AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 painted blue (ft. kaleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: painted blue (ft. kaleb)   Mer 14 Sep - 0:03

Painted Blue
Kaleb & Liesel
I seen this one shit on the news a couple weeks ago that made me sick. Some dude was drunk and drove his car over a bridge and had his girlfriend in the trunk, and she was pregnant with his kid and in the car they found a tape, but they didn't say who it was to come to think about it, his name was... it was you. Damn!

Les étoiles glissent sur les corps désinhibés. La musique pulse au rythme de son cœur. Les flashs compartiment la soirée. Les lumières s’étalent sur le sol. La fumée sort de la scène. La foule se colle, transfert de la sueur, de la salive, de l’envie. Les bouches se lient, étroitement, les bassins, aussi, si on regarde bien. La chaleur monte, et les gens crient. Tout le monde a de quoi boire, de quoi s’enivrer un instant, faire monter l’esprit au ciel, le sortir de ce corps désarticulé. Certains titubent déjà – il y en a un qui tombe, relevé par son ami, continue de danser, danse, danse, danse. Il n’y a plus que ça qui compte entre les battements de cœur, boire, chanter, hurler à tue-tête, comme si plus rien n’avait d’importance, comme si le monde tombait à nos pieds. Eclosion des sens lorsqu’un ami se débarrasse d’une substance dans votre verre, pour planer, plane, plane, plane. Plus haut encore. Aux prémices de l’extrême, dans l’insouciante euphorie, car rien ne peut nous arriver. Nous sommes les rois, les guerriers, les chefs, les leaders, les vengeurs, les amoureux et les passionnés, les aventuriers, les vainqueurs, les gagnants, les premiers, ceux qui en veulent, ce qui mordent pour se faire une place, ceux qui sortent les griffes pour grimper, lentement, sur le corps des autres, quitte à les déchiqueter. « Prends ça, tu verras, tu te sentiras mieux après, qu’ils disent. » Enfin, c’est ce que Li imagine, parce qu’elle entend plus bien. Qui peut entendre de toute façon ? On entend ce qu’on veut, toujours, sans vraiment prendre le temps d’écouter, ni de penser. Li, elle préfère refuser, faisant non d’un signe de tête – y’a déjà les étoiles qui descendent des cieux pour venir la cueillir alors qu’elle est juste à la boisson. Puis Li, elle aime pas la drogue. Elle aime pas ça du tout. Y’a comme un fossé entre ce que l’on ressent sous l’emprise de l’alcool. Elle sait pas, elle préfère pas savoir, mais elle a l’impression qu’il y a un côté irrémédiable à être drogué. Tu l’es, ou tu l’es pas. Elle aime au contraire cette sensation de glisser quand elle boit un verre. Une gorgée. Puis une autre. Cédant petit à petit le terrain à son envie d’être libre – laissant la fierté et l’ego au placard, donnant son consentement au fur et à mesure. Puis elle sait, Li, enfin, elle croit savoir, surtout quand elle a bu, car tout lui semble d’une clarté si étonnante. Tout flamboie, tout est pur, net et précis. Il n’y a pas à se poser de questions. Même quand elle est saoule, elle ne consomme pas de drogues. Ca vient d’un traumatisme, d’une saloperie, appelez ça comme vous voudrez. Un souvenir, un peu trop violent, d’une gamine qui se croit déjà adulte, qui croit pouvoir repousser les limites de la réalité – et qui, irrémédiablement, n’y arrive pas. Beaucoup de ses connaissances en prennent. En abusent. Ca lui a valu quelques amitiés, d’ailleurs – elle peut pas, elle peut plus. Ceux qui se droguent ne sont que des cadavres ambulants pour Li. « Eh, te reste combien te temps à vivre ? qu’elle s’entend dire quand elle leur demande comment ça va. » A quand l’overdose, à quand la base qui coule le long du menton, à quand la langue arrachée ? C’est con. C’est puéril. Mais Li elle s’en fout – elle aime pas ça. Ca détruit, ça bousille, ça rend con, en plus. Qui aurait envie d’être con, dans un monde où l’intelligence est d’une si rare importance ? Quoi qu’elle avait envie de se répondre : qui a envie d’être intelligent dans un monde de cons ? Autant se noyer tout seul, comme un grand, sans aide : on aura au moins accompli quelque chose une fois dans notre vie, hein ?

Sauf que Li n’est pas une altruiste dans l’âme. On va pas se mentir : c’est pas le genre de fille à trop se soucier des autres. Tant qu’elle rentre en un seul morceau, soit, les autres peuvent se démerder. Mais à quel moment s’arrête notre responsabilité ? Parfois elle posait son regard sur ces corps dénudés, dans les toilettes d’une boîte, et se demandait. Est-ce qu’elle est d’accord ? Est-ce qu’elle veut bien ? Est-ce qu’elle n’a pas trop bu, trop pris, trop consommé, pour oublier, laisser passer, laisser couler ? Et si tel est le cas, est-ce que c’est à moi de m’interposer ? On est dans un pays de libertés, non, c’est comme ça qu’on nous appelle, nous, les démocraties avec un grand D ? C’est pour ça que lorsque Liesel voit qu’Aleksandra, elle commence un peu trop à tituber, qu’elle rit trop fort, même pour une boîte, qu’elle commence lentement à glisser dans cette inconsciente délectation, qu’elle commence à craindre pour sa sécurité. Quoi, elle sera traitée de rabat joie. Quoi, elle sera traitée d’idiote, de débile, de connasse, de tous les noms. Sauf qu’au moins, elle serait pas crevée dans une ruelle. Certes, ça arrive rarement. Très rarement. Sauf que ça arrive. Et ça pourrait être empêché. « Aleksandra, j'te ramène. » Elle ordonne presque, hein, Li. Mais elle en mène pas plus large – elle a trop bu. Elle s’en fout, elle rentrera chez elle quand même, comme un automatisme marqué dans ses chairs. Au pire elle atterrira chez Elly, et elle fera la deuxième salope dans l’appartement – on était pas à une près, hein ? Sauf qu’elle peut pas laisser Aleks comme ça. Elle peut pas. Rabat-joie, qu’elle se rabâche. Tant pis. De toute façon Aleks n’est plus en mesure de savoir ce qui est drôle de ce qui ne l’est pas, elle a mal à la tête pour le moment. C’est une activité assez compliquée pour la tenir éveillée malgré tout. Il doit être six heures du matin. Plus de huit heures passées sur la piste de danse, à ingérer quoi, au juste ? Elle savait plus bien à la fin de toute façon. On lui avait vaguement parlé de GHB en début de soirée, mais Li, elle consommait pas, alors elle avait oublié. Aleks somnolait un peu, confuse, elle parlait, mais déjà que Liesel n’écoutait pas les gens dans la vraie vie, elle allait pas prêter son oreille pour des conneries racontées à six heures du mat. Pour le moment, elle hésitait entre rentrer chez elle avec Aleksandra, ou simplement la ramener chez elle. Elles étaient à la limite de Crown Heights… « Tu me ramènes chez moi ? qu’elle ahana quand même, à un moment donné. – C’est où chez toi ? » Pis elle glousse. Ca a l’air d’être drôle, alors Li rigole un peu aussi. Ouais. Heureusement pour elles deux, la marche les réveillent un peu, l’air frais d’un printemps vigoureux les force à presser le pas, et les effets s’estompent à mesure qu’elles engloutissent les rues. Après une bonne heure de marche, bras dessus bras dessous (enfin surtout Aleksandra avachie sur son prince charmant), elles débarquent finalement devant l’immeuble de la Balhian. Liesel a fouillé dans son sac pour choper sa carte d’identité. Elle s’en fout bien de réveiller la personne qui est dedans. Elle se rappelle. Elle se rappelle, oui, trop bien d’ailleurs, cette soirée. Hiver 2012, elle a seize ans, elle est avec un groupe d’amis en âge de conduire. Ils rentrent de boîte, ils sont en dans le Sud de la France, là où les montagnes chevauchent presque le ciel. Ils ramènent un pote chez lui, et le déposent dehors. Ils ne sonnent pas de peur de réveiller les parents. « Je cherche ma clef et je rentre. » Ils sont partis, Liesel regardant à l’arrière, les phares arrêtant de balayer l’immensité de la nuit. Sauf que le gosse – ouais, à vingt ans on est encore un gosse – il a jamais retrouvé ses clefs. Il s’est laissé tomber dans la neige, et la faucheuse est venue l’embrasser. Li, elle l’avait vu, à l’arrière de la voiture, chercher, chercher, chercher. Et puis virage, et plus rien.
Il aurait suffit de sonner.
Vous imaginez la gueule des parents le lendemain matin ? Oh, chéri. Tu es tout bleu.
Liesel sonna.  

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : BALACLAVA
Célébrité : Henry Cavill
Messages : 30
Personnalités : Waël
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Mer 14 Sep - 0:25

Je n'aimais pas quand elle sortait, je ne pouvais pas l'empêcher, clairement pas, mais je n'aimais pas, car bien souvent elle rentrait quand je n'étais pas là, et bien souvent j'avais passé la nuit à veiller, attendant qu'elle rentre et priant pour qu'elle ne ressorte pas la nuit suivante. Aujourd'hui n'avait pas fait exception. J'étais resté assis sur son lit, fixant ce mur avec des photos vide de toutes émotions. On avait raté quoi dans sa vie ? Pourquoi on avait réussit à s'en sortir et pas elle ? Car elle nous était resté fidèle sans doute, pas nous. Le soleil commençait déjà à percer dans la nuit lorsque la porte sonna et par habitude, je descendis, sachant qu'il y avait une chance sur deux pour qu'elle ne soit pas en état. Ce n'est qu'en arrivant devant la porte que je compris que cette fois, elle était tombé bien plus bas. Elle n'était pas seule, une fille avait du l'aider à revenir. Ouvrant donc la porte, je la détaillais du regard, regrettant de ne pas pouvoir partager la même chose, de ne pas pouvoir l'aider. « Laisses moi la prendre. », soufflais-je à l'inconnue avant de saisir ma soeur dans mes bras et de commencer l'ascension des marches. « Ça te dérange pas d'ouvrir ? », je n'avais pas besoin de lui demander si elle était en état, son regard était plus clair, plus limpide que celui de ma soeur. Et je n'avais jusqu'à présent jamais eu à la porter. J'étais calme, sans doute trop pour la situation, mais j'avais fini par avoir l'habitude. Elle revenait rarement comme ça, rarement avec quelqu'un qui restait tout du moins assez longtemps. N'ayant pas porté un regard en arrière, j'étais monté à notre étage avant d'arriver devant notre porte. Ma soeur était trop légère pour son propre bien, démontrant un manque de nourriture certain. La jeune femme finit par nous rattraper, ouvrant la porte avant que je ne m'y engouffre et que je rejoigne la chambre de ma soeur. La déposant sur le lit, j'avais presque fini par savoir comment la gérer. Lui retirer ses chaussure, sa robe. Je n'étais plus choqué à l'idée de la déshabiller, il restait ses sous-vêtements et je voulais qu'elle soit un minimum à l'aise en dormant, que la pression du tissus ne l'étouffe pas. Puis je lui mettais un de mes t-shirts pour ne pas avoir à me battre avec les siens. Pour le reste, c'était une bouteille d'eau et de l'aspirine déposé sur sa table de chevet. Elle reviendrait sans doute quand je ne serais plus là, et elle n'aimerait pas le retour à la réalité. Revenant dans le salon, la jeune femme était toujours là, ce qui me fit lui demander, « Tu as une idée de ce qu'elle a prit ? », soufflais-je résigné avant de secouer la tête pour m'avancer en lui tendant la main, « Désolé, Kaleb, je suis son frère. », je ne voulais pas paraitre intrusif, je voulais juste savoir quel nouveau poison avait fini dans ses veines.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Mer 14 Sep - 10:05

Painted Blue
Kaleb & Liesel
I seen this one shit on the news a couple weeks ago that made me sick. Some dude was drunk and drove his car over a bridge and had his girlfriend in the trunk, and she was pregnant with his kid and in the car they found a tape, but they didn't say who it was to come to think about it, his name was... it was you. Damn!

Ouverture de la porte – elle s’attend presque à ce qu’on la noie sous une logorrhée. Mais non. Un homme, un grand, qui la regarde. Merde, elle s’est trompée de porte ? Aleks était bien capable de se planter d’immeuble. « Laisse-moi la prendre. » Ah non, c’est le bon. Hey, c’est son mec ? Non, elle passerait pas sa soirée à faire ça si c’était son mec. Son père ? Pas sûre qu’un père se comporte comme ça. Quoi qu’il en soit, il est plutôt pas mal. Elle se délesta de son poids en le laissant la prendre. Il était un peu plus musclé (légèrement) donc il l’attrapa dans ses bras, avant de commencer à monter les marches du hall. « Ca te dérange pas d’ouvrir ? – Non… » Enfin si elle arrivait à trouver la poignée. Ils grimpèrent dans les étages et Liesel suivit plus ou moins la cadence. Elle arriva finalement pour ouvrir la porte à monsieur Balhian – au pire ça lui allait bien comme nom – et s’arrêta dans le hall, tandis qu’il faisait sa vie. Elle ferait peut-être mieux de s’éclipser, non ? Elle venait de déposer son colis et elle n’avait qu’une envie, rentrer chez elle et dormir. Si elle se réveillait à temps, elle pourrait peut-être faire un saut à la fête foraine plus tard, dans l’espoir de récupérer l’argent dépensé en soirée. Elle prit le temps de recouvrir ses épaules dénudées par la longue marche, lorsqu’elle se mit à détailler les lieux. Plutôt grand et spacieux, l’appartement n’était dérangé que par le silence angoissé de l’aube naissante. Elle chercha des photographies, ou un élément de décoration pour lui en apprendre plus, avant de s’asseoir sur le canapé, bien au milieu, sans bouger. Elle était debout plus par automatisme qu’autre chose maintenant, mais… Aleksandra la taraudait. Ca faisait quelques semaines maintenant qu’elles avaient pris l’habitude de faire la fête ensemble. Elles ne se parlaient pas vraiment, dansaient beaucoup, fumaient un peu. Il y avait une certaine bestialité chez la jeune femme qui intriguait Liesel. Quelque part, elle lui rappelait Eden. Sauf que pour Eden, c’était déjà trop tard – enfin, elle croyait. Non pas qu’elle se prenne pour un ange divin, mais elle pensait pouvoir encore arrêter Aleksandra. Et lorsqu’elle voyait le décor dans lequel elle vivait, elle ne pouvait s’empêcher de se revoir, trois ans plus tôt. Etrange de se dire que la Balhian était bien plus vieille qu’elle et pourtant deux fois plus paumée. Elle aurait aimé pouvoir l’aider un peu plus. Elle se laissait glisser sur une pente qui n’avait rien de bon. Faire la fête, oui. A ce point… D’ailleurs, Li n’avait même pas prévu de sortir à la base. Elle avait reçu un coup de fil en fin de soirée qui l’avait motivée à aller voir son… amie ? Non, on ne pouvait pas vraiment dire ça. Le bruit des pas de l’inconnu la ramena à la réalité. « Tu as une idée de ce qu’elle a pris ? – GHB je pense. Mélangé à de l’alcool. J'en ai pas pris. Du GHB. » Elle aimerait dire plus, mais les mots restent coincés dans sa gorge, alors qu’elle s’est levée du canapé. Elle a l’impression d’être en trop dans l’appartement bien soigné – elle a l’impression de sentir la mort sur elle, sauf qu’il ne s’agit que du mélange gras d’alcool et de cigarette. De joint, un peu, aussi. Il s’avance pour lui tendre la main et elle tressaille. Elle a les mains moites. C’est pas très top. Elle n’attrape que le bout des doigts de Kaleb, un peu gênée par ce genre de contact aussi. « Désolé, Kaleb, je suis son frère. – Désolé de quoi ? Liesel, je suis… J’en sais rien, en fait. » Elle rit un peu, détaillant quelques instants son… son frère. Il a l’air plus âgé qu’elle, mais elle ressemble à une poupée, aussi. « Je m’inquiète un peu pour elle. » Elle est pas légitime pour faire ça. Elles se connaissent pas. Elle l’a invitée à plusieurs soirées, elle aussi – c’était un peu sa faute, non ? Elle serra maladroitement ses mains, ne sachant pas comment aborder le sujet. « En tout cas vous avez une jolie maison. »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : BALACLAVA
Célébrité : Henry Cavill
Messages : 30
Personnalités : Waël
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Dim 18 Sep - 0:30

Du GHB… Nos parents avaient-ils pu à ce point nous pousser dans le gouffre ? Je veux dire que ce n'était pas simplement un joint, c'était une drogue dure, une drogue utilisaient parfois par des violeurs, elle… Elle étaient hors de contrôle. La jeune femme se justifia, mais elle n'avait pas à craindre, elle avait su la ramener, c'était déjà une bonne chose non ? Secouant légèrement la tête, j'avais fini par m'excuser, avant de me présenter. Elle m'interrogea sur les raisons exactes de mes excuses, elle finit par se présenter en exposant n'être rien dans le fond. « Pour ma question un peu brusque. », répondis-je dans un premier temps avant de reprendre, « Enchanté. ». C'était un peu trop formel non ? J'avoue qu'au vu de ma nuit, je n'étais pas fondamentalement certain de quoi que ce soit. Mais une chose était sur à présent, je partageais un point commun avec la demoiselle. Demoiselle somme toute assez stressé. « C'est tous les jours le même sentiment. », déclarais en m'adossant à un mur. J'avais envie de m'écrouler, mais vu l'heure je n'étais pas certain que cela soit encore très utile. J'avais baissé les yeux sur le sol, comme pour y trouver une réponse, c'est alors qu'elle me expliqua avoir peur pour elle, un point en communs, à la différence près que j'étais sans doute moins apte à la faire basculer que cette fille. Elles allaient en soirée ensemble, en soit, elle pourrait la freiner plus tôt. J'avais sans doute plus de mal à reconnaitre la possibilité que quelqu'un d'autre puisse s'inquiéter pour elle. Juste que là… J'avais l'impression de ne pas pouvoir l'aide, à ne rien pouvoir faire. « Elle est en chute libre. », finis-je par dire sans lever les yeux. Je ne pouvais pas. Ce ne fut que lorsqu'elle parla de la maison que je compris le malaise. Elle ne savait plus ou se mettre, je n'allais pas continuer à la torturer, elle avait déjà ramené ma soeur. M'avançant vers une table, je pris mes clés et un pull avant de lui dire. « Je te ramène chez toi avant que tu ne me parles de la météo, non pas que ce genre de conversation me dérange, mais je pense que tu es juste trop polie pour rentrer chez toi. Et il est tard, donc je te ramène, je te dois bien ça. », et je n'aimais de toute façon pas que ma soeur rentre seule, alors je n'allais pas fermer les yeux pour elle. Ni même la laisser rentrer seule, dans le noir, sans protection pour éviter à des tarés de s'en prendre elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Mar 20 Sep - 13:14

Painted Blue
Kaleb & Liesel
I seen this one shit on the news a couple weeks ago that made me sick. Some dude was drunk and drove his car over a bridge and had his girlfriend in the trunk, and she was pregnant with his kid and in the car they found a tape, but they didn't say who it was to come to think about it, his name was... it was you. Damn!


« Pour ma question un peu brusque. Enchanté. » Liesel hocha lentement la tête. A cette heure-là et avec la nuit qu’elle venait de passer, les questions brusques lui passaient un peu par-dessus la tête. « C'est tous les jours le même sentiment. » Le jeune homme s’adossa au mur. Il semblait vouloir dire beaucoup, alors que les mots ne voulaient pas franchir ses lèvres. Elle pouvait le comprendre – on ne se livrait pas à une inconnue. Inconnue qui pourtant, en savait déjà trop sur la situation. Pour tout dire, elle ne savait pas vraiment comment être réconfortante – elle n’en savait pas assez ni sur l’un ni sur l’autre pour être pertinente. Pourtant il fallait qu’elle dise quelque chose. Qu’elle comble ce silence désagréable, comme un souffle suspendu entre eux. Son regard se porta au sol et Liesel chercha désespérément quoi dire. Elle avait presque envie de lui demander de lui laisser quelques minutes pour remettre de l’ordre dans ses idées, de lui laisser le temps de trouver les mots ou les choses à dire. « Elle est en chute libre. » Quelques mots difficiles à sortir, compliqué à aborder. Chute libre. Est-ce qu’on pouvait sauver les gens qui ne voulaient pas l’être ? Est-ce que l’on pouvait sauver les gens sans leur volonté propre ? Et pire encore, est-ce qu’on pouvait laisser les gens tomber sans essayer de les arrêter ? « Je te ramène chez toi avant que tu ne me parles de la météo, non pas que ce genre de conversation me dérange, mais je pense que tu es juste trop polie pour rentrer chez toi. – Non… Non, vous avez vraiment une jolie maison. Je ne m’attendais pas à ce genre de foyer pour Aleksandra. Et aussi je ne sais pas quoi dire. J’en ai vu beaucoup… » De quoi, en fait ? Des gens « comme elle » ? Liesel croyait encore à l’individualité de chacun et elle se refusait à faire entrer la jeune femme dans une case pour le moment. Mais elle n’avait pas de mot à mettre dessus. « Et ça ne se finit pas toujours bien. J’aimerais aider. » Elle essayait aussi de ne pas faire de phrases trop longues de peur de ne pas parler français au bout du compte – ça lui arrivait souvent, surtout lorsqu’elle était fatiguée. « Et il est tard, donc je te ramène, je te dois bien ça. – Non, ça va, merci, vous devez être fatigué » Kaleb était son frère. Alors où étaient les parents ? Enfin, généralement (même si elle n’aimait pas les généralités elle en faisait souvent), les gens qui tombaient de haut comme ça avaient quelques soucis avec les géniteurs… Enfin, elle ne voulait pas juger si rapidement. Elle se rendait compte combien on ne connaissait pas les gens que l’on côtoyait pourtant plutôt régulièrement… Quoi qu’Aleksandra non plus ne devait pas connaître grand-chose sur sa vie. « Vous devez certainement travailler demain, non ? »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : BALACLAVA
Célébrité : Henry Cavill
Messages : 30
Personnalités : Waël
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Mer 21 Sep - 11:35

Elle n'était pas une mauvaise fille, j'avais l'impression qu'elle s'intéressait vraiment à ma soeur, mais elle vivait dans le même milieu et ça, ce n'était pas le meilleur moyen de la sortir de la. Mais elle venait de me parler de la maison et je voyais clairement qu'elle n'était pas à l'aise et je n'allais pas la retenir plus longtemps ici. Elle m'assura alors que j'avais une jolie maison, réellement, et qu'elle ne s'était en fait pas attendu à ce genre de lieu pour Aleksandra avant de basculer sur ma soeur elle-même. Fronçant légèrement les sourcils, elle me donnait l'impression d'en fréquenter beaucoup, de prendre l'habitude, de savoir à quoi s'attendre presque. Ce qui était passablement perturbant et qui me fit lui demander presque aussitôt, « Tu cherches pas la même chose que ma soeur en soirée. », en fait j'avais été affirmatif, je en jugeais pas, mais ma soeur cherchait à disparaitre et elle, je sais pas, quelque chose me déranger presque. Ce sentiment se conforta lorsqu'elle reprit que les choses ne finissait pas toujours bien, mais qu'elle aimerait aider. Aider ma soeur ? « Moi aussi. », lui répondis-je. J'aimerais aider ma soeur, mais je doutais que cela soit possible. Quoi qu'il en soit il était tard, je ne pouvais pas la laisser rentrer seule, pas en sachant que la ville n'était pas la plus calme, elle m'assura que ça allait, ajoutant que je devais être fatigué. En effet je travaillais demain, enfin aujourd'hui, mais je n'avais plus rien à perdre, j'avais déjà perdu ma nuit. « Oui, mais dormir ici ne ferait que me fatiguer davantage, n'insiste pas, je lâcherais pas. ». J'étais peut-être un peu insistant, un peu strict aussi, mais je ne pouvais rien contre ça, j'avais prit l'habitude de contrer ma soeur, de me guinder pour l'aider, pour l'empêcher de faire des conneries. Cette fille n'était clairement pas elle, je l'avais bien comprit, mais je ne pouvais pas non plus la laisser comme ça. Elles se sentaient toutes très forte dehors, une fois que la nuit étaient tombés, elles refusaient de voir les dangers. Je les voyais, sans doute trop pour leur propre bien, mais je les voyais, et je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. « Tu veux aider ma soeur, je veux t'éviter de mauvaise rencontre, tu m'en diras plus sur la route. ». Je ne pouvais pas faire confiance à une inconnue pour aider ma soeur, même si ses intentions étaient bonnes, elle restait une inconnue et je voulais réellement savoir à qui j'avais à faire avant d'accepter l'idée que ma soeur pourrait s'en sortir. Elle méritait mieux, pourtant elle n'y arrivait pas. Il devait y avoir un moyen de la sauver. Je devais juste trouver comment, arrêter d'accepter qu'elle ne puisse pas être aider.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Dim 25 Sep - 14:21

Painted Blue
Kaleb & Liesel
I seen this one shit on the news a couple weeks ago that made me sick. Some dude was drunk and drove his car over a bridge and had his girlfriend in the trunk, and she was pregnant with his kid and in the car they found a tape, but they didn't say who it was to come to think about it, his name was... it was you. Damn!

« Tu cherches pas la même chose que ma soeur en soirée. » L’affirmation, qui ne dérangeait pas vraiment Liesel. Non, effectivement. « Aleksandra semble chercher à se perdre, ou à s’oublier. Je cherche l’inverse. Ca marche pas des masses je l’accorde, mais ça passe le temps. Je me drogue pas, par contre. C’est juste… l’ambiance. On a l’impression de compter, quand on est là-dedans. » Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle lui disait ça – surtout parce qu’elle n’avait pas de filtre lorsqu’elle avait trop bu. Elle disait ce qui lui passait par la tête, sans distinction, ce qui était parfois un peu gênant, et d’autres fois ça n’avait pas vraiment de sens. « J’dirais pas que c’est thérapeutique, hein. Mais on fait ce qu’on peut je crois ? » Liesel n’était pas certaine de ce qu’elle avançait. En fait, elle ne savait pas vraiment comment se comporter face à Kaleb, qui ne semblait pas si vieux que ça, mais qui avait l’air d’avoir cent ans lorsque l’on se plongeait dans son regard. Elle n’avait jamais eu de mal à discuter avec des personnes plus âgées qu’elle – même qu’elle aimait bien les taquiner, se montrer, bref, du Liesel tout craché quoi. Mais là elle se sentait comme fautive d’avoir ramené Aleks dans cet état-là. Et elle-même de ne pas voir bien droit, ça la gênait un peu. Pas qu’elle soit forcément une flèche dans la vie de tous les jours, mais ses pensées s’envasaient, ses mots se trouvaient plus lourds, plus pâteux, moins pertinents et moins vifs que lorsqu’elle avait toute sa tête.

Evidemment il lui répondit que lui aussi voulait l’aider. Elle ne put s’empêcher de sourire en serrant ses doigts maladroitement. « Oui, mais dormir ici ne ferait que me fatiguer davantage, n'insiste pas, je lâcherais pas. » Liesel ne savait pas si elle devait bien ou mal le prendre… D’habitude elle n’aimait pas qu’on n’aille pas dans son sens mais elle était trop fatiguée pour essayer de le faire changer d’avis, et puis elle aimait son petit côté taciturne. « Tu veux aider ma soeur, je veux t'éviter de mauvaise rencontre, tu m'en diras plus sur la route. – Ok ok papa poule. » Elle tourna les talons, laissant un dernier regard à cette maison qui ne semble plus habitée que par des fantômes. Elle aimerait avoir quelque chose d’intéressant à dire, ou même auquel il n’aurait pas encore pensé. Malheureusement… Enfin, on la referait pas, elle était trop bavarde pour se taire. « Il faut pas trop te flageller quand même. Aleksandra est assez grande, elle fait ses propres choix. Et si elle ne veut pas être sauvée… Tu pourras faire tout ce qui te plaira… Il faut que ça vienne d’elle. L’impulsion. Mais… si ce n’est pas trop indiscret… Elle a toujours été comme ça ou quelque chose s’est produit ? » Elle fila dans l’entrée, ayant presque hâte de fuir cette maison de silence, qui ressemblait trop à celle de ses parents pour qu’elle n’y pense pas. « Mais c’est super loin à pieds ma maison, tu vas pas faire tout ce chemin. »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : BALACLAVA
Célébrité : Henry Cavill
Messages : 30
Personnalités : Waël
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Lun 26 Sep - 18:01

L'ambiance ? J'avoue que je ne comprenais pas vraiment ce qu'il y avait à trouver là-bas. Mais sans doute avais-je tout simplement décidé de prendre mes distances avec ce monde, avec cette part de sa vie qui ne pourrait en rien l'aider. Il y avait sans doute de meilleur façon de s'en sortir, c'était certain, mais avait-elle envie de changer ? De s'en sortir ? Je n'en avais pas l'impression, j'avais juste l'impression qu'elle cherchait à fuir, à mourir. J'avoue que sur le moment, je ne savais pas quoi lui dire. Sans doute était-il vrai que l'on ne pouvait rien faire d'autre, mais tout de même. Je n'arrivais pas à voir ça comme une solution. La conversation dériva donc lentement jusqu'à ce que j'initie son départ et le fait de la raccompagner. Je pouvais comprendre qu'il n'était pas agréable, de se dire qu'un inconnu vous suivrait, mais il était évident pour moi qu'elle ne rentrerait pas seule. Finissant par accepter, elle me qualifia de papa poule, ce qui m'arracha sans doute un sourire plus franc que je ne l'aurais voulu. J'avais prit un rôle que je n'aurais pas du prendre, car nos parents n'avaient rien fait pour nous, car personne n'avaient rien fait pour nous. Fermant l'appartement, nous venions d'emprunter les escalier lorsqu'elle m'assura qu'il était inutile de m'en vouloir. Elle avait fait ses choix, elle ne changerait pas si elle ne voulait pas être sauvé. Si elle ne voulait pas changer. Elle me demanda alors si elle avait toujours été ainsi. Grande question dans le fond, car il y avait sans doute bien trop d'élément pouvant justifier cela. « Nos parents étaient médecins, le genre de Super héros que tu ne pouvais pas détester sans passer pour un monstre. », déclarais-je étonné de lui répondre. De toute façon ma soeur aurait pu lui dire. « Parents absents, mais un statut de privilégier, puis mort avec les honneurs, elle a finit ici avec une grand mère qui n'en avait rien à faire d'elle et deux grand frère ayant décidé de faire des études loin de tout ça. », passant la porte d'entrée, je finis par dire, « Dans le fond, quand j'ai réclamé sa garde à ma majorité, j'aurais du prendre conscience que la tirer d'une détresse pour la plonger à nouveau dans la solitude n'arrangerait rien. », des problèmes d'enfant de riche sans doute, des problèmes loin des réalités. Tous le monde avait souffert, on avait juste apprit à vivre avec. Elle reprit alors pour m'assurer que sa maison était super loin, ce qui me fit tourner les yeux vers elle avec un brin d'amusement dans le regard. « Ah c'est con… J'ai pas encore fait mon sport de ma journée, je pouvais pas mieux espérer. ». Je me détendais ? Sans doute, même si la pensée de ce passé brisé avait eu le don de me plonger dans un profond mal être. Je n'étais même pas de sa famille, comment je pouvais espérer l'aider alors que je n'étais personne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Sam 1 Oct - 20:56

Painted Blue
Kaleb & Liesel
I seen this one shit on the news a couple weeks ago that made me sick. Some dude was drunk and drove his car over a bridge and had his girlfriend in the trunk, and she was pregnant with his kid and in the car they found a tape, but they didn't say who it was to come to think about it, his name was... it was you. Damn!

« Nos parents étaient médecins, le genre de Super héros que tu ne pouvais pas détester sans passer pour un monstre. » Liesel ouvrit grand ses oreilles, curieuse d’en apprendre plus, mais aussi étonnée qu’il se confie si rapidement. Enfin, ce n’était pas pour lui déplaire, et elle n’était pas certaine de s’en souvenir le lendemain au réveil, mais elle se sentait toujours mieux quand elle se sentait utile – même s’il ne s’agissait que d’être à l’écoute de quelqu’un, ça avait toujours le don de booster son ego, allez savoir pourquoi. « Parents absents, mais un statut de privilégié, puis mort avec les honneurs, elle a fini ici avec une grand-mère qui n'en avait rien à faire d'elle et deux grands frères ayant décidé de faire des études loin de tout ça. » La jeune fille hocha la tête tandis qu’ils passaient le pas de la porte. Elle connaissait ça, les parents absents, même si elle devait avouer que sa mère lui avait toujours porté plus d’intérêt que son père. Et aussi plus d’agacement, souvent, car Lies n’était pas tout à fait comme qu’elle aurait aimé qu’elle soit. Par contre elle n’avait pas eu la terreur de voir ses parents redevenir poussière, des souffles laissés sur un champ de possibles. Est-ce qu’ils avaient deux grands frères ou est-ce qu’il se comptait dans le lot ? Elle ne le connaissait pas assez pour en mettre sa main à couper, pourtant elle aimait ce genre d’autodérision, de propos noirs qui pouvaient suinter d’une phrase en apparence anodine. Ca témoignait d’une certaine intelligence, d’un regard critique sur le monde qu’elle appréciait tout particulièrement. « Dans le fond, quand j'ai réclamé sa garde à ma majorité, j'aurais dû prendre conscience que la tirer d'une détresse pour la plonger à nouveau dans la solitude n'arrangerait rien. » Bon là ça dépassait malheureusement son cadre d’expertise. Elle n’était ni grande sœur, ni ange gardien, et elle n’avait jamais eu à supporter la santé mentale ou physique de quelqu’un – ou alors de son chien, et encore, il vivait encore sagement du côté des Queen car elle n’avait pas eu le courage de l’enfermer dans un cinquante mètres carrés à Morning Hill. Est-ce qu’elle devait dire quelque chose ? Oui, bien entendu ! Mais quoi ? Elle ne savait pas. « De ce que tu m’en dis… Je pense que ça ne peut pas être pire maintenant que ce qu’elle vivait avant. Est-ce que vous en avez déjà parlé ? Je ne la connais pas assez je dois avouer pour être d’une quelconque aide mais… » Ouais, non, mais merde quoi. En deux semaines y’avait deux adultes qui demandaient conseil, elle savait plus quoi faire. Elle savait déjà pas donner une direction à sa vie, alors aider les autres… Liesel avait toujours cette envie de rendre le monde meilleur en essayant d’aider les gens, mais peut-être qu’au fond, elle ne faisait que s’ajouter de la misère sur ses propres épaules. Pourquoi ne pouvait-elle pas garder les yeux sur l’horizon, sans se préoccuper des autres ? Et c’est toi l’égoïste qui dit ça… se sermonna-t-elle, un peu amusée par le ridicule de ses pensées. « Peut-être qu’elle devrait trouver quelque chose qui la motive plus que ça ? Ou l’envoyer dans un centre de désintoxication… Ce n’est pas génial, mais est-ce que c’est vraiment mieux de risquer de la perdre ? Je ne sais pas…  dit-elle en se massant les tempes. Et toi, tu vas bien ? Il n'y a pas que la cadette dans l'histoire. » Elle commençait légèrement à avoir le tournis avec tout ça. Depuis quand n’avait-elle pas mangé ? « Ah c'est con… J'ai pas encore fait mon sport de ma journée, je pouvais pas mieux espérer. – Eh merde, mon plan est tombé à l’eau, ironisa-t-elle en riant doucement. Je promets pas d’être compréhensible tout le long du chemin. » Déjà fallait qu’elle retrouve sa maison… Elle préféra taire cette partie de ses pensées.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : BALACLAVA
Célébrité : Henry Cavill
Messages : 30
Personnalités : Waël
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Mer 5 Oct - 11:34

Pourquoi je lui disais tout ça ? Peut-être car elle voulait aider ma soeur et que ne la connaissant pas, elle ne pouvait rien faire. Elle était avec elle, souvent, et elle aurait sans doute plus d'impact que son frère qui l'avait abandonné, et qui aujourd'hui n'arrivait pas à lui avouer la vérité. Je doutais que cela puisse être vraiment le pire jamais atteint. Je la connaissais, elle pouvait tomber bien plus bas. Elle m'avait poussé bien plus bas, j'avais été en prison pour elle, pour la protéger, et je savais qu'elle pouvait rechuter quand elle voulait. « On parle, mais elle se bloque dès qu'on aborde le sujet. », j'étais prof, j'étais prof et je n'arrivais pas à communiquer avec elle. Nous continuons à sortir avec le sentiment que quelque chose ne tournait finalement pas rond. Trouver quelque chose qui la motive ? Ou l'envoyer dans un centre de désintox ? Je n'étais nos parents je ne voulais pas la contraindre, même pour son bien. Je sais qu'il fallait parfois briser certaines choses pour sauver d'autre, mais bon. « Elle est déjà passionné par l'art, elle se libère en prenant des photos ou en peignant, elle est douée, elle vend des toiles, mais dès que c'est fini, c'est la rechute, j'ai peur de la briser en la poussant dans un centre. » qu'elle perde son amour pour l'art, qu'elle ne sache plus s'exprimer, se libérer, qu'elle sombre. « Oui. », répondis-je simplement pour ne pas me perdre dans des détails. Je ne savais pas quoi répondre si je devais y réfléchir. Je ne savais pas quoi penser. Je ne savais pas ou aller. Si la franchise primerait sur le reste. Elle voulut se dérober, mais il n'était pas question qu'elle rentre seule. Le monde n'était pas le meilleur actuellement. Pas pour se balader aussi tard. Elle s'avança donc rapidement sur le fait qu'elle ne serait pas très compréhensible. Ce n'était pas grave, au pire je ne ferais que le bâton de vieillesse. « Je ne comptais pas te parler de la crise socio économique du Rwanda, rassures-toi. », répondis-je dans un sourire. J'allais faire de la garde d'enfant, enfin façon de parler, elle n'était pas une enfant. Elle était une adulte, mais si elle perdait le fil de ses pensées en court de route, il ne serait pas impossible que cela revienne au même. « Dans le doute, dis-moi où tu habites, que je puisse te ramener dans tout les cas. », à savoir si elle décrochait. Je ne voulais pas être intrusif, mais juste m'assurer qu'elle rentre sans avoir fait toute la ville avant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : (c) eylika
Célébrité : Chloe Norgaard
Messages : 786
Personnalités : Que moi ♥
Particularités :

Sharpened by hate.
Strengthened by love.

Présence RP : J'ai eu les yeux plus gros que le ventre.
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Dim 9 Oct - 22:22

Painted Blue
Kaleb & Liesel
I seen this one shit on the news a couple weeks ago that made me sick. Some dude was drunk and drove his car over a bridge and had his girlfriend in the trunk, and she was pregnant with his kid and in the car they found a tape, but they didn't say who it was to come to think about it, his name was... it was you. Damn!

« On parle, mais elle se bloque dès qu'on aborde le sujet. » Liesel hocha la tête, comprenant totalement cette situation. Surtout qu’elle avait toujours eu ce comportement envers ses parents. Pourquoi certains adolescents – quoi qu’Aleksandra devenait plus adulte qu’adolescente avec le temps – se braquaient toujours avec leurs géniteurs ? Si elle avait fait des études en sociologie ou psychologie elle aurait certainement fait une thèse là-dessus. « Elle est déjà passionné par l'art, elle se libère en prenant des photos ou en peignant, elle est douée, elle vend des toiles, mais dès que c'est fini, c'est la rechute, j'ai peur de la briser en la poussant dans un centre. » Liesel se tourna vers lui, un peu étonnée d’apprendre ça. L’art. Elle ne pouvait pas s’empêcher de faire le parallèle avec son amie, son alliée, son amante, Eden, celle qu’elle avait abandonné, à qui elle avait tourné le dos… Son ventre se retourna à cette idée. Qu’étaient-elles devenues, après toutes ces années ? Deux déchets grandissant chacun de son côté, sans plus s’adresser la parole, sans plus oser se regarder dans les yeux, comme si quelque chose de trop noir et de trop morbide les avait séparé… « Elle n’a plus personne en terme de… de fréquentations ? Pourtant l’art… » Ok, y’avait des demeurés dans le domaine de l’art, mais il y en avait partout. « C’est passionnant. Elle les vend où, si ce n’est pas indiscret ? Peut-être qu'il existe des sortes de... Peut-être de voyages, pour découvrir l'art, ou les lieux artistiques ? Je n'en sais rien, je ne pense pas que l'envoyer loin soit la bonne solution mais au moins elle sortirait de ce cercle vicieux. Elle sortirait de ses habitudes. » Peut-être qu’elle y ferait un tour. Peut-être qu’elle pouvait faire comme avec Elijah, en parler autour d’elle, en parler aux personnes qu’elle connaissait dans ce milieu… Elle ne croyait bien sûr pas que ça lui sauverait la mise, mais peut-être que si un boulot quotidien la motivait assez… Liesel ne pouvait pas croire qu’il s’agissait d’une âme perdue. Non. Elle en avait vu d’autres revenir de plus loin encore.

« Je ne comptais pas te parler de la crise socioéconomique du Rwanda, rassures-toi. – NON ! Mon sujet polémique préféré !» Elle mima un gémissement, comme si cette nouvelle lui lacérait le cœur. Pour tout dire, elle avait cette fâcheuse tendance de parler de tout comme si elle s’y connaissait, comme si elle savait tout de ce domaine mais… Malheureusement la plupart du temps elle ne faisait que mentir, et ça ne passerait peut-être pas auprès d’un homme de la trempe de Kaleb. Ca passait bien avec les deux trois camés du Diamond Gate et ça lui suffisait. « Dans le doute, dis-moi où tu habites, que je puisse te ramener dans tout les cas. – Morning Hill, Kingdom Street. Et oui, je l’ai pris pour pouvoir faire une petite blague sur mon nom. » Elle s’esclaffa, mais les deux trois neurones qui lui restaient se mirent en route un brin trop tard. Eh merde, il ne connaissait pas son nom de famille. Et elle n’avait pas spécialement envie qu’il le sache, finalement. Quel serait son regard sur une gamine comme elle ? Elle grinça des deux, priant un instant pour qu’il ne morde pas à l’hameçon – et fit comme elle avait l’habitude de le faire quand elle mettait les pieds dans le plat. « Enfin bref, je pense quand même pouvoir rester éveillée jusque-là. Et tu fais quoi dans la vie sinon ? T'es dans l'art aussi ? » Bonjour le changement de sujet discret.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't need this game
Crédits : BALACLAVA
Célébrité : Henry Cavill
Messages : 30
Personnalités : Waël
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : en marge de la folie furieuse de NERVE

MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   Ven 21 Oct - 15:36

« J'en sais rien, elle expose dans la galerie de notre frère, elle rencontre des gens, mais je n'en sais pas plus… », répondant d'une pierre deux coups, elle finit par me demander si des voyages artistique, ne serait pas mieux que l'isoler. Sans doute, elle pourrait aussi me suivre sur des chantiers, pour découvrir en même temps qu'une équipe comment sortir l'histoire de terre, mais je n'étais même pas certain que cela fonctionne. Haussant donc les épaules en guise de réponse, je tentais un détournement en lui signifiant que mon but ne serait pas de lui parler du Rwanda, ce qui sembla la déranger. Souriant doucement à sa réaction, je devais lui reconnaitre une joie de vivre sachant dégeler le coeur des plus septiques, comme le mien. Lui demandant alors rapidement ou elle habitait afin de pouvoir la ramener dans tout les cas, elle me signifia qu'elle était sur Kingdom Street avant de faire une référence à son nom qui, il faut l'avouer, me passait à côté. La regardant légèrement gêné, j'attendais qu'elle m'en dise plus, ce qui ne sembla pas venir et je me voyais mal lui demander, j'avais déjà son adresse, ça finirait par faire louche. Elle me demanda alors ce que je faisais dans la vie. Devant saluer le changement de sujet, je ne lui fis pas remarquer, conscient que cela devait déjà être un exploit pour elle. « Oui et non, je suis plus dans l'histoire de l'art. », répondis-je dans un premier tant avant de reprendre. « Je suis prof d'Archéologie et Archéologue, hors des cours, je suis entre le terrain, le musée et la fac. », je ne donnais que quelques cours par semaine, souvent sur les même jours, le reste étant de la restauration de de la sortie de terre. « Et toi ? », lui demandais-je avant de secouer légèrement la tête dans un sourire. « Désolé, ça fait désintéressé de répondre par un "et toi?", mais c'est pas le cas. », ça faisait plus site de rencontre pour être honnête, mais je me voyais mal lui dire cela, là, maintenant. Ça risquait de me faire passer pour un fou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: painted blue (ft. kaleb)   

Revenir en haut Aller en bas
 
painted blue (ft. kaleb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» Blue white control. is preordain needed?
» probleme de credit sur pcb 108in1 BLUE ELF
» Blue Stinger : Mon test du meilleur survival horror sur DC
» BLUE ELF 2 BORNE DEMARRE PAS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Crown Heights :: Residential Area-
Sauter vers: