AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une soirée entre nous ► Lev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Une soirée entre nous ► Lev   Sam 3 Sep - 19:30

Il avait attendu six mois ! Après six mois il osait ramener sa bouille d’ange, son regard ténébreux, sa connerie dans ta vie. Non mais sans blague, il faudrait que tu revoies tes itinéraires histoire de l’éviter davantage. En-même temps, tu étais dans la même école de médecine que lui, dans la même année également. Tu t’étais démené pour l’éviter durant six mois et lui, boum, il te tombe dessus l’air de rien et t’invite à bouffer. N’importe quoi, il a cru que c’était Noël en gros. Sûrement, sauf que oui, pas de chance, t’es un grand rancunier et tu n’oublies pas facilement le mal qu’on te fait. Il a cru qu’il pouvait revenir dans ta vie ? Ben non, raté pour le coup. Pas de cette façon-là en tout qu’à. Bon, en gros, tu étais de mauvaise humeur et tu avais besoin de te détendre, de t’amuser et surtout de penser à autre chose qu’à ton ex. Choppant ton portable tu cherches dans ton répertoire un nom qui pourrait justement correspondre à ta recherche, arrivé dans les L tu tombes sur le prénom de Lev. Un sourire amusé s’affiche sur ton visage, oui, voilà exactement ce qu’il te fallait. Lev était ce que tu avais autrefois, un mec qui refoulait clairement sa sexualité. Comment tu le sais ? Il suffit de savoir déchiffrer les regards, de voir à travers les lignes et son comportement quand le sujet était abordé. Souvent, tu te heurtais à un mûr voir à une foutue montagne, mais bon, tu es têtu et tenace et tu comptais bien lui faire avouer ce qu’il était réellement. Maintenant à voir s’il était bisexuel ou directement Homo, là, c’était la question à un million de dollars. Rapidement, tu envoies un message au jeune homme. « Hop, hop, hop, on bouge ses jolies petites fesses et tu viens me rejoindre au bar. Il est temps de faire la fête, de boire quelques verres et de se détendre mon ami. Ps ; pas capable de venir en pantoufle. »

Ça c’était votre truc. A chaque fois les défis stupides valsaient entre vous et ce, depuis que vous vous étiez retrouvés fourrés dans un défi de Nerve ensemble. D’ailleurs, vous aviez formez une très bonne équipe. Depuis, vous vous fréquentiez régulièrement, d’ailleurs, tu devais l’avouer, Lev était franchement mignon comme mec. Mais soit, tu n’es pas du genre à forcer les choses, à sauter sur tout ce qui bouge, surtout pas quand un mec n’avoue pas ce qu’il est. Tu as été dans cette situation, ça a foutu ton couple en l’air. Tu attends la réponse du jeune homme qui arriva rapidement, réponse positive, c’est parti. Rapidement, tu enfiles une veste en jeans, des lunettes de soleil et tu te recoiffe vite fait. Une fois prêt, tu choppe les clés de ta voiture pour te diriger vers le lieu de rendez-vous. Cela te prit une petite demi-heure, merci le trafic. Durant tout le trajet tu chantas comme une casserole au volant, bougeant dans tous les sens, prenant parfois une voie super aiguë…heureusement que tu étais seul dans l’auto, sinon, tu aurais explosé les tympans de ton passager. Une fois arrivé, tu te gares et descend du véhicule pour entrer dans le bar. Apparemment Lev n’est pas encore arrivé, sûrement en train de traîner des pieds sous la douche ou autre chose. Heureusement il reste une place, car vu le monde qu’il y a, c’est une chance que tu trouves un endroit ou poser tes fesses si facilement. Rapidement, le serveur vient prendre ta commande et tu prends une bière en attendant ton ami. Ben quoi, il fait soif ici hein !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel180886
Célébrité : Colton Haynes
Messages : 82
Particularités :
Présence RP : Régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Dim 4 Sep - 1:49

Une soirée entre nous
Folriano
feat.
Lev


 

 



 

 

Tonight we are victorious, champagne pouring over us, all my friends were glorious, tonight we are victorious

Je suis affalé dans mon canapé, zappant mollement entre les diverses chaines de la télé sans en trouver une qui vaille la peine d'être regardée. Je sais pertinemment que je vais passer ma soirée à m'ennuyer ferme si rien ne se passe et lâche un soupire qui ne passe pas inaperçu pour mes parents qui me jette un regard inquisiteur. Je hausse les épaules en guise de réponse et retourne à mon zapping sans grande conviction. M'ennuyer à Lorwels n'est pas une nouveauté, j'ai passé pratiquement 6 mois à cet exact endroit du canapé, à faire exactement la même chose, alors je devrais être un minimum habitué. Seulement depuis que je me suis inscrit à NERVE, mes phases d'ennui se sont faites sensiblement moins nombreuses mais aussi beaucoup plus difficile à supporter... C'est donc comme un cadeau béni que j'accueille le texto de Folriano qui me commande de m'extirper de ma misère et de venir le rejoindre dans un bar. Je bondis presque, faisant par la même occasion sursauter mes parents et me dirige vers ma chambre. Je passe plus de temps que nécessaire à m'habiller, principalement parce qu'il est très difficile d'assortir des pantoufles à une tenue pour ne pas passer pour un complet demeuré. Parce que oui, je compte bien relevé le défi de mon ami, parce que c'est un peu notre truc, de nous lancer des défis à la con pour le fun, histoire de voir qui est le meilleur joueur.

Une fois habillé, je monte dans le taxi qui va m'emmener au Queen Victoria, ignorant les regards du chauffeur vers mes superbes pantoufles. Je songe à un défi que je pourrais lancer au jeune homme et souris intérieurement en imaginant sa tête quand je vais arriver, pantoufle au pied. Je n'aurais jamais pensé rencontrer quelqu'un comme ça à Lorwels, avec qui je m'entendrais si bien. Pourtant, après notre défi brillamment accompli ensemble, lui et moi avons gardé contact, et depuis il est l'un de mes seuls véritables amis ici. Il ne se prend pas la tête et c'est un bon vivant, tout ce que j'aime. Et il est plutôt mignon. Je fronce les sourcils, me réprimandant mentalement une fois de plus au sujet de mes pensées déviantes. C'est d'ailleurs l'un des sujets qui nous amène toujours à nous prendre la tête, lui et moi... Parce qu'il est persuadé que j'ai quelque chose à cacher alors que c'est absolument faux et que ça a le don de me foutre en rogne. Je sais qu'il est bisexuel, parce qu'il ne s'en cache pas, et si je l'avais su dès le début je ne lui aurait probablement jamais adressé la parole, parce que ce n'est pas normal d'être comme il est, mais j'ai appris à le connaitre avant, alors je ferme les yeux sur cet aspect là de sa personnalité.

J'arrive au bar plus tôt que prévu, sans idée de défi en tête, et décide d'improviser selon le feeling. Je passe la porte, plusieurs personnes me dévisageant en partant de la tête et en restant bloqué sur mes pieds. Tout ça me fait plus rire qu'autre chose et je repère vite Folriano, dans son coin à siroter sa bière. Je m'approche discrètement et à la dernière seconde je lève la jambe et pose mon pied sur sa cuisse, histoire qu'il soit en premier plan pour constater ma victoire : "Ne sont-elles pas magnifiques ?" Je souris et lui sers la main tout en m'emparant d'un tabouret dont le siège est un peu collant, mais vu la foule, je me contente de ce que je peux trouver. "Franchement, t'aurais pu trouver mieux, si tu pensais que c'était ça qui allait m'arrêter, tu t'es mis le doigt dans l'oeil !" Je fais signe au serveur de venir et de me servir un mojito. Je scanne les alentours, toujours à la recherche d'un défi à lui soumettre, quand j'aperçois de quoi satisfaire mes envies. Je lui fais un signe de la tête, désignant un serre tête avec des antennes finie par un pénis, vestige d'un enterrement de vie de jeune fille, très certainement. "Tu crois que tu peux porter ça jusqu'à rentrer chez toi ?" Mon verre arrive et je le sirote un peu avant de poser la question cruciale : "Bon, c'est quoi le plan ce soir ? On part à la conquête de tous les bars de la ville ? On installe notre QG ici pour la soirée ? On part tous les deux en voiture jusqu'au bout du monde ? Fais moi rêver je suis tout ouïe !"

Je sais que quoi qu'il me réponde, ma soirée avec lui va forcément être mémorable, parce que jusqu'à présent, je n'ai encore jamais connu de raté en compagnie de Folriano Casanova...

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Dim 4 Sep - 12:56

Une soirée entre nous.
« Ouvres-les yeux, admets-le, il y a plus que de simples regards. »

Tu es plongé dans ta bière, le regard posé dedans comme un crétin après avoir regardé les gens de passages. Ils sont nombreux. Certains sont accompagnés de leurs amis, d’autres sont en couples ou encore en train de se faire une partie de chasse. A cette idée tu lèves les yeux au ciel. Toi-même tu es considéré comme un charmeur, pourtant, les gens ne semblaient pas faire la différence entre charmeur et connard. Oui, tu aimes charmer, tu aimes plaire aux autres. Néanmoins, tu ne mets pas n’importe qui dans ton lit, enfin, tu essayes du moins. Parce que avouons-le, avec un verre de trop dans le nez c’est dur de garder ses convictions et habitudes intactes. Certes, tu as déjà eu des relations sans lendemains, te réveillant aux côtés d’un ou d’une inconnue. A ce moment-là tu te sens franchement mal, comme pris à ton propre piège. Du coup si tu étais chez la personne tu prenais tes jambes à ton cou, laissant quand même un petit mot sympathique histoire d’être poli. Si tu étais chez toi, ben, tu offrais le petit déjeuner pour pas foutre à la porte la personne en question. Mais voilà, c’était franchement rare, tu n’étais pas programmé pour ce genre de choses. Casanova est peut-être ton nom de famille, mais il ne définit pas ce que tu es, pas totalement du moins. Tu déteste qu’on te colle cette étiquette sur le front, tu déteste qu’on t’appelle Casanova. Déjà que ton prénom à coucher dehors n’est pas un exemple, alors bon. Merci papa d’avoir inversé deux lettres à ta naissance. Bref, tu sens un pied venir se poser sur ta cuisse et tu sursautes légèrement. Non mais le con ! Te tirant de tes pensées, tu lèves les yeux vers Lev, croisant son regard alors qu’un sourire en coin s’affiche sur tes lèvres.  "Ne sont-elles pas magnifiques ?"

« Elles sont merveilleuses. » Ta voie est taquine, amusée. Tu lui serre la main alors que maintenant, tu peux remarquer les regards posés sur vous à cause des pantoufles de ton ami. Oh ça va, ce n’est pas comme s’il était venu en pyjama…merde, tu aurais dû lui dire de venir en boxer tiens, ça aurait été vachement plus drôle et surtout, tu aurais eu le loisir de pouvoir admirer la marchandise. Il attrape un tabouret pour se poser dessus et toi, tu ne le quitte pas des yeux, toujours ce petit sourire en coin affiche sur ton visage. Il est d’un an ton aîné, néanmoins, son visage semble plus jeune que le tiens. Bof, tu t’en fou pour dire la vérité. "Franchement, t'aurais pu trouver mieux, si tu pensais que c'était ça qui allait m'arrêter, tu t'es mis le doigt dans l'oeil !" Tu ricanes en secouant la tête. Oui, tu n’avais pas été très inventif sur le coup, mais au final la soirée ne faisait que commencer et Lev devrait savoir que plus le temps allait passer, plus tu allais devenir inventif et tordu dans tes défis. Surtout si tu buvais quelques verres, là, tu allais sûrement pousser très loin le bouchon…surtout avec lui. Tu voulais le pousser dans ses retranchements, le faire ouvrir les yeux, quitte à te prendre la tête avec lui. Parce que bon, ça ne serait pas la première fois, pourtant, vous êtes toujours là, ensemble, dans un bar malgré tout. Vos prises de têtes ne duraient pas éternellement, d’ailleurs, tu revenais souvent vers lui l’air de rien. « Je ne fais que m’échauffer Lev, ne me cherches pas sinon tu risquerais de t’en mordre les doigts. » Tu lui fais un petit clin d’œil, le laissant appeler le serveur pour passer sa commande.

"Tu crois que tu peux porter ça jusqu'à rentrer chez toi ?" Tu hausses un sourcil, tournant ton regard vers l’objet en question. Penchant légèrement la tête sur le côté, tu ricanes. Le jeu à commencer, c’est parti. « Bien sûr, je serais trop sexy avec ça sur la tronche. »  Tu bois une bonne gorgée de bière, puis une autre, vidant la moitié d’un trait sans grandes complications. Tu n’es pas un alcoolique de nature, néanmoins, quand tu sortais tu finissais rarement sobre… "Bon, c'est quoi le plan ce soir ? On part à la conquête de tous les bars de la ville ? On installe notre QG ici pour la soirée ? On part tous les deux en voiture jusqu'au bout du monde ? Fais moi rêver je suis tout ouïe ! Tu tournes la tête vers Lev, prenant soin de réfléchir un instant au programme de votre soirée. « Attends. » Te levant rapidement, tu vas chopper l’objet du défi pour le planter sur ta tête devant le regard amusé des autres. Tu vois le serveur pouffer de rire, habitué à tes frasques. Tu offres un clin d’œil à celui-ci avant de te poser de nouveau près de Lev sans t’asseoir. « Je te propose qu’on boive jusqu’à plus soif, qu’on fasse plusieurs bars ensuite qu’on aille s’échouer sur la plage pour se rafraîchir…ensuite, on retourne boire jusqu’à ce qu’on s’écroule quelque part sans plus savoir nous relever… » Tu secoues la tête pour faire bouger les antennes pénis dans tous les sens. « Je suis comment ? Sexy ou pas ? » Tu prends la pause comme une star d’un air assez comique et vraiment pas convaincante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel180886
Célébrité : Colton Haynes
Messages : 82
Particularités :
Présence RP : Régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Mer 7 Sep - 22:21

Une soirée entre nous
Folriano
feat.
Lev


 

 



 

 

Tonight we are victorious, champagne pouring over us, all my friends were glorious, tonight we are victorious

Je sais pertinemment en lui lançant mon défi qu'il va l'accepter, parce qu'il m'a fait venir en pantoufle et qu'il va en entendre parler pendant environ une éternité s'il se dégonfle, mais surtout parce que Folriano est comme moi, un Joueur invétéré qui n'a peur de rien. Ça ne fait vraiment pas longtemps que je suis sur Nerve et je n'ai pas encore accompli de défi digne de ce nom pourtant je me suis rapidement retrouvé pris dans la spirale d'adrénaline que même le plus commun des défis engendre. Depuis six mois que je tourne en rond dans ce coin perdu du Royaume Uni, le jeu a été la libération de mon quotidien ennuyeux à mourir. J'en oublierai presque mon ambition de retourner à Volgograd, mais je ne suis pas non plus complètement accro : ma mission reste de me faire assez de pognon pour me tirer vite fait et reprendre ma vie en Russie. D'ailleurs, à la base, je n'étais pas sensé me faire d'ami, pour ne pas avoir de remords à partir, mais je n'aurais jamais pu tenir cette promesse même si je l'avais voulu, surtout pas face à quelqu'un comme Folriano qui partage la même passion que moi pour la fête et les coups foireux.

Il se lève soudain et je manque de renverser mon mojito à cause de l'effet de surprise tant je m'étais perdu dans mes pensées. Je le regarde attraper les antennes pénis et les visser avec assurance sur sa tête. Je ne retiens pas un rire franc, parce que c'est probablement ce que j'aime le plus dans ma relation avec Folriano : pas de jugement, pas de tabou, on est prêt à tout pour s'amuser. Et puis il y a cette saveur particulière à trouver les défis les plus absurdes et regarder son ami les réaliser. Bien sûr, j'ai déjà vu Folriano dans des défis lancés par des Voyeurs, mais ce n'est pas la même chose, c'est beaucoup plus officiel, plus sérieux, bien moins personnel. C'est ce qui me fait comprendre pourquoi les Voyeurs font ce qu'ils font, regarder au lieu de faire et voir son Joueur préféré accomplir le défi qu'on lui a lancé et se sentir proche de lui, spécial en quelque sorte, malgré la protection de l'anonymat et la barrière de l'écran.

Mon rire s'arrête en même temps que Folriano fait un clin d'oeil au serveur. Je ne peux m'empêcher de ressentir une pointe de jalousie et me gifle mentalement pour me sentir comme ça. Je me fais une note mentale en essayant de me convaincre que j'ai envie de Johanna là tout de suite, échoue misérablement, et souris à Folriano qui vient se poser près de moi, espérant de tout coeur qu'il ne s'est pas aperçu de ma réaction sans quoi on risque de se reprendre la tête ce soir, et ce n'est pas ce que je veux.

Mon sourire s'élargit de plus belle en entendant sa proposition qui ressemble de très près à ma définition d'une soirée idéale, et je finis mon verre cul sec en signe d'approbation. Je fais mine de le regarder très sérieusement quand il prend la pose, comme un critique de mode regarderait un mannequin lors d'un défilé, en profitant un passage pour me rincer l'oeil sans vraiment le réaliser. "Vous êtes parfait, monsieur, le roi de la soirée ! Mais je ne peux décemment pas vous laisser ce titre, alors je vous défie !" Je prends mon air le plus théâtral possible, levant la voix pour me faire entendre par tous ceux présents dans le bar tout en me levant et faisant les cents pas en agitant les mains comme un dramaturge à l'apogée de sa pièce héroïque. Je m'arrête près du bar, m'empare d'une bouteille de vodka et reprend sur un ton des plus magistral : "Un bière-pong, ta majesté, et le perdant paye la bouteille !" Je termine par une courbette exagérée au possible et relève la tête vers Folriano, un sourire mesquin sur le visage, parce que je peux voir d'ici où la soirée se dirige, et que ça implique un taux d’alcoolémie qui ferait pâlir un légionnaire en permission.

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Sam 10 Sep - 22:25

Une soirée entre nous.
« Ouvres-les yeux, admets-le, il y a plus que de simples regards. »

Ça avait toujours été ainsi entre vous. Défis stupides lancés, récompensées imaginaires à la clef. Tu ne relevais pas les défis pour avoir une quelconque récompense, non, c’était juste pour avoir le plaisir de le faire. Tu es comme ça, possédant ce besoin de faire monter l’adrénaline, de sortir de ton univers de petit bourgeois. Parce qu’il est là le souci, au début, beaucoup te voyaient comme tel. Un enfant de riche avec sa grande maison, une piscine, des vêtements de marques, des études que papa et maman payaient…Oui, certes, ils n’avaient pas tores, pourtant, tu n’avais jamais eu un comportement de gosse gâté. Loin de là. Tu avais toujours été le premier à tendre la main si nécessaire, à dépenser ton argent pour les autres avant toi-même. Oui, tu te plongeais dans tes études, néanmoins, ce n’était pas pour tes parents mais bien pour toi que tu voulais réussir. Tu voulais faire ce travail pour aider, pour partager tes connaissances, sauver des vies enfantines. De ce fait, si au départ tu ne possédais pas énormément d’amis, à présent, la liste était très longue. Casanova était un nom connu dans certains bars, dans ton université. Tu avais ta réputation de joyeux fêtard, de bon élève et sûrement celle d’un charmeur mais pas d’un salop. Tu prenais soin de cette réputation, de ton nom. Certes, tu aimes charmer, mais jamais tu ne jouerais avec le cœur des autres, tu sais à quel point ça peut faire mal et tu ne souhaites cette douleur à personne.

Tu te lèves donc, manquant de faire renverser son verre à Lev pour aller chercher l’objet de ton défi. Le plaçant sur ta tête, tu éveilles les rires mais ça ne t’offusque pas, que du contraire, tu ris de toi-même. L’autodérision est un art que tu sais manier à la perfection. Un clin d’œil au serveur et déjà, tu vois Lev cesser de rire ce qui te conforte dans tes idées. Pourtant, tu sais également que le sujet est tabou et, si tu voulais passer une bonne soirée, tu allais devoir t’y prendre autrement pour le faire réagir. Parce que oui, tu comptais bien le faire réagir. L’art d’éveiller la jalousie chez les autres est également quelque chose que tu manies facilement, tu sais comment t’y prendre aussi sournoisement que possible. Revenant vers ton ami, tu prends la pause devant son regard de juriste. "Vous êtes parfait, monsieur, le roi de la soirée ! Mais je ne peux décemment pas vous laisser ce titre, alors je vous défie !" Il avait pris un air théâtral, faisant en sorte que tout le monde puisse l’entendre. Un petit sourire s’affiche sur tes lèvres alors que tu dégages une des deux antennes qui commençait à pendouiller devant tes yeux. Partant vers le bar, tu es déjà curieux de voir ce qu’il te réserve. "Un bière-pong, ta majesté, et le perdant paye la bouteille !" Déjà, la moitié du bar vous observais et ce n’était pas pour te déplaire, provoquer la jalousie de Lev n’en serait que plus facile, surtout face à sa réaction devant un simple clin d’œil au serveur.

Montant sur une chaise, tu prends la pause d’un combattent, autant rester dans l’exagérer. Quoi que, tu devais avoir l’air bien stupide avec tes antennes. « Et j’accepte ce défi mon cher, car nulles personnes ne peut me battre. » Sautant sur le sol, tu ajoutes haut et fort. « Qu’on prépare l’arène ! » Bien sûr, certains gros fêtards ne manquèrent pas de se prêter au jeu et de commencer à préparer la dite arène. Tu plonges durant un instant ton regard dans celui de Lev, un air amusé sur le visage. Ton sang chaud brésilien prenait déjà le dessus, laissant tes origines s’emparer de tout ton être. « Mettons-nous en condition. » Tu avais dit ça calmement et, sans prévenir, tu enlèves ta veste ainsi que ton haut, te retrouvant torse nu. Quelques sifflements résonnent dans la pièce et tu t’inclines à gauche puis à droite, autant déstabiliser son adversaire comme on peu non ? « A vous l’honneur jeune homme, étant un homme galant, je vous prie de commencer pour ainsi, mieux vous écraser par la suite… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel180886
Célébrité : Colton Haynes
Messages : 82
Particularités :
Présence RP : Régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Dim 11 Sep - 23:20

Une soirée entre nous
Folriano
feat.
Lev


 

 



 

 

Tonight we are victorious, champagne pouring over us, all my friends were glorious, tonight we are victorious

Je regarde Folriano monter sur la chaise, et mes yeux s'élargissent en même temps que mon sourire : même si je l'ai déjà vu à l'oeuvre, et que je viens moi-même de me donner en spectacle, je ne peux m'empêcher d'être ébahi quand il fait son show. On dira ce qu'on voudra, mais faire l'imbécile en public, c'est tout un art ! Je ne connais pas grand monde qui serait capable de monter sur une chaise au milieu d'un bar plein à craquer, pour répondre à un défi lancé par un homme plus ou moins maître de lui-même, le tout dans un style emphatique et avec une paire d'antennes-pénis sur la tête. J'essaie de rester dans le rôle de l'adversaire courroucé, mais ne peux m'empêcher de pouffer devant les pitreries de mon camarade, accompagné par la foule de curieux qui s'est désormais changée en foule d'admirateurs et de supporters ravis d'avoir trouvé une occupation d'aussi bonne qualité que complètement inattendue.

Plusieurs personnes se précipitent pour mettre en place le bière-pong, personnel du bar ou clients un peu trop désireux de voir notre combat de titans de l'alcool, ou plus plausiblement dans l'espoir de voir l'un d'entre nous s'écrouler par terre ou faire tomber tous les gobelets du jeu grâce au seul contenu régurgité de son estomac. J'aperçois le serveur de tout à l'heure parmi les volontaires, et arrive à l'ignorer sans même entamer ma bonne humeur du moment : il faut dire que c'est difficile de faire la gueule quand une salle entière rit avec vous, ou de vous, et que le taux d'alcool dans votre sang dépasse trois fois le seuil autorisé par la loi. Pourtant, la stupeur puis la panique remplacent vite ma joie d'être ici lorsque Folriano, un brin trop dans l'action à mon goût, se met torse nu.

Quelques sifflements accueillent cette vision, et comment les en blâmer : il a un corps de rêve et je sais qu'il en a parfaitement conscience. En fait, je me demande même si ce petit jeu anodin ne s'est pas transformer en quelque chose d'autre sans que je m'en rende compte : c'est assez difficile de juger de ce genre de choses quand votre vision commence à se troubler... Je ne devrais pas me rincer l'oeil et bien que ce soit très difficile, j'arrive à me recomposer et fixe mon attention sur le bière-pong désormais installé. Je m'empare de la balle et un silence presque religieux s'installe pour me laisser me concentrer, sorte de code des ivrognes adeptes de jeux d'alcool. Je vise, tire, et regarde la balle atterrir dans le verre au centre de sa pyramide.

Mon côté de la salle exulte, supportant un champion qu'ils ont choisi au hasard mais défendront jusqu'au bout désormais, et je me laisse aller à un cri de joie moi aussi. Je relève les yeux vers Folriano, de l'autre côté de la table, mon regard s'attardant de manière plus ou moins discrète sur les muscles de son torse, remontant jusqu'à croiser ses yeux. Je lui fais mon plus beau sourire narquois, ouvre la bouteille de vodka d'une main experte, prend une gorgée et, sentant l'alcool se frayer un chemin bouillant le long de ma trachée, dis d'une voix grave : "Fais moi voir ce que tu vaux, Casanova."

Je ne suis pas bien sûr de cette provocation, ni même de ce que je suis en train de faire. Tout ce que je sais avec certitude, c'est que je ne veux pas perdre. Et que je dois absolument me contrôler pour éviter de m'exposer surtout auprès de lui. Et que je vais devoir casser la gueule à ce putain de serveur qui se tient juste à côté de Folriano, souriant de toutes ses dents pour me narguer en me fixant. Ou peut-être qu'il sourit à cause de ma réplique et qu'il fixe le jeu ? Non, absurde, en plus il me faut une raison pour le frapper.

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Mer 14 Sep - 8:50

Une soirée entre nous.
« Ouvres-les yeux, admets-le, il y a plus que de simples regards. »

L’alcool te monte vite à la tête, c’est clair et net. Tu as du mal à te contrôler quand tu vois troubles, enfin, quand tu commences. Tu le sais pourtant, tu ne dois pas abuser de l’alcool. Le savoir et le faire sont deux choses complètement différentes, surtout lorsque tu es entouré et que tu es encouragé à boire comme un trou. Tu pousses le bouchon loin en enlevant ton haut, sentant les regards sur toi. T’es un véritable charmeur, tu le sais, mais la différence est que tu ne couches pas avec le premier ou la première venue. Non, pour toi le sexe est quelque chose de réfléchis et il doit y avoir un minimum d’attirance et de connaissance de l’autre. Oui, si le nom Casanova en dit beaucoup il peut également être trompeur dans certaines situations. D’ailleurs, en général tu n’as pas énormément de conquêtes, c’est sûrement pour ça que tu as du monde autour de toi. Enfin, tu n’en sais rien, tu n’y prêtes pas plus attention que ça pour dire la vérité. La foule se met en mouvement, se fendant en deux. D’un côté les supporters de Lev et de l’autre les miens, prêts à nous supporter jusqu’au bout de la nuit s’il le fallait. Charmant. Lev se place donc après avoir repris ses esprits, parce que oui, tu avais bien remarqué son blocage lorsque tu avais enlevé ton haut. Ça fonctionne, tu utilises la bonne méthode. L’attention, la jalousie, c’est juste un jeu de manipulation que tu manies avec soin.

Il attrape la balle en plastique et fini par tirer. Tu souris en écoutant les exclamations du côté de sa salle lorsqu’il réussit à foutre dans le mille. Tu peux voir son regard remonter sur toi, atterrissant enfin dans tes yeux bleus. Buvant une gorgée de Vodka, il finit par s’exclamer, un sourire narquois sur les lèvres. "Fais moi voir ce que tu vaux, Casanova." Un sourire amusé s’affiche sur mon visage alors que je le fixe durant quelques secondes, faisant bien sûr exprès de planter mon regard sur lui. Finalement, je détourne les yeux alors que le serveur me donne une nouvelle balle en plastique que je fais rebondir dans ma main plusieurs fois. « Com prazer o menino bonito. » Oui, tu avais fait exprès également de parler Portugais, ta langue natale étant né au Brésil. En gros, tu venais simplement de lui dire – avec plaisir beau gosse – Comprenait-il ta langue ? Tu en doutais, bon, en-même temps tu ne connais pas tout de sa vie et toi, tu parles plusieurs langues grâce à l’éducation de tes parents. Détournant les yeux tu te positionne convenablement, tu vises et tu tires. Comme Lev, ça atterri en plein dans le mille et tu lèves les bras en vainqueur en t’inclinant devant tes supporter. Tu fais ça, comme toujours, avec un air très théâtrale. Te dirigeant vers Lev, tu lui prends la bouteille des mains, frôlant accidentellement ses doigts – ou pas -, lui volant une grande gorgée de vodka.

« Abandonne… » Tu souris avec calme alors que tu lui rends la bouteille, reculant de plusieurs pas pour percuter le serveur. Il te colle aux fesses et, sur le coup, ça te fait bien rire. Il pose une main sur ton épaule et vient murmurer quelques paroles à ton oreille, prétextant que si tu gagnais tu aurais une toute autre récompense. Sauf que ce con était proche de Lev et qu’il semblait parler plus fort que prévu. Tu souris gentiment au serveur, pas vraiment intéressé par sa proposition généreuse, mais tu n’allais pas l’envoyer balader brusquement non plus. « Pause ! Je dois aller prendre l’air avant de continuer ! Je dois concentrer mon karma… » Ouai c’est ça, tu as juste besoin de t’éloigner de ce serveur trop collant. Glissant entre quelques clients, tu choppes la bouteille de Lev une fois de plus en riant. « Si t’as soif, tu sais où la trouver… » Bien sûr, comme toujours, tu prends un air complètement innocent en lui disant ça. Sauf que…c’était loin d’être des paroles innocentes. Ni une, ni deux, tu te retrouves devant le bar, l’air frais caressant ton torse nu, ton visage, tes cheveux.

A savoir, quand on boit et qu’on sort, le changement de température fait que le contrecoup est horrible… Déjà, tu sens que l’alcool est bien plus intense dans tes veines. Tu te sens un peu ailleurs, prêt à faire du grand n’importe quoi…Il faut que tu trouves un moyen de faire réagir ton ami, de le pousser dans ses retranchements, de le faire céder d’une quelconque façon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel180886
Célébrité : Colton Haynes
Messages : 82
Particularités :
Présence RP : Régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Mer 14 Sep - 23:26

Une soirée entre nous
Folriano
feat.
Lev


 

 



 

 

Tonight we are victorious, champagne pouring over us, all my friends were glorious, tonight we are victorious

Je maintiens le contact visuel avec Folriano et, bien qu'il ne dure que quelques secondes, j'ai l'impression que le temps s'est arrêté et ce qui m'embête, c'est que je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne ou une mauvaise chose : d'un côté, je peux utiliser notre mise en scène théâtrale pour admirer le bleu de ses yeux sans me sentir coupable, et c'est une bonne chose. Non, Lev, ce n'est pas une bonne chose. Ce n'est pas normal. Arrête ça tout de suite avant que ça ne dérape. J'entends cette petite voix me mettre en garde, et quelque part dans mon cerveau embué par l'alcool, je crois que je sais qu'elle a raison mais, toujours à cause de ma meilleure amie vodka, je décide de l'ignorer et de me laisser aller, malgré l'éclat peu rassurant qui brille dans les yeux de mon ami. Je connais cet air : il manigance quelque chose, et ça n'a à coup sûr rien de bon...

Après une éternité de quelques secondes, donc, Folriano détourne le regard pour s'emparer de la balle que lui tend le serveur que je tiens instantanément pour responsable de l'arrêt net de ma contemplation des yeux de mon ami qui... Je ne sais pas où je veux en venir, tout ce que je sais, c'est que le serveur va morfler d'une façon ou d'une autre. Je suis d'autant plus irrité quand je rate ce que Folriano dit, ne captant que la fin d'une phrase vraisemblablement en Portugais. Ce n'est pas le fait d'avoir loupé la phrase qui m'énerve, parce que je n'aurais pas le sens, c'est plus d'avoir entendu ce que j'ai entendu "bonito"... Parce que je ne suis pas non plus idiot, et je sais qu'il est aussi très loin de l'être, alors s'il a dit quelque chose de compromettant dans une langue étrangère tout en utilisant un des mots les plus répandus pour que je me torture l'esprit, et bien c'est réussi...

Je décide de mettre tout ça de côté, d'une part parce que je commence à ne plus pouvoir suivre le fil de mes propres pensées, et d'autre part parce qu'il a lancé la balle, qui vient se loger pile dans un de mes gobelets. Je grogne, mécontent de devoir boire la bière qui commence déjà à tiédir, mais m'exécute parce que c'est la règle tout en le regardant faire son show. Quand il vient vers moi et me prend la bouteille des mains, je n'entends même pas ce qu'il me dit, trop remué par le contact de ses doigts contre les miens. J'ai l'impression d'âtre une gamine de douze ans qui connait son premier amour... Sauf que je ne suis pas une gamine, que j'ai passé les douze ans depuis une éternité, et que je ne suis définitivement pas en train de connaître mon premier amour...

J'avale ma bière cul-sec à défaut de trouver autre chose à faire et manque de m'étouffer en entendant les mots que le serveur glisse à Folriano. Mon poing écrase le gobelet en plastique avant que j'ai pu me rendre compte de ce que je faisais, et je lutte plus fort que jamais pour ne pas faire un high-five au serveur. Dans la tête. Avec la table du bière-pong. Mon regard est fixé sur lui, et je pourrais presque sentir les étincelles jaillir de mes yeux... Cette fois c'est certain, j'ai l'alcool violent, et je sais qu'il est déjà trop tard pour éviter une catastrophe. Surtout lorsque je m'aperçois que Folriano est sorti du bar en me prenant la bouteille sans même m'en rendre compte tellement je fulminais. Bon. Grande inspiration, sortir c'est la meilleure façon de ne pas devenir un meurtrier ce soir, et avec Casanova dehors, j'ai une excuse toute faite pour m'éloigner sans que ça fasse louche. Je détourne mon regard du serveur qui me sourit toujours bêtement et commence à m'avancer vers la sortie.

Et c'est à cet instant précis que tout a mal tourné : par un concours de circonstances malchanceux, ou peut-être parce qu'il a décidé de me provoquer et faire la pire erreur de sa vie, le serveur décide de bouger en même temps que moi et finit par me faire un croche-patte qui manque de me faire m'étaler par terre. Je me rattrape in extremis au bar, sous les gloussements amusés de la foule et, comble de l'horreur, du serveur lui-même qui ne semble pas désolé le moins du monde. Je me redresse, me demande ce que je vais bien pouvoir lui balancer dans la gueule, et, réalisant les regards braqués sur moi, encercle finalement l'épaule du serveur de mon bras. "Ah, c'est rien mec, viens prendre ta pause avec nous va, j'ai crû comprendre que Casanova te plaît bien !" J'avance, forçant l'autre à me suivre malgré une légère résistance, vers la sortie. Evidemment, l'appel d'une bonne soirée de jambe en l'air est plus forte que n'importe quel duel silencieux entre deux prétendants à la même proie, et le jeune homme se fait tout mielleux, pensant certainement que je vais lui arranger le coup.

Nous sortons en même temps et je sens la rage bouillir en moi. Ne pouvant plus me contenir, j'attrape soudain le serveur par le col de sa chemise et le plaque contre le mur du bar. Je lève mon bras, poing serré, et au moment où je m'apprête à lui refaire le portrait, je vois Folriano du coin de l'oeil, seul et unique témoin de la scène. Eh merde. Je pourrais m'arrêter, mais ami alcoolisme et copine jalousie ont beaucoup trop d'arguments... "Voilà ta récompense, mudak." Je sens mon poing rencontrer son nez, entend le craquement que je ne connais que trop bien, et sens le sang jaillir.

Voilà, je savais que ça allait mal finir. La baston commence, et c'est moi qui ai commencé cette fois, pas d'excuse...
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Mer 14 Sep - 23:55

Une soirée entre nous.
« Ouvres-les yeux, admets-le, il y a plus que de simples regards. »

Tu sens l’air frais te caresser le visage, te donnant une sensation de tournis assez désagréable. Tu devrais arrêter de boire, malheureusement, quand tu commences tu as tendance à ne pas savoir t’arrêter. Puis, avouons que la soirée commençait bien. Tu t’amusais assez, provoquant sournoisement l’attention de ton ami qui ne te laissais pas indifférent, puis c’est toujours mieux de jouer comme ça. Avec Lev c’était différent, tu devais le faire venir à toi sans le bousculer, sans le pousser en quelque sorte. Il devait croire qu’il venait vers toi par sa propre volonté, de ce fait, il ne t’en voudra pas vraiment si il craque. Si ? Bon, sûrement à cause de l’alcool. Oui, c’est un raisonnement logique, il prendra ça comme excuse si il finit par faiblir, baissant sa garde. Chose qu’il était en train de faire, tu en étais sûr et certain. Tu l’avais vu dans ses yeux, quand vos regards c’étaient plongés l’un dans l’autre. Tu avais senti qu’il n’allait pas détourner les yeux, chercher à se cacher, se dérober. Rien que ça c’était plus qu’encourageant. Prenant une bonne gorgée de Vodka, tu quittais la réalité pour te plonger dans tes pensées. Titubant, vacillant, tu ne tiens plus très droit. Tu devais d’ailleurs être très comique à voir. Heureusement, grâce à cette soirée tu avais oublié Alexandre, mais ça, dès que Lev entrait dans ton champ de vision c’était loin d’être une surprise. C’était comme ça, inexplicable, plaisant. Tu en oubliais tes soucis, tes emmerdes, tes peines de cœur.

Tu ne sais pas combien de temps s’écoule avant que la porte s’ouvre, te faisant tourner légèrement les yeux. Là, tu te fige sans vraiment le réaliser. Lev venait de sortir accompagné du serveur, chose qui te surpris assez. Bon, peut-être que le serveur venait te casser les pieds et Lev réclamer sa bouteille de Vodka. Mais non, tu avais complètement faux sur le coup. A peine sorti que tu vois ton ami chopper le serveur par le col, lui explosant le dos contre le mur. Toi, con comme tu es, tu reprends une gorgée de Vodka histoire d’être sûr que tu ne rêvais pas. Il ne va quand même pas lui casser la gueule ? Si ? Vos regards se croisent une nouvelle fois, tu te tournes complètement vers eux, gardant le silence. Tu ne sais pas trop ce qu’il s’est passé pour que ça en arrive aux mains. Tu n’es quand même pas dehors depuis si longtemps…genre, y a quoi, quelques minutes sans plus. Oui, en vrai t’es complètement paumé là. "Voilà ta récompense, mudak." Et là c’est la tragédie en plein. Tu vois son poing se lever et s’écraser sur le pif du serveur, lui explosant littéralement alors que du sang jailli de celui-ci. D’accord, là t’es choqué. Il vient vraiment de le frapper ? Mais pourquoi ? Il serait jaloux au point d’en arriver à se battre ? Non, il devait s’être passé autre chose, ce n’est pas possible autrement. Le Lev que tu connais renie complètement ce qu’il est…exposé sa jalousie de la sorte serait…un miracle.

La bagarre éclate et le serveur, connu pour rendre les coups, ne se laisse pas faire. Il réplique directement, sauf que voilà, il n’a pas non plus les toffs d’un bagarreur…Des deux, tu parierais sur Lev sans hésitations. Tu clignes plusieurs fois des yeux, regardant autour de toi. Personne pour les séparer ? Non ? Ben quoi, t’as juste un gros verre dans le nez…Heureusement pour toi, toute ton enfance tu l’as passée à t’entraîner dans l’art du combat grâce à ton père, qui heureusement, a décidé de faire en sorte que tu saches te battre au cas où. Tu déposes donc gentiment ta bouteille alors que les deux sont en train de se battre, la mettant à l’abri d’un quelconque ravage. Une fois fait, tu te diriges vers les deux et tu vois le serveur foncer, le nez en sang, sur Lev. Ni une, ni deux, tu choppes celui-ci par la gorge avec une rapidité surprenante. Oulà, t’as encore de bons réflexes pour un mec bourré. « Stop ! » Sauf que tu sens ton ami sur les nerfs, il ne va pas lâcher l’affaire aussi facilement que le serveur. Du coup, tu lâche l’autre et bloque ton ami comme tu peux. Mes mains tenaient fermement ses bras, mon corps collé au sien. Putain, proximité fascinante que tu aurais souhaitée en d’autres circonstances. « Putain Lev, ça suffit maintenant. Il se passe quoi ici ! »

Ta voix gronde légèrement alors que tu entends la voix du serveur s’élever, furax mais assez intelligent pour ne pas renchérir. « Demandes à ton pote ! La prochaine fois, évites de ramener des mecs jaloux ! A ce que je sache t’es pas en couple Folriano. » D’accord, tu venais d’avoir ta réponse… Tu remarques également que de nombreux clients sont sortis pour admirer la scène. Ils étaient là depuis combien de temps eux ? Je lâche Lev pour me tourner vers le serveur. « De un, je ramène qui je veux, comme tu viens de le dire je ne suis pas en couple. De deux, dégages de ma vue sinon je t’explose la mâchoire. De trois, va à l’hosto il t’a pété le nez. Et pour finir, qu’on nous ramène nos affaires, on dégage ! » Un ami de cours rentre directement à l’intérieur pour aller chercher tes affaires, alors qu’une fois de plus, tu te tournais vers Lev. La foule c’était dispersée et était rentrée, n’ayant plus rien à voir, vous étiez donc seuls.  « Tu joues à quoi là ? » Tu plonges ton regard dans le sien, les sourcils légèrement froncés alors que, de nouveau, tu avais raccourci votre proximité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel180886
Célébrité : Colton Haynes
Messages : 82
Particularités :
Présence RP : Régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Jeu 15 Sep - 0:45

Une soirée entre nous
Folriano
feat.
Lev


 

 



 

 

Tonight we are victorious, champagne pouring over us, all my friends were glorious, tonight we are victorious

Comment je pensais que ça allait se finir avant d'encastrer mon poing dans le visage du serveur ? Absolument aucune idée. Zéro. Pas même l'ombre du commencement d'une théorie. Je sais, par contre, ce à quoi je ne m'attendais pas : je ne m'attendais pas à ce que son nez éclate, soit c'est du carton, soit je ne contrôle plus ma force et à tous les coups on va dire que c'est de ma faute. Ensuite, vu le jeu mesquin du serveur plus tôt dans la soirée, je ne m'attendais pas à ce qu'il réplique ou du moins pas aussi bien. Il avait plus l'air d'une fouine jacassant pour la cour et qui se fait la malle au moindre signe de danger que d'un vrai combattant. Comme quoi, même ce déchet a une dignité, bien qu'il ne m'égale absolument pas, parce que j'ai grandi en Russie, et s'il y a bien un cliché qui s'avère être vrai, c'est que ce n'est pas vraiment un pays tendre. Quoi d'autre ? Folriano, bien sûr. De base, je n'avais absolument pas calculé qu'il serait en premier plan de la scène, ça m'aurait plus arrangé qu'il soit parti s'effondré saoul quelque part plutôt qu'il ne soit témoin de mon léger débordement. Mais surtout, surtout, je ne me serais absolument pas attendu à ce qu'il soit capable de se battre lui aussi. Parce que putain, ça c'est de l'intervention !

Je ne sais pas ce qu'il en est du serveur, mais il faut généralement plus d'une personne pour arrêter un Lev furieux, en fortiori lorsqu'il est alcoolisé... Pourtant, lorsqu'il se saisit de moi, je ne lutte pas longtemps avant de me calmer. Ses mains me tiennent fermement et je me plaque contre lui par pur réflexe. Si ma vision n'avait pas été brouillée par mon envie de meurtre, j'aurai sûrement apprécié l'intimité du moment, la chaleur de son corps contre le mien et l'emprise rassurante qu'il a sur moi. Mais je suis trop concentré pour l'autre abruti pour ressentir tout ça ; malgré tout, j'ai tout de même conscience de ce rapprochement qui est voulu, notant inconsciemment l'association de sa personne comme d'un refuge.

Son ton réprobateur me force définitivement à redescendre sur terre, presque honteux de mon comportement. La seule chose qui m'empêche d'être totalement repentant, c'est la présence de mon adversaire qui n'hésite pas à en remettre une couche en me qualifiant de jaloux devant plusieurs clients qui se sont déjà amassés devant le bar à cause du grabuge. Je laisse Folriano s'occuper du serveur, mais ne retiens pas une série d'insultes bien de chez moi quand ce dernier disparaît en même temps que les autres dans le bar, cherchant certainement à lui tirer les vers de ce qu'il lui reste de nez, puisque ce n'est de toute évidence pas moi qui vais aller leur raconter les détails croustillants de ce qui vient de se passer. Parce que maintenant, outre mes quelques blessures, j'ai un autre problème à réglé qui est brésilien, saoul, et assez remonté contre moi.

Folriano se rapproche de moi et nos regards se plongent l'un dans l'autre. Je ne sais pas quoi dire pendant un moment, perdu pour la seconde fois dans le bleu de ses yeux. Il est énervé, c'est évident, et je ne peux m'empêcher de me sentir coupable, non pas parce que j'ai cassé le nez d'un trou du cul, mais parce que j'ai mis mon ami en mauvaise posture en face de gens qu'il connaît. Et que je me suis embarrassé devant lui. Je laisse quelques secondes s'écouler, prenant peu à peu conscience de la proximité renouvelée de nos corps, sentant la tension s'installer.

Cèderai-je finalement à la tentation, après tellement d'années passées à me mentir sur ce que je suis ? Oserai-je m'avancer, réduisant à néant l'espace qui nous sépare ? Prendre son visage dans mes mains et l'emmener vers un baiser auquel j'ai si souvent pensé ?

Non.

Soudain, je sens mon corps se tendre, mon visage se crisper, et je pousse Folriano assez fort pour le forcer à reculer, avant d'exploser : "A quoi je joue ? A quoi JE joue ? Sérieusement ? Tu passes ta soirée à me provoquer, à faire des sous-entendus et des tours de passe-passe ! A flirter avec un gros mudak parce que tu sais que je vais réagir, parce que ça t'amuse de me voir me torturer l'esprit, mais tu sais quoi, Folriano, ton petit jeu c'est de la merde, tu t'es pas demandé une seconde ce que je peux ressentir quand tu fais ça ? A chaque fois tu... Tu..." Je m'arrête, le temps de reprendre ma respiration et me remettre les idées en place parce que je ne sais pas vraiment si j'ai envie de me dévoiler maintenant, comme ça. La tête entre les mains, je fais volte face, ne pouvant supporter son regard "Menya eto zaebalo..." Je me retourne pour me replonger dans ses yeux, conscient que mon alcool violent est peu à peu en train de glisser vers l'alcool triste. "Tu veux que je te dises, tu me casses les couilles ! T'as peut-être raison sur moi, peut-être que je... Que... Putain ! Que..."

Je ne sais pas si c'est l'importance de la réalisation que je suis en train d'avoir qui me sert la gorge, mais je n'arrive plus à parler, m'étouffant avec mes propres mots. J'essaie de me calmer en mettant ça sur le compte du stress, relève la tête vers Folriano... Et me plie soudainement en deux, pour vomir absolument tout le contenu de mon estomac sur le pavé. J'ai des sueurs froides, mon visage me fait mal aux endroits où l'autre abruti m'a touché, et j'ai la tête qui tourne, ce qui me force à arrêter ma tirade pourtant si bien partie pour m'asseoir au milieu du trottoir, la respiration saccadée et le cerveau en compote, cherchant désespérément comment me sortir de cette situation...

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Jeu 15 Sep - 1:18

Une soirée entre nous.
« Ouvres-les yeux, admets-le, il y a plus que de simples regards. »

Vos corps sont proches, ton regard plongé dans le sien. Tu lui en veux et pourtant, dans un sens, tu l’as enfin fait réagir. C’était ce que tu attendais, néanmoins pas de cette façon. Tu lui avais fait perdre le contrôle, allant jusqu’à se battre avec l’un de tes prétendants. En vrai, tu ne le croyais pas aussi jaloux, puis, l’alcool n’aidait sûrement en rien face à ce genre de trait de caractère. Toi-même tu es d’une jalousie excessive et, quand t’es bourré, tu as la main littéralement légère également. Tu le toise du regard alors que le silence s’impose entre vous. Il ne te répond pas directement, tu n’ajoutes rien. Tu te contentes de le regarder, exprimant plusieurs émotions. Colère, surprise, étonnement…beaucoup de choses assez contradictoires en soit. Plus les secondes s’écoulaient plus tu te demandais si tu devais le secouer, histoire qu’il revienne à la réalité. Sauf que voilà, toi aussi t’es perdu dans ton monde, plongé dans ses yeux. Tu aimerais bien réagir, mais là de suite c’est complètement impossible. Heureusement, Lev fini par reprendre ses esprits et il te pousse violemment en arrière. Tu n’es déjà pas bien stable, alors bon, inutile de dire que tu fais plusieurs pas en arrière. Maintenant, c’est lui qui est en colère. "A quoi je joue ? A quoi JE joue ? Sérieusement ? Tu passes ta soirée à me provoquer, à faire des sous-entendus et des tours de passe-passe ! A flirter avec un gros mudak parce que tu sais que je vais réagir, parce que ça t'amuse de me voir me torturer l'esprit, mais tu sais quoi, Folriano, ton petit jeu c'est de la merde, tu t'es pas demandé une seconde ce que je peux ressentir quand tu fais ça ? A chaque fois tu... Tu..."

Tu restes littéralement choqué, immobile, l’observant. Tu es également mal à l’aise, tu te sens coupable. Tu ne savais pas que ça le tourmentait à ce point, que t’es actions pouvaient éveiller tant de choses en lui. Tu baisses légèrement les yeux alors qu’il parle dans une autre langue, se détournant de toi l’espace d’un instant. Tu le regardes alors qu’il te tourne le dos. Tu aimerais lui dire quelque chose, peut-être t’excuser aussi, mais au fond, tu préfères te taire. Il est en train de craquer, tu lui a procurer cette décharge d’adrénaline qu’il fallait et l’alcool allait l’aider à faire le reste. Te faisant de nouveau face, vos regards se croisent de nouveau alors qu’il enchaîne. "Tu veux que je te dises, tu me casses les couilles ! T'as peut-être raison sur moi, peut-être que je... Que... Putain ! Que..." Il entre en pleine crise d’angoisse et tu t’en rends compte. Il respire vite, il est nerveux. Il semble réaliser, commencer à simplement s’accepter. Oui, tu as raison, oui tu lui as toujours dit. Lev n’est pas hétérosexuel, il ne l’a jamais été. Il finit alors par gerber sur le sol, remettant tous l’alcool qu’il avait dans l’estomac et le reste sûrement. Posant ses fesses au milieu du trottoir, tu vois ton ami de cours approcher pour te donner ton haut. Tu le remercies vaguement alors qu’il regarde Lev, tu le rassures en disant que tu t’en charges et il s’en va comme il est venu. Tu soupires légèrement, enlevant tes antennes-pénis pour enfiler ton haut, ne remettant pas le truc sur ta tête. Le moment n’est plus à la plaisanterie.

Calmement, tu approches de Lev, venant t’accroupir devant lui, finissant par t’asseoir également sur le sol. « Lev, calmes-toi d’accord… Arrêtes de paniquer, ça ne sert à rien. » Tu cherches son regard pour enfin le trouver. Hésitant quelques instants, tu finis par poser une main dans sa nuque, l’obligeant à te regarder convenablement mais surtout à ne pas détourner la tête. « Si j’ai fait tout ça c’est justement pour te faire réagir, enfin, je ne pensais pas que ça irait aussi loin quand même. Je suis désolé, j’ai été un peu loin sur le coup, je ne pensais pas que ça te toucherait autant…mais Lev, c’est tout sauf un jeu. » Tu finis par enlever ta main, te disant qu’il allait finir par t’en coller une si tu le touchais trop. Poussant un nouveau soupire, tu ne sais pas trop comment aborder la chose. « J’ai juste envie que tu admettes les choses comme elles sont… » Oui, mais que sont les choses réellement… Passant une main dans tes cheveux tu cherches tes mots, tu cherches à ne pas y aller brusquement…mais l’alcool coule encore dans tes veines et tu n’es pas doué dans ce moment-là. « …c’est peut-être pas quelque chose que tu veux entendre Lev, mais il n’y a pas que de l’amitié dans notre relation. Au final, ça te torture plus qu’autre chose. Tu veux croire que tu es hétérosexuel. Et bien soit…je suis désolé, je t’emmerderais plus avec ça. Mais saches que si j’ai fait toutes mes conneries c’est pas avec innocence, tu me plais c’est évident et ça me fais chier. » Tu te lèves lui tendant un paquet de chewing-gum que tu avais été cherché dans ta poche.

« Je vais aller chercher la bagnole, je te ramène chez toi. » Oui, tu préfères fuir là de suite, parce que Lev te rappel toi il y a six mois…Tu passes ta main sur ton visage, reculant d’un pas. « Et oui, je sais, je ne parlerais plus de cette conversation. Je connais la chanson. » Tu essayes de sourire légèrement, histoire de le rassurer. Mais bon, inutile de dire que tu ne savais plus où te mettre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : angel180886
Célébrité : Colton Haynes
Messages : 82
Particularités :
Présence RP : Régulière
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Jeu 15 Sep - 21:55

Une soirée entre nous
Folriano
feat.
Lev


 

 



 

 

Tonight we are victorious, champagne pouring over us, all my friends were glorious, tonight we are victorious

Mon monde n'est plus qu'une vision floue à l'odeur d'alcool et de vomi où la panique règne comme jamais. Je suis assis au milieu du trottoir, désespérément conscient de ce que je viens de dire, et tout ce dont j'ai envie, c'est que cette soirée s'arrête. Qu'elle n'ait jamais eu lieu, en fait. Que Folriano rentre chez lui et que je le retrouve demain, avec une sacrée gueule de bois qu'on épongerait avec de la pizza et des films mal joués. Mais je sais que ça n'arrivera pas, que nous venons de franchir une limite qui ne pourra plus jamais disparaître.

Sans le regarder, je sens Folriano s'asseoir près de moi en me demandant de me calmer. Je sais qu'il veut que je le regarde, alors je tourne la tête vers lui, assez pour lui accorder mon attention sans avoir à le regarder en face parce que je ne suis pas sûr d'en être capable. Bien évidemment, il ne me laisse pas le choix et me force à le regarder en posant sa main sur ma nuque. Je suis trop fatigué pour lutter, et j'aime le contact de sa peau contre la mienne, la chaleur que sa main dégage, alors je me laisse faire.

Ce qu'il a à me dire, je ne m'y attendais pas : je savais qu'il ne voulait pas me blesser, c'est évident, et de toute façon, je n'ai jamais pensé un traître mot de ce que je viens de lui lancer à la gueule. Folriano ne jouera jamais avec mon coeur. Jamais il ne fera quoi que ce soit pour me blesser. Ca, j'en suis certain, parce que c'est quelqu'un de bien. Je bois ses paroles, n'osant l'interrompre de peur de mal faire et surtout parce que je sais que je ne pourrais pas aligner deux mots sans craquer. Déjà que je suis dans un sale état, je n'ai pas besoin d'aggraver la situation. Il retire sa main, et je me prends à pencher imperceptiblement la tête vers lui comme pour chercher un nouveau contact réconfortant. Mais je n'en ai pas le temps, parce qu'il n'a pas fini et que ce qu'il est en train de me dire me choque bien plus que tout ce qu'il s'est passé le reste de la soirée. "Tu me plais c’est évident et ça me fais chier." Il se relève et me tend un paquet de chewing-gum avant d'aller chercher la voiture. Je le laisse partir sans rien dire, ses paroles résonnant dans ma tête.

Il n'est pas très loin quand je commence à pleurer. Sans pouvoir me contrôler. Sans comprendre pourquoi. Sans lutter pour arrêter. Je crois que j'ai tellement refouler ce que je sentais, depuis que je suis parti de Russie... Non, même bien avant... J'ai tout bloqué, tout ignoré, et maintenant que ça sortait enfin, je ne pouvais pas l'arrêter. Ça faisait beaucoup de bien, en un sens, de tout laisser sortir. Je ne sais pas combien de temps exactement j'ai pleuré, ça m'est égal. J'ai enfourné plusieurs chewing-gum sans arrêter mes larmes, et j'ai attendu que ça passe, tout simplement. Avant qu'il ne revienne, je me frotte le visage avec un pan de mon T-shirt qui je le remarque est déchiré, probablement à cause de la bagarre. C'est le dernier de mes soucis, de toute façon. Le plus important, c'est que Folriano ne se rende pas compte que j'ai craqué, il n'a pas besoin de ça, et moi non plus.

Une voiture m'illumine de ses phares avant de s'arrêter pile devant moi, et je n'ai pas besoin de regarder pour savoir que c'est lui. Je me relève, ouvre la portière passager et m'engouffre sans un mot dans l'habitacle. Muré dans un silence profond, je passe l'entièreté du trajet la tête collée à la vitre, les yeux fermés, l'esprit totalement vide. A un moment, il me semble m'être endormi, mais là encore, je n'ai pas de certitude. Je n'ai pas non plus de certitude sur la façon dont je compte finir la soirée... Je ne peux pas le laisser partir sans rien dire, mais je ne sais pas non plus quels sont les bons mots.

Pourtant, nous entrons dans mon quartier et la maison se rapproche et avec elle, le moment fatidique de prendre une décision. Folriano gare la voiture devant chez moi mais je ne bouge pas. J'attends, sans trop savoir quoi, puis je me décide à ouvrir la portière et sors de la voiture, toujours sans un mot. Je titube jusqu'à la porte d'entrée, grossissant les traits du mec totalement plein, en espérant qu'il vienne me prêter main forte pour déverrouiller la serrure avec laquelle je lutte depuis plusieurs minutes, laissant volontairement tomber mes clés plusieurs fois. S'il sort, c'est que je dois lui parler, sinon on en restera là...

Après un suspense qui n'en est un que pour moi, j'entends avec soulagement la portière s'ouvrir. Je le laisse approcher, m'écartant à peine un peu pour qu'il soit obligé d'être collé à moi pour déverrouiller la porte. Le clic familier de la serrure me sert de signal, et sans réfléchir, je l'embrasse sur la joue. C'est un baiser prude, qui n'a rien de sexuel, ni de désespéré. C'est ma façon d'arrêter de me mentir une bonne fois pour toute, et d'illustrer ce que j'ai envie de lui dire : "J'ai plus envie de me mentir, Fol... T'es le seul au courant, et tant qu'à faire, autant être honnête jusqu'au bout : j'ai pas frappé le serveur juste parce qu'il avait une tête de con. Je l'ai fait parce qu'il tournait autour de toi. Et ça me fait chier. Parce que je t'aime bien, moi aussi, et que ça fait déjà un moment que j'ai arrêté de lutter contre ça. Pour toi. Ca va me prendre du temps de digérer tout ça, mais je ne t'en veux pas de m'avoir forcé à ouvrir les yeux, loin de là..." Je ne sais pas exactement comment finir la conversation sans paraître complètement lourd, et je sens aussi que le stress me tord l'estomac et ce n'est pas le moment de repeindre le pas de la porte. Alors je fais la seule chose sensée : je fuis. J'ouvre la poignée sans trop me précipiter, entre et, avant de fermer, je plonge une dernière fois mon regard dans le sien : "Je suis désolé pour ce que je t'ai fait subir ce soir... Et Fol ? Merci..."

Je ferme lentement la porte pour ne pas qu'il est l'impression que je lui en veuille, verrouille, et me laisse glisser lentement sur le carrelage froid, la tête entre les mains. Encore une soirée en compagnie de Casanova où je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer...
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Célébrité : Sam Claflin
Messages : 111
Personnalités : Athénaïs MacKenzie
Particularités :
Il est des hommes pleins d'honneur, de bienveillance et de courage, capables des efforts les plus magnanimes, hors celui de renoncer aux plaisirs de l'amour, et qui, trop volages sur cette passion, ont fait verser plus de larmes que toutes leurs grandes vertus ne pourront réparer.

Présence RP : Tu verras ma poule
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   Jeu 15 Sep - 22:33

Une soirée entre nous.
« Ouvres-les yeux, admets-le, il y a plus que de simples regards. »

Tu as du mal à réaliser ce que tu viens de faire, de dire. Tu sais ce qu’il traverse, tu as été dans la même situation que lui. Tu sais les questions qu’il va se poser par la suite, les peurs qui vont l’abriter. Oh oui, tout ça tu connais que trop bien. Pourtant, tu as l’impression d’avoir réussi à déclencher la réaction désirée, la remise en question de sa sexualité tout simplement. Une victoire que tu aurais aimé être moins brutale, mais ça restait néanmoins une victoire. T’éloignant de lui, tu te diriges vers le véhicule garé plus loin dans la rue. Tu prends soin de ne pas toucher à la bouteille de vodka laissée à l’abandon. Tu n’es pas con, l’alcool était déjà bien trop présent en toi, si tu te faisais arrêter t’étais dans la merde. Tu marches lentement, mains dans les poches, essayant de ne pas te vautrer sur le sol en titubant. Ta tête tourne encore et c’est très désagréable, pourtant, tu essayes également de reprendre tes esprits. Tu n’allais pas pouvoir conduire ainsi, tuer Lev ne faisait pas partie de tes projets à l’heure actuelle. Arrivé à la voiture, tu ouvres la portière pour te laisser aller lourdement derrière le volant. Ouvrant la fenêtre, tu prends le temps de bien te stabiliser et d’attendre d’être plus enclin à allumer le moteur. D’ailleurs, ça prit pas mal de temps avouons-le. Une fois que tu te sens « mieux » tu démarres le contact et appuies sur l’accélérateur. Merde…t’as oublié la vitesse ! Crétin.

Une fois la vitesse passée, tu arrives enfin à démarrer pour te diriger vers l’endroit où Lev était toujours assit. Te gardant juste devant lui, tu attends sagement qu’il entre dans le véhicule. Tu ne dis pas un mot, allant même jusqu’à éteindre la radio. Tu commences déjà à avoir mal au crâne. Saleté de Vodka, cette boisson est vachement traitresse en réalité. Une fois qu’il est installé dans la voiture à tes côtés, tu démarres une nouvelle fois, prenant soin de respecter les limitations de vitesse et surtout, de rouler le plus prudemment possible. Le silence règne en maître entre vous. Quelques fois, tu te risquais à jeter un œil vers lui. Visage contre la vitre, le regard fermé, il semblait par instant s’assoupir. Toi, tes sens étaient en alertes, tu n’avais pas trop le choix. La route ne fut pas bien longue, ou si, en vrai tu as simplement perdu le fil du temps, te contentant de suivre instinctivement la route. Une fois entré dans le quartier de Lev, je me gare devant chez lui en coupant le moteur. Je m’attends à ce qu’il sorte directement, me laissant en plan. Mais non, il reste immobile, comme attendant quelque chose. Tu n’oses pas dire quoi que ce soit, le brusquer sur ce qui vient de se passer est une très mauvaise idée. Encore une fois, tu es bien placé pour le savoir. Mains sur le volent, tu hésites, tu te mords l’intérieur de la joue et, au moment où tu veux ouvrir la bouche, la portière s’ouvre et il sort.

Un soupire s’échappe de tes lèvres et tu penches la tête en arrière, fermant les yeux l’espace d’une seconde ou deux. Tournant la tête vers chez Lev, tu attends de voir s’il s’en sort pour rentrer. Heureusement que tu n’as pas démarré de suite, vu la scène qui se déroulait devant toi…il fait tomber ses clefs une fois, deux fois, trois fois… Un léger sourire s’affiche sur ton visage et tu secoues la tête de gauche à droite, finissant par sortir toi-même de la voiture. Il avait clairement besoin d’aide, puis, tu n’allais pas le laisser se battre avec la porte d’entrée. En quelques secondes tu te trouves près de lui, ramassant les clefs qui viennent une fois de plus de tomber. « Laisses-moi faire. » Il se décale légèrement, pas assez pour que vos corps ne se collent pas. Cette proximité…tu as juste envie de la faire durer, néanmoins, tu ne le fais pas. Fourrant la clef dans la serrure, tu ouvres la porte en silence, reculant légèrement par la suite. Enfin, reculer est un bien grand mot, tu avais fait un pas de souris. Tu t’apprêtes à faire demi-tour quand tu sens ses lèvres se poser sur ta joue. D’accord, là t’es sur le cul, littéralement. Tu tournes les yeux vers lui, perplexe. "J'ai plus envie de me mentir, Fol... T'es le seul au courant, et tant qu'à faire, autant être honnête jusqu'au bout : j'ai pas frappé le serveur juste parce qu'il avait une tête de con. Je l'ai fait parce qu'il tournait autour de toi. Et ça me fait chier. Parce que je t'aime bien, moi aussi, et que ça fait déjà un moment que j'ai arrêté de lutter contre ça. Pour toi. Ca va me prendre du temps de digérer tout ça, mais je ne t'en veux pas de m'avoir forcé à ouvrir les yeux, loin de là..."

Tu souris légèrement pour lui dire que tu as compris, ne sachant trop quoi ajouter. Il entre alors chez lui avant de se tourner une dernière fois, ton regard rencontrant de nouveau le sien. "Je suis désolé pour ce que je t'ai fait subir ce soir... Et Fol ? Merci..." Et il ferme la porte. Tu restes quelques secondes immobile devant, passant une main dans tes cheveux. Retournant à la voiture, tu ne démarres pas tout de suite. Tu n’as pas l’habitude de ce genre de choses, à vraie dire, l’attirance que tu éprouvais pour Lev prenait tout son sens et t’avais la trouille. Surtout maintenant qu’il venait de t’avouer que c’était réciproque. Finalement, après dix bonnes minutes, tu rentres chez toi, encore loin d’être remis de cette soirée simplement inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une soirée entre nous ► Lev   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soirée entre nous ► Lev
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tournoi WH40K (entre nous) en mai 2008
» [40k entre nous][Imperial fist] Liste d'Andrew
» Soirée entre célibataire [Lily]
» [40k entre nous][Raven Guard]Liste de Sethi
» [40k entre nous] Regroupement des listes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Crown Heights :: The Queen Victoria-
Sauter vers: