AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When she was just a girl, she expected the world. PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
I'm just another player
Crédits : Even
Célébrité : Chloe Moretz
Messages : 78
Particularités : Bâtarde, née de l'union de James Wilson et Judith King

Hi Daddy


Présence RP : ON
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: When she was just a girl, she expected the world. PV   Lun 26 Sep - 22:42


When she was just a


girl


She expected the World


James Wilson


" J'aimerais savoir les raisons de cette bagarre mademoiselle King. 
- Puisque je vous dis que je ne l'ai pas approché! Elle ment, comment j'aurais pu lui tirer les cheveux!
- Cessez de faire l'enfant, des élèves vous ont vu. Dites nous pourquoi.
- J'veux pas être virée madame. J'ai besoin de mon bac. Elle avait qu'à pas insulter ma mère. Oh et puis vous savez quoi, je m'en fous! Virez moi, chassez moi, j'en ai plus rien à foutre. " répliqua-t-elle, folle de rage, en claquant violemment la porte.

Un vent frais et nouveau vint balayer sa chevelure blonde qui était négligemment nouée en une simple queue de cheval. Ses yeux bleus se portaient sur les horizons clairs et harmonieux de Lorwels, comme s'il semblait impossible que cette ville change. Et pendant un instant, elle eut l'impression d'être une stupide poupée coincée dans une maison en carton. Ecrasant le bout de cigarette encore fumant contre sa converse, elle finit par se relever tête basse, rentrant au lycée avec la terrible sensation de n'être qu'un jouet. Un jouet de cette ville. De cette vie. De ce monde.

Le soleil filtré par les lumières du lycée berçait Dianna dans un sommeil léger. Avachie sur sa table, et le front collé contre son avant-bras, elle s'était sagement endormie durant le pénible cours de latin auquel elle assistait. La professeur continuait de déblatérer des informations inutiles sur la prononciation d'un mot qu'un élève avait bêtement écorché. Sans ronfler, sa respiration douce et apaisée se faisait malgré tout entendre par son voisin de devant qui s'amusait à rire de la posture paresseuse de la demoiselle. Alors que dans ses rêves, Di chevauchait un taureau qui se révélait être en réalité Brad Pitt condamné par Jupiter à rester sous cette forme animale, une dame, ridée et grincheuse vint toquer le bout de la table. La dame, assez âgée, lui ordonna de sortir de la salle, demandant ironiquement si son cours était si ennuyeux que Di le prétendait. C'était le cas. Les épopées romaines et grecques étaient bâclées, et la seule chose qu'elle répétait était une liste de vocabulaire que sa classe ne connaissait désormais que de trop.

De nouveau foutue dehors, Di eut le temps de rentrer chez elle et de se doucher. Les hématomes dû à sa dernière bataille s'étaient ancrés sur son flan et ses avants-bras dont elle malaxait maladroitement la blessure. Elle avait revêtu un short en jean et un débardeur noir lorsque son téléphone se mit à vibrer. Lorsqu'elle eut décroché, sa mère d'une voix perpétuellement lasse et saccadée l'agressait, lui demandant d'où provenait cette lettre d'exclusion temporaire. Elle raccrocha. Elle raccrocha car si elle avait un jour trouvé des mots pour exprimer sa haine, il n'en y avait plus si ce n'est: merde. Saisissant le cellulaire, elle en profita finalement pour envoyer un court message à Aaron l'invitant à passer la soirée à la fête foraine. Aaron, c'était le beau maître nageur. Voyeur chez Nerve, il avait tout de suite apprécié la jeune fille pour sa façon d'être. Cette façon d'exister que seuls les adolescents avaient. Cette façon de vivre, de parler, de respirer, de donner à chaque mot son sens. Les adolescents savaient donner du sens à tout, même quand la logique n'était pas. Et ce fut cette magie puérile qui attira le jeune homme, faisant des deux personnages de bons amis. Aux yeux de Di, Aaron était la preuve ne que Nerve n'était pas qu'une absurdité sans fin. Non. Ce jeu bousculait le destin.

Il devait être dans les environs de 20h lorsque la cadette des King franchit le bas de la porte. A quelques mètres, la grande roue se dessinait quelques bâtiments plongés dans la pénombre du début de la nuit. Déjà la lune luisait derrière quelques nuages se dissipant avec l'aisance d'une fumée grisâtre. Sous la nuée d'étoiles qui l'éclairaient, Dianna se faufilait entre les ombres de Morning Hill, se rendant vers la première attraction qui s'offrirait à elle pour y attendre Aaron. Ainsi adossée, elle frictionnait nerveusement le bleu qui s'était formé sur sa joue que rapidement la nuit venait cacher. Alors que le grand brun arrivait à grands pas, la jeune fille vint sauter sur son dos en riant.

" Coucou toi! Ca va? ", lui demanda-t-elle tout en glissant doucement contre son dos pour ravoir les pieds sur terre.

Elle en profita pour déposer une délicate bise sur sa joue avant de se positionner face à Aaron à qui elle décrochait un large sourire. Voilà enfin un rayon de soleil dans cet ouragan cauchemardesque.


Code by AMIANTE

_________________
CREEP
But I'm a creep, I'm a weirdo
What the hell am I doing here?
I don't belong here. i don't care if it hurts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : morfine (ava)
Célébrité : Dave Franco
Messages : 133
Personnalités : Oscar le nouveau testiculé
Présence RP : 7/7 sur le forum, variable en RP
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world. PV   Jeu 29 Sep - 14:02






Dianna & Aaron


Ne me dites pas de ne pas pleurer, de me calmer, d'êtres moins excessive, d'être raisonnable. Je suis une créature émotionnelle, c'est ainsi que la Terre a été créée. Que le vent continue à polliniser. On ne dit pas à l'océan Atlantique de se contrôler.

Aaron avait eu une journée chargée. Lorsqu’il s’était levé, sans avoir eu besoin du réveil et de sa sonnerie stridente, il n’eut pas le temps de prendre sa douche qu’un coup de téléphone de son père, portant sur un sujet bancaire dont le jeune homme se moquait, l’interrompit dans la perspective de sa journée. Il paressa deux heures dans son appartement, se trainant de pièce en pièce sans réellement savoir quoi faire. Sur Nerve, les défis étaient déjà lancés, mais la plupart de ceux qu’ils avaient contacté n’avaient pas les tripes pour réaliser la mission. Alors il s’ennuyait. Il se jeta finalement sur sa moto pour rejoindre la piscine municipale.

Là bas, il surveilla le grand bain trois heures, discutant joyeusement avec les femmes qui venaient l’accoster. Il avait le sourire facile, et on lui disait souvent qu’il mettait de la joie dans la piscine. En vérité, il s’en moquait, mais c’était tout de même sympa à savoir. Alors il prenait ce rôle au sérieux, parce qu’il ne voulait pas qu’on puisse lui reprocher quoi que ce soit. Aaron aida un homme âgé à descendre dans l’eau, puis à ressortir lorsqu’il eut fini sa séance. Il surveilla des enfants encore trop jeunes afin qu’ils n’entrent pas dans le grand bain, puis le service changea et il fut libre. Il prit donc le temps de nager une petite heure pour se vider la tête.

Après quoi, il fonça jusqu’au salon de tatouage pour récupérer la marchandise qu’il avait commandé au dealer, et s’enfila un petit rail sitôt sorti. Il avait encore conscience de tout ce qui l’entourait, et se rappelait nettement des paroles de ce dernier concernant un potentiel deal entre eux. Ils allaient faire affaire, et Aaron reprendrait le chemin de l’illégalité. Et dire qu’il était aussi venu ici pour changer, pour que Joe voit qu’il n’était pas qu’un imbécile…

C’est vers cette heure là qu’il reçut la proposition de Dianna pour une sortie improvisée  à la fête foraine. Voilà un moment qu’il ne s’y était pas rendu, l’occasion était trop belle pour refuser. En plus, il n’avait clairement rien à faire, et ça lui éviterait de boire comme un trou toute la soirée devant un feuilleton déprime.

« Ça roule boulette. »

Il aimait ce surnom, sans savoir réellement pourquoi. Un jour, il l’avait appelé ainsi, et il avait gardé cette habitude. Il traina quelques heures en ville en voyant des amis, juste histoire de boire un coup et de lancer quelques autres défis, suivre de plus près et en vue directe les joueurs qu’il avait mis à l’épreuve. Aaron rentra enfin chez lui, content de sa journée chargée. Il aimait lorsque les heures se succédaient et qu’il ne les voyait pas passer. Il détestait l’ennui, la routine et tout ce qui pouvait l’oppresser. L’action était sa seule source de plaisir, en quelque sorte.

Le jeune homme rentra chez lui, reprit une douche et enfila une tenue un peu plus décontractée pour la soirée. Il avait hâte de revoir Dianna qui, malgré son jeune âge, lui rappelait sa propre adolescence. Ils s’entendaient bien, et Aaron n’avait jamais tenu compte de l’âge des personnes qu’il côtoyait. Pourquoi se priver d’une amitié car ils n’étaient pas nés la même année ? Il reprit la moto et conduisit rapidement jusqu’à la fête foraine. Il se doutait de l’endroit où la jolie blonde l’attendait, et il avança à grands pas, avant de sourire franchement en la voyant. Cette dernière sauta sur son dos pour le salua, puis glissa doucement jusqu’au sol en embrassant sa joue.

« Mais ça va super, et toi ? » lui répondit-il avec un sourire plus large encore, avant de froncer les sourcils. « Qu’est-ce que tu as fait ? »

Il tendit la main vers la joue de la jeune fille, comprenant que c’était un hématome. Aaron s’efforçait de ne pas jouer les grands frères, il avait déjà Joe pour ça et il voyait bien où ça l’avait conduit … Malgré tout, même si Dianna n’était que son amie, il avait le droit de s’inquiéter, non ?

« Bon, qu’est-ce que tu veux faire en premier ? On est là pour s’amuser et se changer les idées, non ? »

Aaron était rapidement au courant des difficultés de la jeune femme à suivre les cours. Elle s’ennuyait, et le meilleur moyen pour contrer la routine que lui imposait le lycée n’était autre que de s’amuser. Et Aaron ne disait jamais non à cela.

COSMIC SHEEP.

_________________

J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire. — Guillaume Musso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I'm just another player
Crédits : Even
Célébrité : Chloe Moretz
Messages : 78
Particularités : Bâtarde, née de l'union de James Wilson et Judith King

Hi Daddy


Présence RP : ON
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world. PV   Mer 5 Oct - 22:53


When she was just a


girl


She expected the World


Aaron Junes

L'odeur de barbe à papa se mêlait déjà aux parfums fleuris qui environnaient les parcs. Dehors, les néons se fondaient derrière les immenses buildings qui s'élançaient à perte de vue. Aux yeux du monde, l'Angleterre se devait être la sage nation où l'on se servait silencieusement sa tasse de thé. Elle se révélait habiter en son sein des jeunes farfelus, bruyants et fêtards que même le modèle de calme royal ne réussissait pas à guider sur la voie du silence. Depuis Nerve, tout semblait bruyant. Ou du moins tendu. Quelque chose avait changé. La ville n'était plus qu'une aire de jeux, au plaisir de Dianna qui désormais balançait son équilibre sur un pieds et sur l'autre d'une façon instable. Une caresse la sortit de sa contemplation des horizons. Aaron passait doucement ses doigts sur sa joue blessée.

" T'en fais pas pour ça. J'ai su me défendre. Et ça me fait une semaine de tranquillité. Je viendrais sûrement nager. Pas trop de mômes déchaînés aujourd'hui? " lui demanda-t-elle, l'air préoccupé.

Elle changeait de sujet, pas parce qu'elle était gênée. Au contraire, Di était plus tôt du genre à rire de ses mésaventures en public et cacher les larmes le nez enfoui dans son oreiller. Elle riait de tout. Répliquant ironiquement qu'elle avait déjà un père pour l'engueuler pour finalement mimer de se rappeler que non. Elle était comme ça, Di. Elle trouvait tout simplement cela inintéressant alors elle changeait de sujet. Raconter le poing aux ongles longs et vernis lui cognant la figure, ou sa chevelure blonde tirée dans tout les sens par des furies n'était à son goût pas un récit passionnant. Du moins, pas pour le moment, si bien que d'une façon aérienne elle avança sur le sentir qui menait au centre de la foire. Serrant amicalement la main du grand brun pour l'entraîner à sa suite, la jeune blonde se faufilait parmi les silhouettes mouvantes, se frayant un mince chemin dans la foule excitée et rieuse.

" Oh oui, changeons nous les idées. J'en peux plus de cette réalité. " souffla-t-elle à l'attention d'Aaron en lui jetant un bref coup d'oeil.

Les images s'enchaînaient les unes après les autres, comme de simples flash donnant la terrible impression à Di d'être simple spectatrice de la scène. Si Aaron était là, c'était justement pour être actrice de sa vie. Elle lâcha donc sa main pour s'arrêter net. Le temps d'une soirée au moins. Ainsi, elle réussit finalement par atteindre les premiers stands intéressants. A sa gauche, ce qui semblaient être un train fantôme, des loteries et quelques machines à sous. A sa droite, des trampolines et jeux de tirs attiraient son attention. Elle tournait la tête de chaque sens pour examiner les stands, les doutes se lisant dans son regard perdu entre toutes ces activités variées. Elle se retourna alors brusquement vers le maître nageur, et le large sourire aux lèvres, le questionna:

"Et toi? Qu'est-ce qui te ferait plaisir? Choisis. "

L'invitant à prendre une décision, elle gardait un sourire presque béat que l'impatience déformait en un rictus encourageant. Une musique pop et rythmée parvenait à ses oreilles si bien que s'élançant sur la pointe des pieds, elle rapprochait son visage de celui d'Aaron pour mieux percevoir sa voix. Ses grands yeux se plongeaient dans les étoiles qui baignaient le regard du jeune homme. Il était beau, c'était certain. C'en était presque gênant. Et Di peinait toujours à croire qu'un homme comme lui aimait passer du temps avec une fille comme elle. Certes, elle l'avait épaté en réalisant un défi mais cela lui paraissait malgré tout ridicule. Comment cette adolescente si banale pouvait-elle intéresser cet individu aux allures si parfaites. Si son lycée la rendait impopulaire, la compagnie d'Aaron lui donnait l'impression de n'avoir besoin que de sa présence. Tant pis pour les autres. Du moment qu'elle ne tomba pas sur l'une des blondasses qui l'eut frappé, elle ne se posait aucun doute sur la qualité de la soirée qui se profilait: elle serait tout simplement géniale.


Code by AMIANTE

_________________
CREEP
But I'm a creep, I'm a weirdo
What the hell am I doing here?
I don't belong here. i don't care if it hurts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world. PV   

Revenir en haut Aller en bas
 
When she was just a girl, she expected the world. PV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remake du clip Cosmic Girl
» Pom Pom girl Skaven pour CD+ WIP Nurggle BB
» Sanae = good girl ? Screw that !
» The Beloved Tomboyish girl débarque
» Personal Color ~ The young girl and the little girl of Hakurei

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Morning Hill :: Fun Fairy-
Sauter vers: