne lui permettant pas de travailler cinq jours par semaines, de huit à dix-neuf heures), efficace (plus il pourrait gagner, mieux ce sera, histoire d'accéder à tous les contenus de NERVE) et discrète (même s'il pourrait inventer des prétextes, il ne voulait pas que ses parents lui posent des questions). Il se sentait déjà comme un accro à une drogue, lui qui s'imaginait trop raisonnable pour tomber dans de pareilles dérives.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 12:48

Bienvenue parmi nous
Et excellant choix d'avatar, réserves-moi un lien
Bon courage pour la suite de ta présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 12:49

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 12:50

FAITES PLACE.
Sorry not sorry mais je vais utiliser mes pouvoirs d'administratrice (bonjour ça fait pouvoirs de la fée clochette) pour EXIGER UN LIEN DE LA MORT QUI TUE. Voilà tu es prévenu, tu peux repartir si tu as peur, mais t'es un peu obligé de rester aussi.
Bienvenue parmi nous quand même, bon courage pour ta fichette et si tu as des questions, je suis ton esclave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 13:06

Bonjour et bienvenue sur NERVE !
Un voyeur , tu as déjà tout gagné !
Bonne chance pour ta fiche et n'hésite pas à utiliser Liesel comme esclave, elle adore ça
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 13:48

Liesel à dit: le nouveau là, j'en ferai bien mon 4h

bienvenue sur le forum beau gosse
bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 14:28

Merci à tous Tous ceux qui veulent un lien seront exaucés en temps venu  
(Sauf peut-être Liesel parce que je ne suis pas rassuré à 100% de fait   )

Ouais j'ai pris un voyeur, car les joueurs sont trop hypés, et j'aime être hors du commun (puis je ne voulais pas spécialement que mon personnage crève )

Par contre, je crois que j'ai fait mon boulet car dans le premier post de ma fiche, les lettres pour mon nom et mon prénom ne s'affichent pas comme elles devraient   Pourtant je n'ai touché à rien, je jure  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 14:34

Alors déjà, Rohan, c'est pas fairplay. Tu seras puni en temps voulus.
Abel
Klaus, je laisse Abel vérifier ça, la fiche de présentation a été codée par lui. Mais du coup je suis un peu triste que tu hésites meuh Je suis gentille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 14:59

Liesel Rolling Eyes Fais attention à toi vilaine ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 15:01

MAGIE, c'est affiché normalement maintenant Quelle est cette sorcellerie ?
Bon ok Liesel, je vais te laisser ta chance alors
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 15:05

C'est Abel qui est passé mon chaton Merci tu es trop bon.
Lyana I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 15:07

Holà bienvenue jeune brindille =D

Bonne chance pour ta fiche, et si un jour ton jeunot veut tâter de mes bonbons, fais-moi signe ! ( passe pas du tout pour un pédophile)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 15:09

Quel ange cet Abel

Reese Liesel c'est un enfant de choeur à côté de toi, ma parole
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   Lun 25 Juil - 15:26

Mais ce sont de vrais bonbons roooooooh ! Des ptites pilules de toutes les couleurs et des pastilles mignonnes en forme de smiley T^T Pis des jolis ptit cristaux aussi T¨T
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear the sirens ◊ Klaus   

Revenir en haut Aller en bas
 
I can hear the sirens ◊ Klaus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Petit florilège des pseudos farfelus à l'inscription
» HEAR ME LOAL ! [Lyon]
» hear me roar. (joyce)
» Le coeur d'une femme est un océan de secret ▲ Hayley Marshall
» Kol Mikaelson "Je suis le mauvais ! Je suis le mort mais jamais le pleuré"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Level UP :: Are you a watcher or a player ? :: Présentations validées-
Sauter vers: