AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 THEMIS + you don't know the half of the abuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
I'm just another player
Crédits : angel dust
Célébrité : jena gorgeous malone
Messages : 14
Présence RP : présente
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 14:33

Themis Isadora VAN DYKE
« To always forgive me, ride or die with me, that's just what gangstas do. »

Nom : Van Dyke, les fameux. Qui ne connait pas cette famille de riches et respectables bourgeois. Avant, Themis portait le nom avec fierté. Aujourd'hui, c'est limite si elle n'échangerait pas son nom avec celui de la pute qui vit près de chez elle. Prénom : Themis en premier lieu, Monsieur et Madame pensaient lui insuffler la force de la guerrière grecque. Inutile de préciser qu'ils auraient dû ne pas forcer les choses. Puis Isadora, le prénom de la mère. D'une originalité au delà de ce monde.  Date/lieu de naissance : Née le 1er septembre 1991, elle a le eu le plaisir d'avoir en cadeau d'anniversaire la rentrée des classes chaque année depuis son plus jeune âge. Bientôt, elle aura celle du môme, les choses vont se compliquer. Age : Le poids de ses vingt-six ans commence à se faire sentir dans le creux de son dos, dans ses reins. Les années creusent à la pelle et à la pioche sous ses yeux. Nationalité/origines : Pur produit de la société anglaise. Van Dyke Senior a rencontré sa douce épouse dans la ville de Londres. Themis et sa demi-soeur y sont toutes les deux nées. Ce n'est qu'après les premiers délits sérieux de cette dernière que la famille s'est installée à Lorwels, pour y être plus tranquille. Statut civil : Célibataire et mère d'un gosse de trois ans. Pas tout à fait ce qu'elle voulait. Parfois on ne choisit pas. Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. Mais comme on dit, straight until wet. Métier/études : Themis a seulement son bac en poche. Elle s'est tirée de cette "ville de merde" dès qu'elle a eu l'occasion, et a vécu de petits boulots, et surtout du dessin, avant de devenir tatoueuse par un concours de circonstances. Depuis, cet art est toute sa vie. Situation financière : Fut un temps, aisée. C'était limite si elle n'aurait pas pu se rouler dans un lit de livres sterling. Aujourd'hui, avec Junior sur ses bras et ses dettes, elle doit se priver un peu. Beaucoup.  Traits de caractères : Explosive, c'est le moins qu'on puisse dire. Fière, tranchante. Fougueuse et fonceuse. Elle est forcée d'être plus sage aujourd'hui, plus réfléchie, et ça la fait franchement chier. Pas faite pour les responsabilités. Rancunière, aussi. Droite et entière. Hélas, avec Themis, il n'y a pas le droit à l'erreur. Elle est exigeante, avec elle-même et les autres.  Groupe : Player. Niveau : Débutant, pour l'instant.Avatar : Jena Malone Crédits : angel dust & tumblr ici
Depuis quand es-tu sur NERVE ? Qu'est-ce qui t'a poussé à t'inscrire au jeu ?
Pas longtemps. Themis est revenue à contrecoeur dans cette ville qu'elle juge atroce, et dans laquelle elle s'était juré de ne jamais remettre les pieds, pour l'appât du gain. La vérité toute nue? La Van Dyke est fauchée. Avec Junior et les immenses dettes qui lui incombent depuis la mort d'Eliott, elle ferait tout pour pouvoir mener sa vie comme elle l'entend. Mais pour l'instant, son quotidien est conditionné par le fric qu'elle amasse. Alors, NERVE, c'est une solution. Elle espère aussi, qu'à terme, ça pourra peut-être, éventuellement, un jour, si c'est pas trop demander, la faire se sentir un peu moins morte à l'intérieur.

Quels seraient les gains que tu aimerais remporter par-dessus tout ? Le fric, tout bonnement. La reconnaissance et la gloire, Themis s'en fout. D'ailleurs, elle n'a même aucune envie de rester dans cette ville, de grimper les échelons, de se faire reconnaître. Son nombre de watchers, elle s'en tape comme de sa première petite culotte, par contre, le nombre de livres sterling qui tombe sur son compte en banque, ça, c'est une autre affaire. Ensuite, son père est commissaire de police et sa mère avocate, alors si elle peut prendre sa revanche et les emmerder, c'est du bonus.



Que penses-tu des doutes planant sur le jeu ? Themis aimerait bien pouvoir se permettre d'en penser quelque chose. Pense t-elle que le jeu peut rapidement dégénérer? Oui. Que c'est dangereux, à terme? Aussi. Mais pour l'instant et à sa connaissance, rien de légal n'offre autant d'argent pour de choses aussi ridicules. Il suffit d'être un peu aventureux. Dieu merci, c'est dans ses cordes.

Pseudo : ROZ Âge : 23 ANS DEMAIN    Fréquence de connexion : quotidienne je dirais Avis sur le forum il a l'air de poutrer Comment l'avez-vous connu : je passe ma vie sur PRD    Autre chose : aimez moi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel dust
Célébrité : jena gorgeous malone
Messages : 14
Présence RP : présente
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 14:34

Painting white roses red
« This dream, dream is a killer, getting drunk with a blue caterpillar »

   
« Parfaite » ils disent tous, en la voyant dans sa petite robe blanche. Déjà dans l’utérus, elle devait être parfaite. Parfaite, parfaite, parfaite. Ce mot, aujourd’hui, elle le vomit.
Themis vient d’avoir six ans, c’est la petite lumière de cet immense dîner de famille. On s’extasie ; elle vient d’apprendre un morceau de Bach au piano. Elle sourit la gamine, qu’est-ce que tu veux qu’elle fasse d’autre. L’aînée, dans son coin, se ronge les ongles et triture ses cuticules, laisse des traînées écarlates sur les murs. C’est peine perdue, elle est invisible, depuis que la plus jeune est née. Depuis que son père s’est remarié avec cette femme. Elle tente de se réjouir, pour l’enfant et pour leur père, mais à douze ans, il est difficile de voir au-delà de son égo. Pourtant, elle l’aime, sa sœur. Parfois elle considère que c’est le seul être sensé de la famille. Lorsqu’il lui arrive de sécher le piano pour l’accompagner à la Tamise, par exemple. Lorsqu’elles sont loin de leurs parents. Le seul moment où elles peuvent être elles-mêmes. « Viens. » elle lui ordonne souvent. Athéna, qu’elle s’appelle, la grande. Une vaste blague de sa mère à elle, qui avait visiblement de trop grands espoirs pour la future personnalité de son enfant. C’est en clin d’œil que le père a voulu appeler la petite Artémis. Si la nouvelle épouse ne s’était pas interposée pour raccourcir le nom, elles auraient été deux avec un poids trop lourd à porter.

Les choses ne vont pas en s’arrangeant avec le temps. Athena est pleine de colère, tellement, ça la ronge, ça gratte, ça brûle un l’intérieur, ça supplie pour un cessez-le-feu. Elle voit bien ce qu’elle pourrait être, la toute petite. Alors pourquoi ses parents insistent-ils pour en faire une poupée de porcelaine, une putain de potiche, un porte manteau ? Elle veut tellement bien faire, la gosse. Plus les années passent, et plus Themis donne satisfaction. Il n’y a pas un art où elle n’excelle pas. Toutes choses délicates et spirituelles lui viennent naturellement ; la seule ombre au tableau, ce sont des amis. Ou plutôt la cruelle absence d’amis. C’est pas de sa faute ; elle a juste pas une minute à elle. Entre les leçons de piano, les lectures, les répétitions de ballet et le dessin, vous comprenez. Ce temps là, l’aînée le passe à fumer. Parfois, les parents pensent même que la sauvagerie de la grande est en partie une réaction à la sagesse de la petite. Ils n’ont pas encore compris que c’était contre eux, qu’elle voulait simplement les punir d’avoir fait de sa petite sœur un objet de décoration. Themis rit beaucoup, à l’époque, lorsqu’Athena la traite de lampadaire. Elle rigole beaucoup moins aujourd’hui.




On dit souvent « Mais ça, c’était avant le drame ». Aucune expression ne saurait qualifier plus justement la vie tranquille et paisible que Themis a menée jusqu’à l’âge de quinze ans. L’escalade de la violence, qu’ils disent. « Elle finira mal, celle là » qu’on disait à propos d’Athena, qui fumait dans les couloirs du lycée, qui s’envoyait en l’air avec n’importe qui, n’importe comment. Athena qui avait le don d’attiser les rumeurs les plus farfelues, comme celle concernant le principal du lycée, de la façon extraordinairement louche dont elle avait obtenu son baccalauréat à la surprise générale. La rumeur qui invoquait son riche petit ami de l’Île Maurice, et celle de son autre petit ami chef de cartel de drogue. Themis aurait tant aimé que cette dernière rumeur ne contienne aucune part de vraie. Dans toute sa naïveté, elle a prié des nuits durant pour se réveiller. Mais ce n’était pas un mauvais rêve, ce n’était pas un rêve lorsqu’elle observa sa sœur hurler sur leur père de faire quelque chose. Il l’avait arrêtée lui-même, l’arrestation qui lui avait permis de passer commissaire. Il avait fait tomber le trafic tout entier en faisant tomber sa fille ; pour grappiller des années, elle avait livré des noms. La mère de Themis avait voulu la défendre, toute avocate compétente qu’elle était. Conflit d’intérêts, elle en avait été interdite.

Themis se souvient de ce jour là très clairement, comme si elle l’avait pris sur vidéo puis regardé tous les jours jusqu’à connaître le déroulement des événements par cœur. Les menottes, les hurlements, les promesses brisées. Les mâchoires serrées de son père, les tremblements de sa mère, la main sur le cœur. « Je ne vous pardonnerai jamais, jamais, vous m’entendez ? » Elle se souvient de ce jour là comme le jour où elle a ouvert les yeux. Certains le font au bout de quelques heures, certains au bout de quinze ans, c’est comme ça. Depuis la première visite à sa sœur, elle n’a pas été capable d’articuler deux mots aimables à ses parents. Par chance, Athena n’avait pas exactement besoin de sa garde robe en prison ; Themis a pu hériter de tous les jeans troués et les vestes en cuir, les chemises à carreaux nouées n’importe comment, et le rouge à lèvres Chanel volé dans une boutique prestigieuse.

Un soir, en rentrant de la prison, elle attrape un ciseau, et coupe les longues boucles dorées qui font la fierté de sa famille. Sa mère peine à finir son repas ; les sanglots l’empêchent de porter la fourchette à sa bouche. C’est cette année là qu’elle redouble pour la première fois, c’est également sa première gifle. La gifle monumentale, dont elle gardera la trace un jour ou deux, tracée au fer blanc sur sa joue, l’empreinte de l’immense main paternelle, rugueuse et moite. C’est peine perdue ; leur sage enfant est déjà loin. Avec le recul, ils auraient dû voir le bon côté des choses : c’est à côté des heures et des heures à dessiner en cours au lieu de travailler qu’elle s’est découvert sa vocation de tatoueuse. Aujourd’hui alors qu’elle est sans le sou et qu’elle refuse tout centime de leur part, c’est quand même quelque chose.




Les deux années qui suivent, Themis se dit que si Athena a été envoyée hors d’état de nuire, c’est pas grave, elle est là pour prendre sa place et causer le chaos le plus total. Et elle commence à comprendre exactement pourquoi est-ce que c’était si frustrant pour son aînée, de faire les pires conneries du monde sans que jamais on ne s’en préoccupe. Les Van Dyke sont pétés de thunes, c’est un fait public. Combien de fois ont-ils utilisé ça à leur avantage ? Combien de fois ont-ils dilapidé leur fortune pour sortir Athena du pétrin alors qu’elle ne demandait qu’à être remarquée, punie, et tout simplement, qu’on se préoccupe de son sort sans tout « régler ». Mets tes péchés sous le tapis et les squelettes dans les placards et on en parle plus, ma puce. Les squelettes, Themis préfère les porter dans la rue et jouer aux osselets avec.

De loin, Athena l’encourage. Themis est la seule dont elle accepte encore les visites. C’est la première à entendre parler de ce garçon, Eliott, qu’elle a commencé à fréquenter quelques semaines plus tôt. Elle est entrée en Terminale, et pour une fois, elle est déterminée à faire un effort ; la cadette des Van Dyke a un plan, et pour le réaliser, elle doit se barrer d’ici le plus vite possible. Quatre ans derrière les barreaux n’ont pas changé Athena, et lorsqu’elle lui suggère de saboter son année pour emmerder leurs parents encore plus, elle pense surtout au fait qu’elle n’a plus qu’un an à tirer, et qu’après elles pourront se barrer toutes les deux. Au fond, cet Eliott, elle ne le connaît pas mais elle lui voue déjà une haine intense. Elle sait que Themis va l’oublier : la preuve, avant, elle passait tous les deux jours. Depuis qu’elle connaît ce loser, c’est passé à une fois par semaine, puis une fois toutes les deux semaines… Soudainement sa petite sœur est trop busy pour la voir, ça ne va pas du tout.

Themis se dit que sa grande sœur ne veut que son bien, et puis après tout c’est pour la bonne cause, sécher les cours pour être avec Eliott, c’est tout de même pas un drame. De plus, le soir c’est souvent compliqué pour le voir. Au début, elle ne comprenait pas pourquoi, puis elle a appris deux trois trucs sur sa famille un peu difficile. C’est à ce moment là qu’elle a compris qu’il l’aimait, même s’il ne lui a dit que quelques mois plus tard. Le soir où il lui a parlé de l’électricité, des factures d’eau qui s’amoncelaient, de la gestion du bar un peu chaotique. De sa sœur. De sa jumelle, Joan. Il avait laissé tomber fierté et caparace pour elle. C’est comme ça qu’elle aussi, est tombée amoureuse de lui, par miroir. Par reconnaissance, un peu, au début. Par défi pour ses parents, pour l’amour de l’aventure, par attrait de ce beau garçon en veste de « faux » cuir et de ses vrais airs de rebelle. Ils ne se sont pas aimés tout de suite, ça a pris des mois pour le construire, cet amour. Mais ça, c’était avant le drame.

Avant le drame, pourtant, elle a eu l’occasion d’en vivre, des choses. La jeune femme a pu vivre sa deuxième terminale, en premier lieu, malgré ses envies fulgurantes de fuite. Elle a trouvé en Eliott une raison de rester, ne serait-ce que pour un petit temps. Dans l’ombre, Athena attend patiemment aussi. Elle se comporte bien, elle sera relâchée en fin d’année. Dans l’ombre, elle n’est pas la seule. Combien de fois Themis a-t-elle croisé le regard de Joan sans pouvoir l’interpréter. Au début elle a cru à de la jalousie, surtout lorsqu’elle a compris la gravité et la précarité de leur situation, à elle et à son frère. Plus tard, lorsqu’elle se réveillera dans les bras d’Eliott avec Joan à ses pieds, elle se sentira perdue. Parfois, en croisant le regard de Joan, elle voit un peu de son jumeau. Avant, elle trouvait ça mignon. Aujourd’hui, elle sait que si elle a le malheur de le croiser encore, elle s’effondrera.




Ca fait presque un mois que Themis n’est pas allée voir Athena, encore une fois. Cette fois-là, c’est particulièrement important, elle aurait dû être là, impérativement. C’est la libération de son aînée, pour l’amour de dieu. « Qu’est-ce qu’elle branle, encore. » se demande Athena en tapant du pied. Elle n’a appelé personne d’autre parce qu’elle savait que Themis serait au rendez-vous ; elle l’était toujours, d’une manière ou d’une autre. Plus tard, elle apprendra que sa cadette s’est barrée en plein milieu de la nuit sans dire un mot à personne, a pris ses cliques et ses claques, son Eliott et sa Mustang, et a déguerpi au beau milieu de nulle part. Evaporée, la gamine.

Les Van Dyke ne sont pas la seule famille du coin à hurler leur colère et leur désespoir après les fuyards. Les Twain, aussi, sont à la fois morts d’inquiétude et verts de rage. Un abandon. C’est le mot utilisé, abandon. Lorsqu’ils partent, les deux amants ne songent pas une seconde aux conséquences de leur départ. « On va avoir la belle vie, tu verras, on sera enfin libres, on vivra pour nous et pour personne d’autre, ça va être royal tu verras » Eliott n’avait même pas le bac.

C’est bien ça le problème, quand on se barre entre quinze et vingt ans sans avoir la moindre idée de ce qu’on fout. Les factures, Themis n’avait jamais songé à la façon dont on les paie. Qui aurait pensé que l’électricité coûtait si cher ? Durant les trois ans qu’ils passent ensemble, c’est à la fois le rêve et le cauchemar pour les deux amoureux. Pendant un temps, Eliott rentre dans une sale période d’amertume : pourquoi est-ce que Themis l’a entraîné là dedans alors qu’elle n’avait aucun plan ? En la suivant, il était tellement persuadé du bien fondé de sa décision. Il avait seize ans et il avait envie d’une autre vie. Mais trois ans plus tard, alors que Themis enchaîne les petits boulots et que lui passe ses journées à ruminer dans leur appartement ridiculement petit. Après tout, il n’a aucun diplôme et pas franchement la dégaine d’un mec digne de confiance. Le status quo continue, et les non-dits s’intensifient. On dit toujours que l’amour dure trois ans. Themis se dit souvent que merde, c’est con, elle n’a même pas eu le temps de vérifier le proverbe.




Un soir, lorsque Themis rentre à l’appart, ils s’installent tous les deux confortablement dans le mini clic-clac qui leur sert de lit. Chacun d’entre eux a une nouvelle importante à annoncer à l’autre ; et ça tombe relativement bien pour l’un des deux. Tandis qu’Eliott agite une liasse de billets sous le nez de Themis, elle lui montre du bout des doigts un test de grossesse positif. Ce soir là, ils se hurlent dessus si fort que les murs en tremblent. Eliott dit qu’il a gagné du fric en jouant à des trucs à gratter, Themis n’en croit pas un mot ; son instinct lui dit que quelque chose ne va pas. En pleurant, le futur père s’agenouille devant elle et pose son front contre son estomac, en la suppliant de ne pas poser de questions. Ils vont avoir un enfant, un bébé, un putain de beau bébé, et l’argent leur fera du bien, elle doit en être convaincue. Souvent Themis repense à ce soir là en se disant que c’est de sa faute, que s’ils étaient dans un film, c’était le moment exact où tout s’était pété la gueule, et qu’elle aurait pu le sauver si elle avait été un peu plus vigilante.

Le fait est, elle n’a pas pu le sauver. Lorsqu’un flic vient la voir à l’appartement à trois heures du matin, un funeste jour de mars, la jeune femme n’ arrive même pas à pleurer. Instinctivement, elle met la main devant son ventre comme pour protéger l’enfant qu’elle couve, pour lui couvrir les oreilles, qu’il n’entende pas la dure vérité. Le pauvre petit devra grandir sans père.
Au début, on lui dit que c’est à cause d’un pari. Au fond, la jeune maman a toujours su que les amis de son petit ami étaient étranges, mais elle ne les pensait pas dangereux. Au final, un défi de trop, et Eliott avait succombé. Ce n’est que plus tard qu’elle apprend la vérité. Athena pensait qu’elle était au courant. Elle pensait que ses parents n’auraient pas perdu cette magnifique occasion de redorer leur blason auprès de leur fille chérie. Themis ne sait pas exactement ce qui la déçoit le plus : que son aînée lui ait caché vivre au même endroit qu’elle, soit retombée dans le trafic de drogue si peu de temps après être sortie de prison, ou qu’elle ait profité du crucial besoin d’argent de son petit ami pour s’en servir de mule. A partir de là, il n’avait suffit que d’un imprévu, une petite bulle d’air dans le sachet logé dans son estomac pour que la poudre se répande. Overdose. Comme ça. Coup de ciseau des Parques dans le fil de leur vie.




Junior a presque quatre ans. Themis fait de son mieux pour joindre les deux bouts, mais c’est loin d’être facile tous les jours. Pour l’instant, elle n’a pas encore entendu la fatidique question « Maman, il est où papa ? », mais elle en a peur chaque jour que Dieu fait. Au bout de longues années à réfléchir, elle ne sait toujours foutre pas ce qu’elle pourra bien lui répondre. Parfois, elle est obligée de l’emmener au salon. Ca l’amuse, le gosse, de voir les aiguilles et l’encre. Il tape des mains quand le tatouage est fini. Maman fait des dessins sur les gens, qu’il dit. Haut comme trois pommes, il en est déjà si fier. Alors qu’elle a peur de merder à chaque fois qu’elle fait un pas, le sourire de ce môme la rassure. Elle savait pas trop si elle en voulait, au début, mais elle sentait quelque chose de précieux, là, tout au fond. C’était son petit miracle à elle.

C’est pour lui qu’elle quitte son job pour revenir à Lorwels alors qu’elle s’est toujours juré de ne jamais y refoutre un pied. Cette ville qui lui rappelle tant de souvenirs, et surtout des mauvais. Elle sait d’avance qu’elle y rencontrera tous ses fantômes, et que ses squelettes seront loin d’être dans des placards. Elle sait qu’Eliott viendra la hanter. Mais l’appât du gain la motive plus que tout ; si Nerve continue dans sa lancée, les gains se feront de plus en plus gros. C’est peut-être grâce à ce jeu complètement dérangé et dangereux qu’elle pourra acheter une éducation à son fils. Et par la même occasion, elle pourra peut-être s’acheter un peu d’adrénaline. Elle a bien conscience, la Van Dyke, que les cadavres ambulants c’est pas très avenant, mais si elle ne se reprend pas bientôt, c’est avec elle qu’on jouera aux osselets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 14:36

T'es trop belle mon amour. Bienvenue parmi nous et bon courage pour terminer ta fiche de présentation ! Joyeux anniversaire en avance et n'hésite pas si tu as des questions. (Et je pense que si tu désires être validée tu devras me donner un lien en échange. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : Roz
Célébrité : Jodie Comer
Messages : 20
Présence RP : Disponible
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 14:57

PUISQUE TU ME HARCÈLES, me voilà pour t'aimer Cool
J'ai hâte de lire ce que t'as prévu, ton résumé m'a mis l'eau à la bouche ALORS FAIS VITE A ECRIRE TOUT CA Qu'on puisse s'éclater sur ce forum qu'il est tout beau
Et en passant, ton avatar a la classe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel dust
Célébrité : jena gorgeous malone
Messages : 14
Présence RP : présente
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 15:05

Merciiiiiii ma belle On espère ne pas vous décevoir avec les filles, on est en train de galérer comme des bouseuses sur notre chronologie.

MAIS OUI J'ECRIS ROH. Je te rappelle que je suis au boulot et qu'à tout moment je peux me faire chopper par ma boss, sale ingrate. Mais sinon merci de ton amour Et je te fais tes avatars rapidement ma douce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : blondie
Célébrité : Stephen amell
Messages : 148
Personnalités : Adam
Particularités : - etait fiancé à une bombe
- a trompé sa fiancé avec une autre et essaye de recommencer
- s'est fait tabasser il ya quelques années et il a encore honte de le dire aujourd'hui et il déteste qu'on le touche.
- il perdu un bébé
- il adore son job et déteste le club de strip ( il y va que pour ses clients)
- son partenaire veut exploiter le filon qu'est nerve, il ne veut pas.
Présence RP : Limitée, me mp.
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 16:42

Bienvenue (ou re ?)

_________________

are you ready to follow ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 17:40

Bienvenue belle gosse ! Et bon courage pour ta fichette

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : Cranberry / tumblr
Célébrité : Hottie Watson
Messages : 155
Personnalités : Solitaire
Particularités :
«i don't pay attention to the world ending,
it had ended for me
many times
and began again in the morning.. »

Présence RP : régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 22:43

une tatoueeeuse nous faudra un lien toi et moi
bienvenue ici ! hâte d'en savoir plus sur ton personnage

_________________
drugs in my veins
And if it kills me tonight, i will be ready to
die
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Ven 2 Sep - 23:43

Jena Malone ** Nous faudra un truc !!!

Bienvenue à toi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Sam 3 Sep - 13:23

Bienvenue officiellement little you

Si t'as des questions surtout n'hésite pas !


ET JOYEUX ANNIVERSAIRE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I hate this game
Crédits : paper.moon & tumblr
Célébrité : Kendall Jenner
Messages : 261
Particularités :
Présence RP : 0/4 : overbookée
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Sam 3 Sep - 18:57

Bon anniversaire, et bienvenue sur le forum

_________________

ONE START, ONE HEART, ONE LIFE TO LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Sam 3 Sep - 22:24

Excellent choix d'avatar
Bienvenue parmi-nous!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm just another player
Crédits : ©faust
Célébrité : sky ferreira
Messages : 97
Personnalités : Petit lapin blanc ou bien fillette perdue ou encore fantôme du système - ça dépend des gens, ça dépend des jour, ça dépend...ça dépasse.
Particularités :
Don't follow the White Rabbit

Présence RP : open
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Dim 4 Sep - 19:00

Jena *smokin hot* Malone
Avec cette bouille honnêtement tu me vends du rêve, hâte de voir ce que tu vas en faire
Bienvenue sur le fow en tout cas et bon courage pour la rédaction de ta fiche

_________________
I'm a little dysfunctional, don't you know ?
○ Listen, They call me genius, I run the show. Woman be on my penis, it's wonderful. Demons think they the meanest. But I brung the foe on the flow. Little bit sick, don't you know? I'm a little dysfunctional, don't you know? If you push me, it might be bad.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel dust
Célébrité : jena gorgeous malone
Messages : 14
Présence RP : présente
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Lun 5 Sep - 10:27

Merci à vous tous vous êtes choupinets
Je me bouge les fesses pour faire une fiche chouette & au plaisir de RP avec vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   Mer 7 Sep - 18:30

MA COPINE TATOUEUSE.
va falloir qu'on discute lien, tous les deux. et en attendant, officiellement bienvenue et courage pour le reste de ta fiche, qui en jette déjà.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: THEMIS + you don't know the half of the abuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
THEMIS + you don't know the half of the abuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Level UP :: Are you a watcher or a player ? :: Présentations validées-
Sauter vers: