AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ink runs through my veins (jude)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
You may have heard of me
Crédits : wild heart(avatar), neon demon (signature)
Célébrité : maia mitchell
Messages : 114
Particularités :
Présence RP : (3/4) elijah ; jude ; cameron (defi)
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: ink runs through my veins (jude)   Dim 4 Sep - 16:55

ink runs through my veins

Judikaël & Dollie



Lèvres coincés entre les dents. Lèvres plus rouge que d'habitude. Combien de fois elle est passé devant cette vitrine. Combien de fois, elle a franchi le seuil pour partir en courant parce que la peur était plus forte que tout. Mais cette fois, c'est différent. Comme à chaque fois. Cette fois-ci, elle allait le faire. Un discours qu'elle se répétait sans cesse. Mais tout ça, c'était parce qu'elle était jeune, qu'elle était encore qu'une enfant. A présent, Dollie était une adulte. Toutes les peurs enfantines s'étaient envolées. Normalement. Ce n'était pas du tout à cause de ses peurs que la jeune femme se tenant devant le salon depuis une dizaine de minutes. Elle pouvait le faire. Ses lèvres n'étaient plus prisonnières de ses dents. Une grande inspiration et les jambes de la brune s'étaient mise à bouger pour entrer dans la boutique. Une vague d'angoisse envahi Dollie. Un frisson. La tête qui tournait. Elle n'allait pas fuir. Petite poupée perdue dans cette boutique, qui regardait autours d'elle. Des dessins sur les murs. Des exemples. Potentiels illustrations prêtes à venir s'incruster dans la peau d'une personne. Une nouvelle inspiration de la part de la brune. La peur devait s'en aller. Elle n'avait pas sa place ici. Et puis, elle n'avait qu'à regarder autour d'elle. Des visages souriants. Des sourires. Personne n'avait peur. Ils étaient détendus. Dollie était tout le contraire de ses personnes qui se trouvaient autour d'elle. Un léger sourire s'était dessiné sur le visage de la brune. Elle pouvait le faire. Enfin. Cette idée qui était là depuis de nombreuses années. Oui, elle commençait à se détendre. Quelques secondes. C'est le temps que cela a duré. Puis des cris. Des insultes. La douleur qui se faisait ressentir. L'envie de partir était là. Peut-être que Dollie n'était prête. Peut-être que c'était un signe. Pas aujourd'hui. Une autre fois, mais pas aujourd'hui. La joueuse serra un de ses poings, froissant le papier qu'elle tenait. La fuite. Une fois de plus. Peur enfantines qui était encore bien présente. Elle marchait à reculons. Peut-être que personne n'allait remarquer qu'elle était entrée. Personne n'allait se douter que la jeune femme était venue dans ce salon de tatouage. Des pas en arrières. Lent, comme si elle voulait devenir invisible, comme si elle voulait faire oublier sa présence. Elle était près de la sortie. Elle était prête à finir sa fuite. Prête à s'enfuir en courant. Cela aurait dû se passer comme ça. Puis, collision. Son corps heurtant un autre. Devenir invisible n'était plus au programme. Elle s'était retournée et eu un léger sourire lorsqu'elle vit la personne. Cheveux blond, yeux bleu. Visage d'un ange, d'un enfant. « Jude. » Prénom sortant des lèvres dans un léger rire nerveux. Sourire crispée, montrant qu'elle n'était pas à l'aise. Pas à cause de sa présence, mais plus par le fait qu'il ait pu voir Dollie s'enfuir. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Un léger rire sorti de la bouche de la brune. Question stupide venant de la gamine.
Made by Neon Demon

_________________

She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ink runs through my veins (jude)   Dim 18 Sep - 1:13

ink runs through my veins

Judikaël & Dollie



Fragilité presque maladive de ta peau, la même qui est tâchée d’encre et de sangs, mots et vidages sur le blanc brisé de ta peau. Humain bancal qui se cogne aux murs trop blancs d’une chambre isolée du monde. Écorchures de l’enveloppe d’albâtre peau tendre qui rencontreront le marbre. Fracture, bleu de joue et éclatement de la pommette enfantine, beauté de la couleur s’entendant sur l’épiderme. Aiguille imbibée de couleurs vives, brillantes, aveuglantes, elle s’enfonce dans la peau et trace un dessin en surface. Regard vide, fragile, bleu qui envahit l’iris et les veines, couleur de la mort, couleur froide qui ronge la peau et les organes comme une douce maladie. Pâleur cadavérique tandis que le noir et le clair se livrent à une bataille pour la domination de ta chaire. Traces de doigts sur tes hanches comme une prise de conscience, trop fort, mouvement trop violent, mains contre les barreaux et visage entre ses doigts. La fatigue dans les traits et le rire enfantin. Piercing dans la langue, à chaque oreille, chaton fuyant une réalité qui le bouffe. Les mouvements, désinfection des ustensiles de tatouages, des machines, des rouages comme une machine de film d’horreur alors qu’elle fait émerger la beauté des courbes du corps. Maltraitance de l’âme, tu lui foutrais bien des coups de cannes à la tienne. Morsure d’un défi, regard en biais, sourire enjôleur, cajoleur, tu n’as rien à faire, nettoyé, boutique vide que t’es le seul à hanter, démon de l’encre et du sang, tu piques ta peau et essayes de tracés des arabesques, doués dans cet art comme dans celui de mentir, de faire semblant, de tendre ton corps en plaisantant, jouir dans un éclat de rire avec pour compagnie ce sourire familier qui ne quitte plus tes lèvres tremblantes. Le même, l’exact, complète photocopie du sourire d’un frère que tu veux tuer, oublié, brisé entre tes doigts et fracassés contre un mur. Léger et doux tintement d’une cloche que tu connais, voix qui te précipitent dans un passé que t’oublieras pas, les conneries, les sourires, les joints, les idées révolutionnaires. « Doll. » Sourire, passé, langue qui passe sur les lèvres, métal chauffé contre la chaire. Voix que tu reconnaîtrais entre clinquants milles, cent milles, peu importe, c’est la même voix qui habite tes rêves de libertés. « Je chasse la licorne, je pensais que ça se voyait ! » Rire enfantin qui passe la barrière de tes lèvres. « Tu veux te faire tatouée ?  Il y a personne aujourd’hui, Juste moi. » Mouvement de bassin fort peu masculin, tu rejetterais presque tes cheveux en arrière. « Comment tu vas Princesse ? » Étreinte forte, ça faisait un moment.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
You may have heard of me
Crédits : wild heart(avatar), neon demon (signature)
Célébrité : maia mitchell
Messages : 114
Particularités :
Présence RP : (3/4) elijah ; jude ; cameron (defi)
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: ink runs through my veins (jude)   Mar 20 Sep - 10:42

ink runs through my veins

Judikaël & Dollie



La peur. Encore et toujours la peur qui envahissait le corps de la jeune femme. Il y avait de l'amélioration. D'habitude, la gamine n'entrait pas dans le salon. Elle regardait juste la vitrine, mais dès qu'elle entendait le moindre bruit qui ressemblait à un instrument de torture, dès qu'elle entendait un simple cri, elle s'enfuyait. Le courage s'en allait bien rapidement. Là, il était resté un peu plus longtemps que d'habitude. Elle avait osé mettre les pieds à l'intérieur. Quelques minutes. Avant de s'enfuir une fois de plus. Mais il faut croire que quelque chose l'en avait empêcher. Non, cette fois-ci, elle devra faire face. Elle n'avait plus le droit à la fuite.« Doll. » Les lèvres de la jeune femme s'étaient étirées. Un tic dès qu'elle le voyait. « Je chasse la licorne, je pensais que ça se voyait ! » Le rire de la brune s'était mélangé avec celui du blonde, se rendant compte à quel point sa question pouvait être stupide. « Et t'as réussi à en trouver ? » Un sourire enfantin s'était dessiné sur le visage de l'adolescente. Un sourire enfantin sur un ton sérieux, malgré l'étrange sujet abordé. Une plaisanterie, rien de plus. « Tu veux te faire tatouée ? Il y a personne aujourd’hui, Juste moi. » Le corps de la jeune femme s'était tendue un peu trop rapidement. Un sourire crispée sur son visage. « Moi ? Me faire tatouer ? » Un léger rire nerveux était sorti de la bouche de la brune. Elle avait dit ça, comme si l'idée qu'elle se fasse tatouer était complètement ridicule, alors que c'était la principale raison de sa venue dans ce salon. Mais la peur l'avait fait reculer. Une fois de plus. « Non non non. Je passais par là et … » Lèvres à nouveau prisonnières des dents de la joueuse. Ses mains passant dans ses boucles brunes et toujours ce sourire crispée. Si elle essayait d'être convaincante, ce n'était pas gagné. « Je me suis trompée quand je suis entrée. J'avais pas vu que c'était un salon de tatouage. » Un sourire innocent, sans doute un peu trop, était apparu sur son visage, alors qu'elle sera dans son poing le morceau papier. Comme s'il était possible de rentrer dans une boutique sans se rendre compte quel genre de boutique c'est. Une excuse bidon qu'elle espérait crédible pour que Jude y croit. « Comment tu vas Princesse ? » Ses joues devenaient certainement rouges, trop rouge, lorsque le blond l'avait surnommé princesse. Réaction qu'elle dirait stupide, mais étrangement venant de sa part, cela ne l'avait pas dérangé. Et puis, une étreinte rassurante. Une étreinte qu'elle prolongea aussi rapidement, comme pour se sentir bien. Sentir la chaleur d'un autre être. Et à contre coeur, elle fit quelques pas en arrière pour pouvoir plonger son regard dans celui de l'apprenti tatoueur. « Je vais bien et toi ? » Un sourire en coin pour lui montrer qu'elle va bien. Mensonge qu'elle se répète chaque jour depuis quelques temps, quelque années. Elle ne va pas bien, mais qui veut entendre ça. Personne. Autant dire qu'elle va bien. « Tu t'ennuie pas trop tout seul ? » Une moue d'enfant. Un léger sourire. Des yeux rieurs. Peut-être qu'elle devait le laisser seul, le laisser faire son travail et ne pas l'embêter avec des questions stupides.
Made by Neon Demon

_________________

She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: ink runs through my veins (jude)   Ven 30 Sep - 20:33

ink runs through my veins

Judikaël & Dollie



Rougissement entêtant, le même que celui de ta peau quand Psyché attrape ton poignet. Peau fragile, blessée, écorchée par la haine, malmenée souvent, fracassée sous les baisers et les trop nombreux coups de reins. Chevelure ébène dans ton esprit et charbon, toujours le même physique, les mêmes sourires, mêmes mouvements. Elle arrive à te le rappeler, la poupée qui claque, se brise au sol dans un bruissement, même appel à l’aide dans ses gestes que celui dans tes yeux, jumeaux qui s’enlacent, s’embrassent, s’embrasent. Incertitude à propos de la mort, corps chauds et vivants s’éclatants les os au sol et finissant froid comme le marbre, fraicheur des yeux et de l’âme en morceaux, cassés. Princesse sous ectasies qui meurt un peu plus chaque jour. Voix, corps, rien ne t’attire, gosse attiré par les muscles fins, la voix grave et la mâchoire carrée. Elle se perd, elle s’entête dans le mensonge qui la consume, lui bouffe la chaire, elle se bourre le crâne de cette idée, elle déambule idiotement comme troubler par la foire se trouvant dans tes yeux, la joie intense et fausse, manipulant les autres et surtout toi-même. Joie, peine illusoire et éphémère qui danse sur ton cœur, sur ta tombe, craquant la surface marbrée de ta peau.
Tend le bras, attrape sa taille, tes lèvres trop rouges, trop enfantines qui se pressent, se meuvent, s’entre ouvrent. Langue qui passe, joue, s’amuse, frustre. Métal qui blesse, caresse, laisse pantelante la poupée de neige. Sourire débile et goguenard quand le papier que la douce tenait glissé entre tes doigts de pianiste, fatigue des muscles, lâchement du corps dopamine, adrénaline, tu pourrais, tu devrais, arrêter, te réduire à ce que tu devrais être. Frustration du lion noir qui se mord et vrille, enfant roi qui tente de briser ses chaînes et de laisser la nature vrille ses sens. « Alors. Tu me traduis ?  Je ne parle pas un mot de… de peu importe en vrai. » Sourire, espoir, tu sais que tu laisses sans le vouloir une trainée de poussière, t’as l’habitude, les yeux embrumés, les lèvres entre ouvertes, l’espoir qui se vide, le courage qui s’envole. « Princesse tu veux être un patient zéro ? » Tu serais prêt à l’embrasser encore une fois pour qu’elle accepte, tu sais que tu n'as pas le droit, mais peu importe.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
You may have heard of me
Crédits : wild heart(avatar), neon demon (signature)
Célébrité : maia mitchell
Messages : 114
Particularités :
Présence RP : (3/4) elijah ; jude ; cameron (defi)
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: ink runs through my veins (jude)   Mer 26 Oct - 14:31

ink runs through my veins

Judikaël & Dollie



Elle ne pensait qu'elle croiserait quelqu'un qu'elle connaissait. S'enfuir aussi vite qu'elle était entrée dans ce salon de tatouage. La panique était en train de la submerger. Des mensonges qui sortaient de sa bouche. Qui pourrait croire qu'elle s'était trompée en entrant dans ce lieu. A part si la brune avait de gros problème de vision, ce qui est loin d'être le cas. Et elle cherche une échappatoire subtile. Peut-être que la joueuse devait simplement le laisser. Sa présence devait sans douter l'embêter. Quelques pas en arrière, la rapprochant de la sortie. Une libération. Mais c'était bien trop beau. On l'en avait empêcher. Un contact. Un frisson. Et les lèvres de Jude sur les siennes. Son cerveau s'était déconnecté durant un court instant. Elle ne comprenait pas pourquoi il avait fait ça. Elle n'était en aucun cas son type. Elle était même l'exact opposé du type de l'apprenti tatoueur. Bien trop rapidement, elle ne pensait plus à rien. Elle se laissait faire. Elle en profitait. Chacun de ses muscles se détendait. Les poings de la brune qui faisaient prisonnier le papier se desserrait. Et Jude en avait profiter pour prendre ce morceau de papier, mais elle n'avait pas fait attention. Son esprit vagabondait sur autre chose. Et les lèvres s'étaient séparées. Les joues de la gamines étaient teinté de rouge. Sourire légèrement niais sur son visage. Sans doute était-ce un rêve. Seul explication qui paraissait logique. Il n'y avait que dans un rêve que ce baiser pouvait se produire. Il n'y avait que dans un rêve où elle pouvait sentir son cœur battre aussi fort. « Alors. Tu me traduis ? Je ne parle pas un mot de… de peu importe en vrai. » Retour à la réalité. La panique était de retour lorsqu'elle le vit avec l'idée de tatouage. « C'est de l'italien. » dit-elle légèrement gênée. « Des paroles d'une berceuse que ma mère me chantait. » Elle détourna le regarda quelques instants, remettant quelques une de ses mèches brunes. Et elle commençait de nouveau à ne pas se sentir bien. Pas pour l'idée du tatouage. Quoi que peut-être que ça jouait un peu. Mais parler de sa mère, de la signification de ce quelques mots. « Princesse tu veux être un patient zéro ? » La crise de panique revenait. Elle sentait. Elle avait l'impression qu'elle allait arriver à court d'oxygène. Sa respiration commençait à se bloquer. « Je .. Je sais pas. » Hésitation. Tremblement dans sa voix. Retour au point de départ. Lèvres qui sont prisonnières, presque au point de se faire saigner. « Est-ce que c'est une bonne idée ? Enfin, tu n'auras pas de problème si tu fais  ça ? J'ai pas envie qu'à cause de moi, il t'arrive quelque chose. Et puis, juste quelques mots en tant que premier tatouage que tu dois faire, c'est pas terrible. Tu trouveras sans doute quelque chose de mieux à faire que ces quelques petits et stupides mots. » Elle s'était arrêtée d'un coup. Reprenant sa respiration. Elle avait parlé vite. Beaucoup trop vite. La peur avait envahit de nouveau la brune. Elle n'osait même plus regardé l'apprenti tatoueur en face. Peut-être allait-il penser qu'elle n'avait pas confiance en lui, alors que ce manque de confiance était plutôt tourné vers elle-même.
Made by Neon Demon

_________________

She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ink runs through my veins (jude)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ink runs through my veins (jude)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous connaissez la blague du chinois qui manges des nems ?
» Vous et le 7e art
» Vie de merde
» Pour les fans de Rammstein
» A propos des FR (Forge Runs) : Le prix de la sueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Crown Heights :: Lullaby Alley :: Ink Vader-
Sauter vers: