AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fueled by coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
I hate this game
Crédits : paper.moon & tumblr
Célébrité : Kendall Jenner
Messages : 261
Particularités :
Présence RP : 0/4 : overbookée
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: fueled by coffee   Ven 26 Aoû - 23:22

fueled by coffee

Dylan était excitée comme une puce à l'idée de revoir le gars qu'elle avait rencontré la veille. Alors qu'elle sortait de son bar à smoothie préféré, il l'avait bousculé ruinant par la même occasion sa tenue. Il s'était excusé à de nombreuse reprises bien que Dylan lui avait dit qu'il n'y avait pas de mal. Un tour en machine et cet incident serait oublié. Il avait malgré tout essayer de se racheter en lui proposant de boire un verre ensemble aujourd'hui et Dylan avait fini par accepter. Un des avantages (qui se transformait parfois en inconvénient) de son métier, était qu'elle travaillait la nuit. Elle avait donc l'ensemble de ses journées pour vaquer à diverses occupations, comme boire un verre avec un total inconnu. Aaron avait l'air gentil et elle avait vu cela comme une bonne occasion de rencontrer des gens en dehors de son boulot. Elle adorait ses amis, mais à quelques exceptions près, ils avaient tous un lien plus ou moins direct avec le Ape&Bird et par conséquent, ils l'avaient tous déjà vu en sous-vêtements. Pour une fois, elle allait faire connaissance avec quelqu'un de manière plus conventionnelle, mais surtout avec des vêtements sur le dos.

Du coup elle avait mis pas mal de temps à choisir la tenue parfaite. Elle ne voulait rien de trop chic pour ne pas avoir l'air d'une snob, ou pour ne pas qu'Aaron pense que Dylan essayait de l'impressionner. Elle ne voulait rien de trop décontracté non plus : elle avait la fâcheuse tendance à ressembler à une ado de 17ans lorsqu'elle mettait ce genre de tenue. Il fallait trouver quelque chose entre ces deux styles, et au final, elle avait opté pour une tenue simple composée d'un short en jean avec un chemiser en voile. Le tout était accessoirisé avec quelques bracelets qui s'entrechoquaient au moindre mouvement, et d'une paire de lunettes  de soleil.

Elle avait décidé de marcher pour se rendre au centre commercial. Elle ne prenait la voiture que lorsqu'elle allait travailler. C'était majoritairement pour ne pas à avoir à prendre les transports en commun la nuit alors que tous les gens bizarre sont de sortie. Elle arriva au centre commercial un peu en avance, chercha le café où ils avaient rendez-vous et s'y dirigea. En entrant dans l'enseigne, elle balaya rapidement la salle du regard à la recherche d'Aaron. En voyant qu'elle était la première arrivée, elle se dirigea vers le comptoir et commanda un mocha blanc. Une fois sa commande prête, elle alla rapidement s’asseoir à une table entourée de deux canapés qui semblaient confortables. Elle laissa sa boisson sur le côté tout en sortant son téléphone pour voir ce qu'il avait été posté sur les réseaux sociaux. Elle trouva un article sur NERVE et s'empressa de cliquer sur le lien pour lire si l'application avait encore faite de nouvelles victimes. Après avoir lu quelques lignes, elle vit quelqu'un s’asseoir en face d'elle. Sans vraiment décrocher son regard de son écran, elle essaya de dire à la personne que la place était prise. Excusez-m... Elle leva enfin les yeux vers la personne. Aa-Aaron ! Hey ! Ca va ? Elle posa son téléphone face contre la table et lui fit signe de s'asseoir. Désolée je t'ai pas vu arriver. Elle lui adressa un sourire un peu crispé.

C'était ridicule. Quand on demandait à ses amis de décrire Dylan en un seul mot, on disait souvent qu'elle était extravertie, et pourtant elle n'arrivait pas à agir normalement en face d'une personne qu'elle ne connaissait pas. En temps normal elle faisait de nouvelle rencontre grâce à ses amis qui lui présentaient leurs amis et ainsi de suite. Dès que le contact avait été établi, là Dylan commençait à se lâcher, à rigoler, à être la vraie Dylan. Elle et Aaron n'avaient aucune personne de leur entourage en commun, et elle ne savait absolument pas comment engager une discussion avec un inconnu. Elle n'allait quand même pas parler de la pluie et du beau temps ! Alors tu as fait quoi depuis hier ? A ce moment précis, Dylan aurait voulu que son double maléfique entre dans le café et lui donne une gifle. Sérieusement, mais qu'est-ce qui n'allait pas chez elle ?

_________________

ONE START, ONE HEART, ONE LIFE TO LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : morfine (ava)
Célébrité : Dave Franco
Messages : 133
Personnalités : Oscar le nouveau testiculé
Présence RP : 7/7 sur le forum, variable en RP
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Sam 27 Aoû - 9:50

La patience n'était pas la qualité première de Aaron. Tout dépendait bien sûr du moment où le faisait patienter, et le jeune homme savait exactement comment contrer l'attente. Chez le médecin, il prenait le premier rendez-vous de la journée. A la caisse, dans un magasin, il jouait à Nerve. Mais dans les bouchons sur la route, là, Aaron n'avait aucun moyen de s'en dépêtrer. Il avait pour habitude de se déplacer presque exclusivement à moto, sauf lors de longs trajets. Ce jour là ne faisait pas exception.

Il pensait pouvoir filer entre les voitures comme à son habitude, mais certains conducteurs s'étaient engagés dans les autres files. Il n'y avait donc plus d'espace vide entre les colonnes de véhicules, ce qui agaçait particulièrement le jeune homme. Il détestait cela et n'hésitait pas à le faire comprendre à la personne qui lui bloquait la route. La première, il lui coupa simplement la route en pointant vers elle un doigt d'honneur. La seconde, il tapa à sa vitre pour expliquer l'utilité des colonnes. Et puis après, c'était au feeling. Il criait -non gueulait- sur chaque conducteur, leur offrant quelques frayeurs en rasant leur voiture de près.

Finalement, lorsqu'il arriva au centre commercial de Red Circle, il fila tout droit jusqu'au parking souterrain et se gara sur le premier emplacement deux-roues qu'il trouva. En consultant sa montre, Aaron vit qu'il n'était pas en retard et souffla. Il prit quelques minutes pour ranger son casque sous le siège, vérifia qu'il avait suffisamment de liquide pour ne pas avoir à passer au distributeur, et jeta le chewing-gum qu'il avait mâché durant tout le trajet.

Il prit les escalators qui le menèrent au coeur du centre, puis il marcha dans ce dernier jusqu'au café où il avait rendez-vous avec Dylan, une jeune femme qu'il avait rencontré la veille. Sans le vouloir, perché sur son téléphone en regardant un utilisateur de Nerve relever le défi qu'il lui avait lancé, Aaron l'avait bousculé, renversant alors sur elle le thé glacé qu'il tenait à la main. En plus de ses nombreuses excuses, il avait tenu à lui offrir un verre et Dylan avait accepté.

Il n'eut pas de mal à la reconnaitre lorsqu'il entra dans le café, les yeux rivés sur son téléphone. Il la fit d'ailleurs sursauter lorsqu'il s'installa en face d'elle, la tira d'une lecture sans doute passionnante. Il se mit à sourire et appela le serveur pour commander un thé aux fruits rouges, son péché mignon.

- Alors, qu'est-ce que tu lisais pour ne pas m'avoir reconnu ?

Le jeune homme était encore souriant, il n'en voulait absolument pas à Dylan pour cela. Il aurait été d'ailleurs bien ridicule d'en faire un flan, et préférait savoir ce qui occupait les pensées de la jeune femme. Jouait-elle à Nerve ? Il ne l'avait pas trouvé sur l'application et n'avait donc pu lui envoyer de défi. Peut-être était-elle voyeuse, comme lui ? Ou l'une de ces mystérieuses personnes qui ne jouaient pas.

Il attendit que le serveur posa sa commande sur la table avant de répondre à l'ultime question de Dylan. Ce devait être embarrassant d'apporter les cafés et autres gourmandises, et voir les clients se taire à votre arrivée. Aaron n'aurait pu faire ce job pour cette raison, principalement. Le jeune homme vit toutefois la petite gêne de Dylan, qui ne semblait pas savoir comment commencer cette discussion.

- Une petite après midi de travail, une promenade au bord de mer et un repos bien mérité une fois chez moi. Je suis rentré juste avant la pluie ! Tu as finalement trouvé un chemisier à troquer contre celui que je t'ai abimé ?

_________________

J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire. — Guillaume Musso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I hate this game
Crédits : paper.moon & tumblr
Célébrité : Kendall Jenner
Messages : 261
Particularités :
Présence RP : 0/4 : overbookée
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Mar 30 Aoû - 1:15

Dylan ne pouvait évidemment pas dire ce qu'elle était en train de lire. Le fait qu'elle ne soit pas en train d'essayer d'impressionner ce garçon qu'elle ne connaissait à peine ne voulait pas dire pour autant qu'elle voulait l'effrayer en se faisant passer pour une activiste. Elle ne savait pas ce qu'Aaron pensait de NERVE et de toute façon, elle ne voulait pas parler de ça avec lui. Ils n'étaient pas là pour ça et lorsque Dylan voudrait dénigrer l'application mortelle, elle n'aurait qu'à organiser une réunion à l'association. Pour l'instant, il fallait qu'elle oublie NERVE le temps qu'elle était ici. Elle réfléchit un instant à une excuse pour la question d'Aaron et bien vite, elle trouva ce qu'elle allait dire. Je lisais les nouvelles du jour. J'aime bien commencer la journée par savoir ce que j'ai raté en dormant. Bien que techniquement elle ne commençait pas sa journée, elle se doutait qu'Aaron ne chipoterait pas sur ce détail et au pire elle lui expliquerait qu'elle vivait en décalé de la majeure partie de la population de la ville. Avant qu'il n'ait eu le temps de lui demander ce qu'il se passait donc dans le monde d'après sa lecture, ce à quoi elle ne saurait quoi répondre, elle décida de lui couper l'herbe sous le pied en parlant d'autre chose. J'aime pas regarder la télé. La seule fois où elle est allumée c'est quand je trouve que l'appartement est trop calme. Quand Liesel était dans les parages, l'appartement semblait plus vivant et moins effrayant. Sa colocataire n'était pas bruyante, mais le simple fait d'entendre la porte de la salle de bain se fermer au loin ou Liesel en train de chanter en pensant que Dylan ne l'entend pas, toutes ces petites choses la rassuraient. Du coup, quand elle était seule, ne supportant pas le silence, elle cherchait la moindre occasion d'avoir du bruit autour d'elle. Elle ne comptait plus le nombre de fois où Liesel était rentré et avait trouvé la télévision sur un programme pour enfants en bas âge.

Alors que le serveur apportait la boisson du jeune homme, Dylan en profita pour enfin goûter à la sienne. Elle porta la tasse à sa bouche et inhala le doux parfum de caféine qui s'en dégageait. Après s'être assurée que la boisson n'était plus brûlante, elle en but une gorgée avant de reposer sa tasse et de répondre à Aaron. Je l'ai passé sous l'eau quand je suis rentrée avant de le mettre en machine. Ensuite, quand je l'ai sorti pour le faire sécher, la tâche était partie. Tout va bien. Au pire, même si la tâche n'était pas partie, elle n'aurait rien pu y faire. C'était un accident et les accidents arrivaient tous les jours. Et puis, ça aurait été une bonne excuse pour en acheter un nouveau. Dylan était un peu accro à dépenser son argent en vêtements. Elle en avait bien trop, mais quand elle trouvait quelque chose qui lui plaisait, elle ne pouvait pas s'empêcher de l'acheter. Plusieurs fois on lui avait dit qu'elle avait trop de vêtements, mais elle avait trouvé l'excuse parfaite: son travail. Ce n'était pas de sa faute si son métier l'obligeait à avoir deux garde-robes bien distinctes. Elle ne voulait pas paraître indécente dans la rue en portant des tenues réservées pour le soir, et ne voulait pas avoir l'air d'une nonne en mettant des habits de tous les jours le soir au Ape&Bird. Voilà tout.

En pensant à son travail, une question lui vient soudainement à l'esprit. Mais au fait, tu ne travailles pas aujourd'hui ? Lorsqu'Aaron lui avait répondu en lui disant ce qu'il avait fait la veille, il avait parlé d'un travail, c'était donc qu'il en avait un. La question était donc de savoir pourquoi était-il ici ? A moins qu'il ait des horaires mobiles ou décalés comme elle. Désolée, c'est bizarre comme question hein ? J'ai pas l'habitude de voir des gens libres à cette heure normalement. C'était le meilleur moyen pour qu'Aaron pense qu'elle était asociale même si ce n'était vraiment pas le cas. Elle avait déjà pensé à changer de métier à cause de ses horaires qui l’empêchaient de vivre comme tout le monde mais elle aimait trop ce qu'elle faisait pour démissionner. Il ne fallait aussi pas oublier qu'elle avait deux soirs de libre par semaine, ce qui lui permettait de croiser un peu plus de personne , notamment sa colocataire.

_________________

ONE START, ONE HEART, ONE LIFE TO LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : morfine (ava)
Célébrité : Dave Franco
Messages : 133
Personnalités : Oscar le nouveau testiculé
Présence RP : 7/7 sur le forum, variable en RP
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Mer 31 Aoû - 8:41

Aaron était bien d'accord. Lire les nouvelles était important, surtout en se levant. Il ne comprit d'ailleurs pas exactement ce qu'elle voulait dire en parlant de commencer sa journée, avant de penser qu'elle travaillait peut-être de nuit. Quoi qu'il en soit, il ne posa pas de question et n'eut surtout pas le temps d'enchainer là-dessus pour faire la conversation. Dylan parla de la télévision et de l'usage qu'elle en faisait. Aaron, de son côté, adorait regarder des films mais préférait pour cela son ordinateur. Pas de publicité en plein milieu d'une action, comme ça. Il n'avait qu'à mettre le DVD dans le lecteur, et c'était bon.

Bien sûr, il ne pouvait pas trouver tous les films et en télécharger certains. Et quand il avait vraiment la flemme, il allumait la télévision. Il regardait surtout les reportages qui traitaient souvent de la décadence de la société, du rôle héroïque des policiers, et tout ce baratin qu'on essayait de faire avaler à la population. Parfois c'était intéressant … d'autres fois c'était simplement pitoyable.

- J'suis pas fan de la télé non plus. Trop de pub, à n'importe quel moment. Ça ruine tout !

Le serveur apporta rapidement le thé commandé et Aaron versa immédiatement deux petits sachets de sucre. Ce n'était pas forcément bon pour la santé, mais qu'est-ce qu'il adorait ça ! Il écouta Dylan lui conter l'histoire extraordinaire de son chemisier. Apparemment, la tâche était partie, c'était tout ce qui comptait. En vérité, il se moquait bien de ce qui était arrivé, mais l'accident était entièrement de sa faute et, puisqu'il avait tenu à revoir la jeune femme pour lui offrir un verre, il avait préféré poser la question. C'était tout de même plus correct.

- Bon, tant mieux alors. J'aurais été bon pour t'en racheter un autre, sinon !

Il dit cela sur le ton de la plaisanterie, mais Aaron était sérieux. Et bien sûr, cela ne l'aurait nullement dérangé de mettre une trentaine de livres dans un chemisier. Qu'est-ce ça signifiait, si peu sur l'argent qu'il avait ? Qu'il vienne de ses trafics ou de la fortune de ses parents, d'ailleurs. C'était pareil, il n'était pas à quelques livres près. Dylan lui demanda finalement s'il ne travaillait pas ce jour-là. De toute évidence, puisqu'il était avec elle.

- J'aménage mes horaires comme je veux, en vérité. Du coup, j'ai réservé ma journée. Tu travailles de nuit, toi, je me trompe ?

Puisque Dylan ne lui avait pas demandé en quoi consistait son métier, Aaron ne se permit pas de le faire. La jeune femme en parlerait d'elle-même, ou alors il poserait la question si cette dernière le demandait en premier. Une sorte d'habitude, car on lui avait répété de nombreuses fois que ce n'était pas une question à poser, que cela rabaissait souvent les gens. C'était le cas, lorsqu'on savait qu'il n'avait pas besoin de travailler pour vivre, et qu'il gardait sous silence tous les trafics auxquels il participait. A présent, il avait un travail, alors on ne pouvait plus vraiment lui dire qu'il prenait les gens de haut, mais il avait conservé cette habitude.

_________________

J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire. — Guillaume Musso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I hate this game
Crédits : paper.moon & tumblr
Célébrité : Kendall Jenner
Messages : 261
Particularités :
Présence RP : 0/4 : overbookée
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Dim 4 Sep - 12:06

Il n'y avait rien de pire que de regarder un bon film d'action, et d'être coupé toutes les dix minutes par la publicité. En même temps, elle se dit qu'eux, ici en Angleterre, avaient plus de chance que les américains. Plusieurs fois elle avait regarder une série en live pour ne pas se faire spoiler, et elle avait pu constater que la publicité était beaucoup plus récurrente que chez eux. Il y avait un dialogue plus ou moins long, et au moindre changement de scène, hop, il y avait une page de pub.

Aaron l'écouta attentivement donner des nouvelles de son chemisier, alors qu'il versait deux sachets de sucre dans son thé. Sans savoir pourquoi, elle remarqua ce détail immédiatement. Il fut heureux d'apprendre que le chemisier n'avait gardé aucune séquelle de leur rencontre et annonça qu'autrement, il lui en aurait acheté un autre. Tu crois vraiment que je t'aurai laisser faire ? L'idée d'Aaron pouvait cependant faire pas mal d'heureuse dans la gente féminine. Pour se voir offrir un nouveau chemisier, elles n'aurait qu'a se placer à des endroits stratégiques, attendant qu'une personne les bouscule et leur offre de leur acheter un nouvel habit. Dylan était sûre qu'un tas de fille adhéreraient à l'idée, mais qu'en serait-il des hommes ? Tout le monde n'avait pas la galanterie d'Aaron et pour le coup, le chemisier taché serait bel et bien perdu. En tout cas, Dylan n'était pas du genre à profiter des autres et n'accepterait jamais ce genre de chose.

En l'interrogeant sur son travail, Dylan apprit que le jeune homme en face d'elle avait des horaire flexibles. Sérieusement ? Elle arqua un sourcil en attendant un hochement de tête d'Aaron. C'est trop bien. Ça devait être génial de gérer son emploi du temps de la sorte. Cela voulait dire que si un jour Aaron ne se sentait pas d'aller au travail, il n'avait qu'à reprogrammer ses heures à plus tard. Dylan s'interrogea sur la nature du métier de son interlocuteur pour savoir si c'était quelque chose qu'elle pourrait faire. Elle se rendit rapidement compte que sa question était stupide : elle n'avait aucunement envie de changer de métier, ses collègues au Ape&Bird étaient devenus très importants pour elle, et elle ne comptait pas les quitter de sitôt. De plus, c'était peut-être une manière détournée de dire « je suis dealeur de drogue » et qu'en fait, ses horaires dépendaient de la disponibilité de ses clients. Dylan le regarda attentivement et se rendit compte que c'était une pensée ridicule. Aaron n'avait pas le profil d'un dealeur. Alors que son interlocuteur l'interrogea à son tour sur son métier, Dylan considéra un instant l'idée de lui mentir. C’était étrange, elle ne s'était jamais posé ce genre de question avant. C'était comme si... Comme si elle essayait de l'impressionner.

Elle décida cependant d'être honnête. Elle aimait son métier, et n'en n'avait pas honte. C'est ça. Le Ape&Bird, tu connais ? L’établissement était un peu connu mais le bouche à oreille fonctionnait plutôt bien. La salle arrière offrait une option de plus : les gens pouvaient venir pour boire un verre, voir les stip-teaseurs, ou faire les deux dans l'ordre qu'ils voulaient. Dylan n'avait jamais vu Aaron dans sa salle mais peut-être était-il déjà venu au bar. Comme elle n'y allait que lorsqu'elle avait fini une performance, il tait fort possible qu'elle l'ait raté. Dans un élan de sincérité, elle continua. Je suis strip-teaseuse là bas. Elle planta son regard dans celui d'Aaron tout en buvant une gorgée de son café pour voir sa réaction.

_________________

ONE START, ONE HEART, ONE LIFE TO LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : morfine (ava)
Célébrité : Dave Franco
Messages : 133
Personnalités : Oscar le nouveau testiculé
Présence RP : 7/7 sur le forum, variable en RP
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Mar 13 Sep - 14:07

Aaron ne put que sourire face à la réponse de la jeune femme. Elle ne semblait pas être du genre à profiter de l’argent des autres, ce qui n’était absolument pas le cas de certaines personnes. Sur le coup, il n’eut pas d’exemple à sortir, mais il savait que bon nombre de femmes l’auraient volontiers rappelé en lui disant qu’il devait leur payer un chemisier neuf. Il aimait le ton sur lequel Dylan lui avait répondu, et l’esprit qu’elle semblait avoir.

« Tu crois que tu aurais eu le choix ? » répondit-il toutefois.

Rapidement, la conservation continua son bout de chemin, et la question du travail se posa rapidement. Aaron lui avoua que ses horaires étaient flexibles, sans toutefois dire qu’il avait suffisamment d’argent pour voir son travail comme un passe-temps l’empêchant de s’ennuyer chez lui. Son interlocutrice semblait quelques peu intéressée et envieuse, avant que l’air de son visage ne change radicalement. Aaron se mordit la joue intérieure pour s’empêcher de sourire. Il savait ce à quoi elle pensait, parce que son expression était la même que celle d’une de ses connaissances lorsqu’il lui avait dit avoir dealé durant de nombreuses années. C’était peut-être terminé aujourd’hui, ce n’était tout de même pas certain qu’il ne recommence pas un jour.

Ce monde lui manquait, il aimait travailler la nuit, dans les recoins sombres. Mais pour l’heure, il ne s’ennuyait pas et n’avait pas besoin de jouer dans la cour illégale. Nerve lui suffisait totalement pour s’occuper, et c’était suffisamment glauque et loufoque pour lui plaire entièrement.

Dylan lui parla finalement d’elle, et du métier qu’elle exerçait. Elle lui donna tout d’abord le nom d’un bar, que Aaron connaissait sans pour autant y avoir mis les pieds. La plupart de ses collègues attendaient avec impatience le début de la soirée afin de s’y rendre. Aaron avait donc eu de nombreuses occasions pour s’y rendre, et il s’était souvent dit qu’il serait intéressant de lancer quelques défis là, durant les spectacles.

« Tu as tout pour séduire les clients, dans ce cas. »

Aaron n’était pas surpris qu’elle exerce le métier de strip-teaseuse. A l’instant où elle lui avait parlé de l’établissement, il avait fait le rapprochement avec l’information concernant ses horaires de travail.

« Je trouve ça plutôt cool, que tu ne t’en caches pas. La plupart ne sont pas vraiment fières d’exercer ce travail ... d’art. Ouais, de l’art. »

Il ne savait trop comment qualifier le strip-tease. C’était de la danse sensuelle, mais il fallait un certain talent et de la souplesse pour oser entrer dans ce domaine. Aaron avait toujours été fasciné par ce que ces femmes – tout comme les hommes qui le pratiquaient – savaient faire. Lui était trop maladroit et surtout, absolument pas assez sérieux pour pouvoir se lancer là dedans.

_________________

J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire. — Guillaume Musso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I hate this game
Crédits : paper.moon & tumblr
Célébrité : Kendall Jenner
Messages : 261
Particularités :
Présence RP : 0/4 : overbookée
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Mer 14 Sep - 1:35

Sa réponse la surpris. Un gars normal aurait laissé couler ce qu'elle venait de dire et aurait peut-être même été soulagé de l'entendre, mais Aaron semblait différent. Ne voyant pas l’intérêt de continuer à s'envoyer la réplique à base de je t'aurai pas laissé/tu n'aurais pas eu le choix, elle décida d'arquer un sourcil et de le fixer en souriant. Si Aaron voulait avoir le dernier mot, il ne connaissait visiblement pas Dylan. Elle était borné et abandonnait difficilement une idée. Loin d'être du genre à rester silencieuse devant un homme, elle était prête à changer ses habitudes pour cette fois. Il ne fallait cependant pas qu'Aaron s'y habitue.

En abordant le sujet de leur travail, et les questions qui s'en suivirent, Dylan décida de ne pas lui faire l'affront de lui demander de but en blanc si oui ou non il était dealer. C'était le genre de révélation qu'on s'avouait généralement au deuxième rendez-vous. Non ! Elle s'empressa de se corriger. Ceci n'était pas un rendez-vous. Peut-être même qu'elle ne reverrait plus jamais Aaron une fois qu'ils se seraient saluer avant d'emprunter deux chemins différents. Autant ne pas l'effrayer avec ce genre de question personnelles et qui impliquent un jugement.

En parlant de jugement, elle se prépara a essuyer les critique qu'aurait Aaron face à son métier. Elle attendit, mais les critiques n'arrivèrent jamais. Au contraire. Oh tu sais, une paire de boobies et la plupart de clients sont contents. Mon secret c'est la suggestion : je fais pas de nu, mais je joue avec la transparence ou bien le coté moulant de mes vêtements. Comme ça, les clients peuvent associer leurs fantasmes à ce qu'ils pensent voir. Elle n'avait aucun problème avec le fait que les hommes de la pièce, et les rares femmes qui assistaient à ses performances, l'imaginent dans un contexte plus intimiste. Tant que ça restait dans l'imaginaire et qu'ils savaient se tenir, elle ne voyait pas le mal que cela pourrait faire. Alors qu'elle repensa à sa phrase, Dylan se rendit compte (trop tard évidemment) que ce n'était pas forcément ce qu'un garçon voulait entendre. Décidément, aujourd'hui elle enchaînait les bourdes les unes après les autres. Cependant, si elle enchaînait les bêtises, Aaron ne cessait de la surprendre. Il alla même jusqu'à qualifier son job de métier d'art. Elle haussa instantanément les sourcils. C'était bien une première ! Dans un sens, elle voyait où il voulait en venir. On considère la danse (peu importe le style) comme de l'art. En étant strip-teaseuse, Dylan était aussi danseuse. Tout était différent (la scène, le public et le costume) mais la pratique restait foncièrement la même : on met de la musique et on déhanche son corps au rythme de celle ci. Elle ne put s’empêcher de retenir le sourire qui commençait à étirer ses lèvres. Est-ce qu'Aaron était vraiment réel ? Il devait forcément caché un grand secret pour avoir l'air si irréprochable au premier abord.

S'il y avait un terrible secret à découvrir, il faudrait attendre encore un peu. Maintenant qu'on l'avait lancé sur le métier de strip-teaseuse, on ne pourrait plus l’arrêter. C'est bien la première fois que je me crée pas l'indignation quand je parle de mon travail. Du coup maintenant, si Aaron lui avouait être dealer, elle devrait avoir la même réaction. Elle ne pouvait pas le prendre de haut sachant qu'il l'avait écouté parler de son travail si attentivement. Une idée lui traversa soudainement l'esprit. Ça te dirait pas de venir un jour ? Elle n'allait pas lui avouer, encore une fois pour ne pas lui faire peur, mais elle serait ravie de le voir un jour dans la salle. Sans forcément réservée une salle privée, au moins il pourrait venir voir l'envers du décor. Le bar est divisé en deux : il y a la partie visible de l'iceberg, le bar, et derrière c'est là où on s'amuse le plus avec les strip-teaseurs. Elle était même prête à glisser son nom auprès des serveurs pour qu'il puisse profiter de quelque boissons gratuites s'il était du genre à consommer de l'alcool. De plus, Dylan était persuadée qu'il fallait checker « être aller au Ape&Bird » de sa to-do list au moins une fois dans sa vie.

_________________

ONE START, ONE HEART, ONE LIFE TO LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : morfine (ava)
Célébrité : Dave Franco
Messages : 133
Personnalités : Oscar le nouveau testiculé
Présence RP : 7/7 sur le forum, variable en RP
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Dim 25 Sep - 20:39

Le bout de conversation concernant ce fameux chemisier s'arrêta rapidement. Dylan arqua un sourcil en regardant Aaron et ce dernier répondit à son sourire tout en continuant à se délecter de la boisson qu'il avait commandé. Il écoutait avec attention la jeune femme parlait de son travail de strip-teaseuse. Elle semblait être fière de ce qu'elle faisait, et le jeune homme le comprenait aisément. Il fallait toujours être fier de ses actes, les assumer et en parler librement. Seuls les plus étroits d'esprit critiqueraient quelque chose qu'ils ne comprennent ou ne connaissent pas. Aaron n'était pas un fan assidu du strip-tease. Un de temps en temps et il était content. Il n'aimait pas cette exhibition, en particulier lorsqu'elle s'exerçait en public et ne s'adressait pas à une seule personne, en toute intimité.

« Tu n'as pas peur qu'un jour, un client mal intentionné quémande plus ? Qu'il vienne te voir en dehors de tes heures de travail parce qu'il n'est pas assez intelligent pour faire la différence entre une danse sensuelle et le travail d'une … autre catégorie de personnes ? »

C'était un peu osé de poser la question, mais Aaron était véritablement intéressé par la réponse. Il aurait peur que sa petite amie pratique une telle activité. N'importe quel pervers pouvait se trouver dans la salle, n'importe quel crétin pouvait la prendre pour une prostituée qui vendrait son corps pour quelques livres de plus. Le strip-tease n'était rien de plus qu'une danse. Le jeune homme avait un peu peur de froisser la jeune femme, et il espérait réellement qu'elle ne se méprenne pas sur cette question. Il s'inquiétait réellement qu'une femme puisse se faire embêter en exerçant une telle profession.

« Après tout, il faut que cela reste du fantasme. Et ce n'est pas vraiment très drôle de tout servir sur un plateau d'argent. Il faut, comme tu le dis très justement, que cela reste de l'imaginaire, que la personne puisse s'imaginer ce qu'elle désire par la suite. En sachant toutefois se contenir puisqu'il n'y aura rien de plus. »

Aaron avait l'impression de parler tel un abruti. Plus il parlait, plus il sentait qu'il s'enfonçait. Ce n'était pas du tout le message qu'il voulait faire passer. Il acceptait et admirait le courage de Dylan face à ce choix de profession, et il voulait réellement lui montrer son ouverture d'esprit. Malheureusement, il avait l'impression d'être le rabat-joie qui ne pensait qu'aux malheureux du monde et de tout ce qui pouvait arriver de mauvais à une jeune femme strip-teaseuse. Ridicule. Il passait pour un macho, et cela ne lui plaisait pas.

« C'est un travail comme un autre. On ne dit rien à une gymnaste qui fait des grands écarts à longueur de journée, pas plus à une nageuse. Je ne pense pas qu'on puisse juger quoi que ce soit, uniquement parce que c'est une catégorie de profession qui ne rentre pas dans les conventions des … pas des vieux mais, tu vois ce que je veux dire quoi. »

Il avait oublié le mot exact, et espérait que Dylan comprendrait. Il se mit à rire et termina son thé, avant d'entamer le petit biscuit qu'on lui avait apporté un instant plus tard. Cette dernière lui proposa en toute franchise de venir un jour sur son lieu de travail, et Aaron baissa la tête en souriant.

« Je t'avouerai que je n'ai jamais mis les pieds là bas. C'est une expérience à tenter en tout cas. Il faudrait que je trouve un ami pour m'accompagner, je me vois mal assis seul au bar. »

Encore un rire, un peu gêné. Il ne voulait pas passer pour un voyeur, même s'il se doutait qu'il se fondrait dans la masse au vu de la population qui devait trainer dans le bar. Ce n'était pas une mère de famille et ses enfants qui viendraient voir un tel spectacle.

« Mais c'est que c'est intéressant tout ça. Il faut impérativement que je me trouve un petit moment pour venir me glisser parmi la foule !Et puis, ça fait longtemps que je n'ai pas bu un bon petit rhum. Et quoi de mieux pour profiter d'une belle danse ? »

Un sourire, comme une promesse. Il viendrait un jour où Dylan serait là. Peut-être qu'elle pouvait lui glisser le nom de quelques habitués, avec lesquels il pourrait sympathiser. Une bonne soirée était en prévision, Aaron le sentait ainsi.

_________________

J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire. — Guillaume Musso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I hate this game
Crédits : paper.moon & tumblr
Célébrité : Kendall Jenner
Messages : 261
Particularités :
Présence RP : 0/4 : overbookée
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Jeu 29 Sep - 21:14

La question la fit sourire. Ce n’était généralement pas ce que les personnes avaient tendance à demander en premier, mais elle était contente qu'Aaron semble tant s’intéresser à sa profession. Elle réfléchit un instant bien que cette inquiétude ait déjà traverser son esprit. Elle ne quittait jamais son travail seule : un agent de sécurité accompagnait tous les danseurs jusqu'à leur voiture pour s'assurer qu'un dérangé ne rode pas dans le parking. Le mieux était de faire du covoiturage mais ce n'était pas toujours possible. Pour ce qui était du privé, Dylan vivait dans un immeuble avec beaucoup de passage, et elle vivait en colocation pour ne pas être seule. J'étais pas rassurée les premières fois, mais maintenant, je me suis habituée. C'était peut-être le piège : laisser place à une routine, faire moins attention, et en un rien de temps, se retrouver à devoir repousser les avances d'un lourd qui ne connaît aucune limite. Pour ne pas trop devenir parano, elle évitait tout de même de regarder des séries criminelles... Elle acquiesça à tout ce que dit Aaron qui semblait penser de la même manière qu'elle. Ses clients savaient se tenir. A vrai dire, elle avait entendu parler d'une histoire : une danseuse qui était là avant elle avait eu affaire à un monsieur très insistant. Après qu'elle l'ait signalé, il s'est trouvé sur la liste rouge de l'établissement. Il n'était même pas autorisé à venir au bar. Aaron semblait vouloir aborder tous les aspects négatifs de son métier, alors que Dylan essayait d'en parler le mieux possible pour qu'on arrête enfin de penser que les strip-teaseuse sont des filles de joie.

Elle laissa échapper un rire léger et prit une nouvelle gorgé de sa boisson. Exactement. Quand je rencontre quelqu'un d'un peu coincé, je dis simplement que je suis danseuse. Comme ça, je n'ai pas besoin d'entendre des leçons de morale venant d'un parfait inconnu. Même ses parents avaient arrêter de lui demander de changer de métier. Avec le temps, Dylan avait fini par les convaincre que ce n'était pas si terrible, et que ça payait les factures. Liesel était plus difficile à convaincre. Peut-être qu'avec une visite des lieux, Aaron finirait par voir lui aussi que l’établissement n'est pas malsain, et que leur clients ne le sont pas eux non plus. Il lui avoua ne pas vouloir venir seul, ce qui était compréhensible. Je te le déconseille en effet. L'agent de sécurité ne te quittera pas des yeux, et tu risque de ne pas apprécier ta visite. Si le client se sentait observé, cela rendait la visite complètement obsolète. Il était venu pour observé et non pas pour être observer. Aaron accepta l'invitation, ce qui rappela un autre détail à Dylan. Autre conseil, évite aussi d'être complètement saoul. Un verre de rhum n'allait pas le tuer (quoique Dylan n'en savait rien puisqu'elle était étrangère à toute substance alcoolisée) mais lorsqu'un client (homme ou femme) devenait un peu trop éméché au goût de l'agent de sécurité, il se faisait un plaisir de lui demander de sortir. S'il montrait des signes de résistance, le ton s'élevait mais au final, l'agent de sécu avait toujours le dernier mot.

Elle fut quand même contente d'entendre qu'Aaron allait essayer de venir au Ape&Bird. Si tu veux je te donne mon numéro, et quand tu as prévu de venir, envoie moi un message. Ce serait vraiment bête qu'il décide de venir un jour où Dylan était en congé. En plus, en sachant quand il comptait passer, Dylan pourrait lui réserver un accueil de roi. Elle but la dernière gorgée de sa tasse et déchira sa serviette en deux avant de s'essuyer délicatement les lèvres avec une moitié. Il n'y avait plus de raison pour que leur rendez-vous -qui n'en était pas vraiment un- continue. Elle le regarda finir son biscuit pour ne pas le brusquer. Elle fouilla dans son sac à la recherche d'un stylo et sur la partie de la serviette qu'elle n'avait pas utilisé, elle inscrit son numéro ainsi que son prénom. Bon. Elle fit glisser le bout de papier en direction d'Aaron. Je suis presque heureuse que tu ais taché mon chemisier. Elle lui sourit une dernière fois voyant qu'Aaron avait terminé son biscuit. Elle commença à se lever, et adressa un dernier mot à Aaron. Utilise-le, dit-elle en faisant un signe du menton en direction de la serviette qui arborait fièrement son numéro. Elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille avant de lui faire un signe de la main, puis se dirigea vers la porte.

_________________

ONE START, ONE HEART, ONE LIFE TO LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : morfine (ava)
Célébrité : Dave Franco
Messages : 133
Personnalités : Oscar le nouveau testiculé
Présence RP : 7/7 sur le forum, variable en RP
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: fueled by coffee   Dim 2 Oct - 11:27

Le jeune homme hocha simplement la tête lorsqu’il entendu la jeune femme lui dire que, désormais, elle était plus habituée et bien moins craintive à l’idée qu’un client veuille plus. C’était un métier tout de même à risque, et personne n’enlèverait ça de la tête de Aaron. Si sa compagne l’exerçait, il serait sans cesse là à l’attendre pour la ramener chez eux. Malgré tout ce que Dylan pouvait dire, le garçon savait qu’il y avait forcément des dérapages, mais il se doutait que l’établissement surveillait tout ça. Heureusement d’ailleurs, pour le bien de tout le monde.

«Tu as parfaitement raison. Après tout, ce n’est pas vraiment un mensonge, en plus. »

Le strip-tease était une danse du point de vue de Aaron. Certes, il n’était pas totalement expert en la matière, il en regardait très peu et n’était pas particulièrement fan de cela. Mais un de temps en temps, c’était exactement ce qu’il fallait à toute personne pour s’entretenir. Les deux jeunes gens parlèrent ensuite d’une hypothétique visite. Il n’était absolument pas contre l’idée de se rendre à l’établissement, mais Dylan confirma les quelques craintes qu’il avait. Mieux valait ne pas venir seul, et il devait donc trouver quelqu’un pour venir avec lui. Le choix ne manquait pas. Quel homme parmi ses amis refuserait une telle proposition ? C’était peut-être un peu particulier de s’y rendre avec une simple connaissance. L’on pouvait penser à quelque chose de bizarre. Il devait trouver une personne avec qui il était déjà proche, et libre un soir de semaine.

« Je note, je ferai attention. »

Ne pas être complètement saoul. La seule chose qui pouvait le tenir serait effectivement qu’il conduise. Sinon, il se bourrerait comme jamais, comme toujours. Aaron avait un sérieux problème avec l’alcool, il devait bien l’avouer. Mais il comprenait que ce soit mal vu un homme bourré devant un strip-tease. Et il ne voulait pas que Dylan ait des ennuis par sa faute, alors il promit de ne pas boire. Un bon comportement, c’était ce qu’il fallait. Dylan se décida finalement à lui donner son numéro de téléphone. Elle fouilla son sac pour trouver un stylo et écrivit la suite de chiffre sur une serviette en papier. La dernière petite révélation fit sourire Aaron qui détacha alors son regard du numéro.

« On va dire que c’était avec plaisir. »

Il plaisantait, bien sûr, mais il était lui aussi content de cette maladresse, qui lui avait alors permis de sympathiser avec une agréable jeune femme. Rapidement, elle s’en alla, une fois que Aaron eut terminé le biscuit qu’il avait commandé. Il fit alors signe au serveur de lui porter l’addition, et laisse un billet pour que ce dernier puisse prendre le pourboire sur ce qu’il restait. A son tour alors, il quitta l’établissement, et se mit en route vers le parking afin de récupérer sa moto.

_________________

J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire. — Guillaume Musso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: fueled by coffee   

Revenir en haut Aller en bas
 
fueled by coffee
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne choppée !
» Starbucks Coffee ▪ Breakfast
» Bientot dans vos coffee shops préférés
» Un sucre ... ou deux dans votre petit coffee ?
» Coffee Shop :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Red Circle :: The King's-
Sauter vers: