AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "search and destroy" cleona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: "search and destroy" cleona   Jeu 29 Sep - 13:25

Je n'avais pas beaucoup dormi depuis une semaine, j'avais passé beaucoup de temps à surveiller à collecté des informations un peu partout. Je n'avais pas non plus beaucoup mangé. J'avais davantage consommé de drogue durant cette semaine que mon corps ne l'aurait voulu, mais le résultat était là, j'avais commencé à constitué un dossier. Le setup de mon bureau avait d'ailleurs beaucoup changé. J'avais installer un écran supplémentaire me servant à afficher toutes les caméras du club, un autre écran affichant toutes les caméras du quartier. Je voulais garder un oeil sur tout, j'enregistrais tout, j'avais d'ailleurs une tour qui ne me servait qu'à ça, un disque dur externe de plusieurs tera stockant les données en doublons alors que le graveur de l'unité centrale enchainé les sauvegardes en dur. Pour le reste, j'avais dédier mon ordinateur portable à la surveillance des comptes en banques du monsieur et de son club. Les deux étant doublé par des sociétés offshore détenant les actifs et plus de 75% des bénéfices réelles. J'avais eu du mal à trouver ses comptes, mais ses sociétés étaient étrangement moins sécurisé. Sans doute l'impression que dégager les paradis fiscaux. Il y avait assez pour le faire tomber pour fraude fiscale, mais il s'en sortirait, j'avais besoin de remonter à l'origine de certains versement. Il bougeait beaucoup de cash, mais je ne savais pas encore où il allait, ni si s'était uniquement la drogue et la prostitution qui le nourrissait. Il était entièrement sur écoute chez lui, les portables de ses hommes étaient suivit, j'avais des milliers de déplacement enregistré, des concordances avec une multitude de crime, mais rien de réellement fort. Il me fallait un meurtre ou un commerce encore plus illicite pour le faire tomber. Je n'avais pas dormi depuis plus de vingt quatre heures. Les dizaines de cadavre de tasse de café en attestant, tout comme cette carte bleue posé sur un livre blanchit par une poudre dont je ne préciserais pas l'effet. J'étais sur les nerfs, je ne pouvais pas le cacher, plus je tardais, plus elle continuait à s'exposer. Je la voyais tous les soirs et tous les soirs je finissais par sortir de chez moi, par attendre sur les marches d'un immeuble non loin du club, caché par une capuche, le regard fixé sur la porte. Je l'avais raccompagné de loin une paire de fois avant de rentrer et m'assurer que je n'avais rien louper. J'étais partout dans la vie de cet homme, j'avais les moyens de lui faire perdre tout son argent, de déclencher ses alarmes, son chauffage, sa piscine. Mais je ne pouvais rien faire, juste le regarder. J'avais passé tellement de temps sur cette chaise qu'il me restait encore beaucoup trop de courbature. Mon corps n'avait pas su se remettre correctement, et avec la chaleur de toutes les machines tournant en même temps, je n'étais pas certain d'être en mesure de me porter mieux. J'avais des failles, mais j'avais quelqu'un que je ne pouvais pas sacrifier. Toutes les preuves devraient l'exclure, la drogue ne devait pas être l'entrée. C'était délicat, si bien que lorsque ma porte d'entrée s'ouvrit, je réalisais qu'une nouvelle journée venait de passer et que Cleona venait d'arriver, comme prévu. Je lui avais dit que j'avais laissé ouvert, j'avais juste oublié que la porte était ouverte depuis plusieurs jours. Ne décollant pas la tête de l'écran, j'étais occupé à remonter la trace d'un versement de plusieurs million de Livres, j'avais besoin de nom, d'un réseau et ce n'était pas si évident. « Y'a du café si tu veux. », finis-je par dire d'une voix blanche et monotone alors que je continuais à remonter le flux d'information. Le café devait d'ailleurs être froid.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Jeu 29 Sep - 19:35

Search & Destroy

Cleona & Waël
Atmosphère enfumée et pestilentielle. Relents de cigarettes froides et d'effluves à plusieurs degrés. Bottes qui collent au sol, shoot dans des bris de verre abandonnés à leur sort. Baffes hurlantes, corps suants et collants, toujours à se presser au premier derrière un peu appétissant à portée de hanches ... Auparavant, Cleona y prêtait très peu d'attention, puisqu'elle faisait partie de cette masse enivrée. Mais depuis qu'elle était contrainte d'y prendre part, elle ne pouvait pas dire qu'elle en retirait un grand plaisir. Parce qu'elle n'était pas là pour se déhancher mais pour bosser. Elle avait connu plus ingrat comme job. Attirer des petits poissons dans le retors de ses filets, pressant ses lèvres contre leur oreille, glissant un petit sachet en plastique dans leurs poches, y allant de son ton mielleux afin de pousser à la consommation ... Elle avait la parole et le geste. En somme, tout ceci était parfaitement dans ses compétences et dans d'autres circonstances, elle aurait probablement laissé l'excitation de l'illicite et l'imprudence l'envahir. Sauf que c'était sans compter sur la pression du regard approbateur de Dolce. Au départ méfiant, prêt à la démolir au moindre écart, il avait fini par se détendre. Elle respectait sa part du contrat. On pouvait même dire qu'elle ne s'épargnait pas à la tâche. Rien de mieux pour endormir sa vigilance. Cependant, maintenant qu'il remarquait son efficacité, une petite voix soufflait à la jeune femme qu'il allait en réclamer davantage. Des deux, c'était certainement lui qui tirait le plus son épingle du jeu. Pour l'instant.

Alors que l'aube pointait et qu'elle s'apprêtait à partir, les lieux pratiquement vidés - et Cleo aussi -, le dealer vint l'attraper par le bras. Elle lui retourna un regard courroucé. " C'est bon, la nuit est finie. Je peux me tirer en paix ? " Elle avait signé pour jouer les racoleuses de bas-étage, pas pour être aimable. Son interlocuteur n'eut même pas le bon goût de s'en offusquer. " Calme, piccolina. Je voulais juste te dire que tu faisais du vraiment beau boulot. " Elle le scruta. Elle savait que la suite ne lui plairait pas. " Ravie. Laisse-moi passer maintenant. " Elle lui reprit son membre d'un geste sec, cependant, il la rattrapa. " Et je me disais que tu pourrais peut-être faire encore plus. " Jamais elle n'avait arboré une mine aussi blasée. " Merde, Dolce, t'es gay. Qu'est-ce qui tourne pas rond chez toi ? " Il esquissa une moue aussi crispée que dégoutée. " Pas pour moi, qu'est-ce que tu vas t'imaginer ! " Les sourcils de la jeune femme se froncèrent. Ca sentait vraiment la merde. Elle n'était pas ce genre de racoleuse-là. Pas du tout même. " Réfléchis-y. Tu sais, le boulot ça va, ça vient. Un ... accident de la vie est si vite arrivé. " Il ne prit même pas la peine de dissimuler la menace dans son sourire carnassier. Connard. Cette fois, elle se défit de lui et quitta la boite non sans lui avoir présenté son majeur au préalable.

Elle tira la tronche tout le long de son trajet à pieds, bougonnant dans sa barbe. L'intrigue qu'elle avait mise en route commençait clairement à la dépasser. Elle avait voulu gagner du temps et elle sentait que l'engrenage se précipitait, se renfermant sur elle à mesure que les soirées défilaient. Mummy perdait le contrôle de la situation, l'une des pires choses qui pouvait lui arriver. Son seul salut résidait en la personne qu'elle allait rejoindre. Elle lâcha son mégot à l'entrée de l'immeuble et se composa une mine insouciante. Waël était déjà suffisamment sur les nerfs à cause de cette histoire, inutile qu'elle débarque complètement crispée. " Hello sunshine ! " pépia-t-elle en passant la porte. Son appartement avait des airs de tour de contrôle depuis qu'il avait décidé de faire tomber le dealer. Il ne tourna même pas la tête vers elle, concentré qu'il était. Elle n'y voyait plus très droit et quand bien même, elle n'aurait probablement rien compris à ce qui se tramait sur ses deux écrans. Elle se versa une tasse dudit café qu'elle lui proposait, grimaçant lorsque le liquide froid coula dans sa gorge. " Comment ça avance, de ton côté ? " demanda-t-elle tout en apparaissant sur sa gauche, ses doigts pianotant sur la tasse. La fatigue ne lui permettait malheureusement pas de cacher tous les signes de nervosité. Elle espérait vraiment qu'il allait lui apporter au moins une bonne nouvelle. Juste une.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Jeu 29 Sep - 22:43

Quand j'étais concentré, je remarquais très rapidement les choses, comme un agacement à normal, un mouvement étrange, une variation dans la voix. Elle maltraitait ma tasse, il était naturel qu'elle s'intéresse à l'avancé, mais elle maltraitait un objet inanimé. Je n'allais pas lui faire remarquer, je supposais qu'elle préférait éviter, du moins pour le moment. Je ne pouvais pas dire que j'avais avancé, j'avais trouvé des choses, déterré des cadavres, mais rien de plus, rien de suffisant. « Rien qu'il ne pourrait pas éviter en soudoyant le juge. En revanche il a plusieurs entreprises Offshore, et certaines reçoivent des très gros virement d'autre société écran. Je suis en train d'essayer de démêler le tous, mais ce genre de montant ne sont pas anodin. », juste besoin de trouver qui le financé et pourquoi. « L'idéal serait des trafics d'enfants, d'organe ou de femme, je pourrais m'en sortir avec un meurtre pour le faire plonger. », mais le dossier que j'enverrais devrait être béton. J'avais parlé avec un détachement certain, je n'étais pas insensible à ce genre de chose, simplement, je venais à l'espérer pour la sauver elle. « Il ne sait pas se protéger lui-même, mais les personnes qui le paient si. », c'était frustrant. Terriblement. J'avais l'intégralité de sa vie à disposition mais rien pour le faire tomber car aussi stupide qu'il était, il traitait avec des gens plus intelligent. Finissant par détourner les yeux vers elle, je reprenais la tasse des mains pour la poser sur mon bureau, « J'éviterais de te demander ce qu'il te voulait avant que tu partes aujourd'hui, j'ai comme l'impression que je n'apprécierais pas la réponse. », déclarais-je en me levant et en désignant du doigt l'un des écrans ou l'on voyait parfaitement la porte où il l'avait prise à parti et où j'avais pu voir son sourire carnassier étendre ses lèvres. Quittant les lieux pour la première fois depuis des heures, j'avais prit avec moi mon livre et ma carte. Passant par la porte pour fermer cette dernière, je finis par m'asseoir devant ma table en ayant prit au préalable un sac de poudre dans un tiroir. Je n'étais pas sur que ça me calmerait, mais j'avais besoin d'avoir les idées claires, le cerveau en forme. Tirant un rail sans plus attendre, je mis quelques secondes à me remettre de l'effet dévastateur du passage de la drogue dans mon nez. « Sers toi si tu veux. », j'avais déjà une sacré dose de Morphine dans le sang, mais fort heureusement, mon corps comprenait comment réagir et je n'allais pas claquer ici. La rejoignant donc sans trop tarder, je m'arrêtais à son niveau pour l'embrasser doucement avant de lui demander, « Tu veux pas que je te fasse couler un bain, t'as l'air au bout de ta vie. », je pouvais sans doute parler, mes joues étaient creusé par la faim, bien que caché derrière une barbes de quelques jours. L'hôpital se foutant de la charité sans doute. Ou l'effet enjôleur de la drogue sur mon cerveau épuisé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Jeu 29 Sep - 23:38

Search & Destroy

Cleona & Waël
Rien qu'il ne pourrait éviter en soudoyant le juge. Ses dents trouvèrent sa lèvre inférieure un bref instant, mordillant sa déception. Elle n'en voulait pas à Waël pour cet échec, elle avait parfaitement conscience de l'énergie incommensurable qu'il déployait afin de les sortir de se pétrin. De la sortir elle, de ce foutoir. Non, elle maudissait Dolce d'être beaucoup moins con qu'il en avait l'air. Avec une autre petite frappe, son protégé aurait déjà fait des ravages et la victime aurait atterri en prison sans passer par la case départ. Et ce serait elle qui aurait récupéré les vingt briques.

Lorsqu'il parla des pires crimes qu'un être humain puisse connaître, elle secoua la tête. " C'est une grosse merde mais il fait pas dans ce genre de trucs, malheureusement. " Malheureusement. Comme c'était déplacé. Elle n'y avait mis aucune émotion, pas le moindre remord. Elle ne pouvait pas avoir de pitié pour des martyrs imaginaires quand elle-même s'était faite passer une chaîne à la cheville. Sentant la migraine poindre, elle se pinça l'arête du nez. Rouvrant les paupières au moment où Waël se levait, elle retint une grimace. Il lui désignait un écran où la scène de son départ se rejouait. Dolce qui la tenait, elle qui tentait de s'esquiver. Et ce putain de sourire. Elle rêvait de le lui faire ravaler. " Tu viens de le faire, sweety. Et tu connais déjà la réponse. " répliqua-t-elle à sa rhétorique. Dolce et elle avaient beau chasser le même gibier, celui-ci savait parfaitement comment exploiter ses investissements. Preuve en étaient de ses comptes bien garnis. Elle observa le jeune homme se poudrer le nez, l'oeil vide et l'air peu intéressé par la scène. L'air, seulement. Ses cernes et ses joues creusées trahissaient les abus auxquels il s'adonnait pour rester alerte. C'était de sa faute. Elle ravala sa culpabilité en même temps qu'une gorgée de café froid. Elle ne pouvait rien y faire. Décidément, trop de choses lui échappaient ces derniers temps. « Sers toi si tu veux. » Nouveau bal de cheveux en signe de dénégation. " Merci, j'ai vu défiler assez de cette saloperie pour ce soir. Je vais me contenter d'un bon vieux joint. " Sur ces mots, elle en extirpa un déjà tout prêt de la poche arrière de son jean. Elle en tira une latte avide, ses yeux roulant vers le plafond. Enfin un peu de douceur dans ce monde de brutes ... Plus qu'elle n'en attendait, d'ailleurs. Elle accueillit les lèvres de Waël contre les siennes avec encore plus de plaisir que les effets de l'herbe brûlée, lui rendant son baiser avec la même tendresse. Un élan la prit de se serrer contre lui, toutefois, elle le réprima. Elle craignait que ce genre de laisser-aller la perde pour de bon, à l'heure où elle avait besoin de toute sa contenance pour ne pas flancher. Au moins prit-elle la peine de sourire à sa proposition. " Je te savais pas si prévenant. " Si elle se voulait moqueuse, ses prunelles trahissaient comme son attention la touchait. " Et de mauvaise foi. Ne me dis pas quand c'était la dernière fois que tu as mangé. Ou dormi. Quelque chose me dit que j'apprécierais pas la réponse. " le singea-t-elle, l'inquiétude perçant cependant. Sa main libre vint caresser l'ombre de sa barbe naissante. Son sourire se creusa un peu plus. " Va pour le bain. Mais avant, j'ai un petit cadeau. " Quittant son visage, ses doigts redescendirent vers sa veste sans quitter son protégé des yeux jusqu'à ce qu'un objet viennent se mettre entre eux. Un téléphone. Et pas n'importe lequel. " Tu l'as dis toi-même, il n'est pas très prudent. C'est fou ce qu'on peut lui piquer quand il a le dos tourné. Tu penses que tu pourras en tirer quelque chose ? " Sa mine candide ne trompait personne. Elle était absolument fière de son coup.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Mer 5 Oct - 10:51

Je me doutais bien que je ne trouverais pas un cadavre, mais je l'avais presque espéré dans le fond. J'allais devoir redoubler d'effort pour trouver ce qui le ferait tomber, car je connaissais la réponse à ma question, car je savais qu'elle n'aurait plus le choix encore très longtemps. Prenant de quoi relancer mon organisme une soirée de plus, je revins vers elle, lui proposant quelque chose qui changeait sans doute de mes propositions. En effet, nous étions deux à découvrir cette facette de ma personnalité. Souriant à sa réponse, j'étais en effet très mal placé pour répondre et dire quoi que ce soit. « Tu connais déjà la réponse. », soufflais-je doucement avant qu'une de ses mains échoue sur mon visage. Elle acceptait le bain, mais elle avait un cadeau. Fronçant alors les sourcils, je la vis interposer entre nous un téléphone. Il était plus qu'inconscient. Souriant un peu plus franchement, je saisis l'appareil, « Je te l'ai déjà dit, mais tu es un génie. ». Retrouvant ma place sur ma chaise, je branchais l'appareil à l'ordinateur, sécurisant l'échange des données dans le doute, et pour éviter qu'on ne me pirate, je finis par récupérer ce que je voulais. Sms, mail, contact, tout ce qui pourrait correspondre. Je n'avais plus qu'à mettre le temps en concurrence, voir ce qui ressortait, ce qui correspondait. Si je pouvais sortir des numéros, des connexions active, je pourrais peut-être localiser quelque chose,identifier et fermer un serveur pour y trouver ce que je voulais. La seule chose qui ressortie assez rapidement fut qu'il n'était pas foutu d'effacer ses sms, et qu'il restait donc terriblement tractable. Comment pouvait-on être aussi con ? Le challenge était sans doute que les messages lui indiquant que des virements avaient été fait n'étaient pas aussi facilement identifiable. Un challenge qui m'agaçait assez rapidement. « Ca va surement devoir tourner un bon bout de temps, il est stupide, il vient de me macher le travail, mais j'ai que 50% des infos. », finis-je par souffler. Ça m'énervait, réellement. Les pistes qui s'ouvrent, mais qui ne vont pas assez loin… J'avais l'impression d'être incapable de la sortir de cette merde. « J'aimerais bien trouver quelques bureaucrate peu scrupuleux qui ne se laisseraient pas tomber pour lui. », juste, j'aimerais juste que ça se déclenche comme ça. Que ses alliés deviennent des dangers pour lui, qu'il n'ait plus personne vers qui se tourner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Sam 8 Oct - 23:18

Search & Destroy

Cleona & Waël
« Je te l'ai déjà dit, mais tu es un génie. » Des volutes de fumée blanchâtres s'élevèrent par-dessus l'esquisse de son sourire mutin. Subtiliser l'appareil à son propriétaire n'avait pas été bien difficile, en réalité. Elle n'avait pas seulement dépensé ses soirées à coller sa bouche à quelques lobes d'oreilles pour se faire entendre par-dessus la musique assourdissante. Non, Mummy avait aussi fait ce qu'elle faisait le mieux : observer. Souvent à la dérobée. Si ses faits et gestes n'échappaient pas à Dolce, ceux du dealer n'avaient presque plus aucun secret pour l'oeil acéré de l'ancienne producer. Elle avait remarqué ses petites étourderies, ses râles intempestifs alors qu'il ne trouvait plus l'objet qu'i avait en main à peine une heure auparavant. Une nuit, il avait fait cavaler la moitié des employés de la boite à la recherche de son portefeuille, lequel avait simplement glissé derrière une banquette. Non sans les avoir accusé de vol et les avoir menacé de tous les virer au préalable. Bonne pâte mais sang chaud. On appelait ça un faux-calme. Les personnalités dont Cleona se méfiait le plus. Et à juste titre, à en juger la situation dans laquelle elle se retrouvait embarquée.

Ils se retrouvaient, plutôt. Waël retourna immédiatement à son poste de garde-surveillance-hacking-professionnel. Elle espérait au moins autant que lui avoir décroché le Saint-Graal. Aurait-elle pu supporter d'avoir pris - encore - un nouveau risque pour des prunes ? Elle n'était pas stupide. Elle savait ce qui l'attendait dès le lendemain si son larcin ne rapportait rien. Dolce était à l'image d'un chien : dès lors qu'il avait trouvé un os à ronger, il ne le lâchait plus jusqu'à en goûter la moelle. Ce clébard-là voulait plus que sa peau, il souhaitait lui prendre tout ce qu'il y avait en-dessous. Elle ravala un relent de nausée, la faisant passer par une nouvelle inspiration de tabac et d'herbes. Elle avait les yeux fermés quand son protégé déclara, frustré, que tout limité que fut le dealer, il ne l'était pas suffisamment pour avoir gardé des traces suffisantes et clôturer cette histoire. " Combien de temps, exactement ? " demanda-t-elle sur un ton plus abrupt qu'elle ne l'aurait voulu. " Il faut que je lui ramène sa merde avant demain ou je vais définitivement finir avec une balle dans la tête. " Elle dévisagea le brun d'un air colérique. Non pas contre lui. Elle avait bien conscience qu'il faisait tout ce qu'il pouvait pour les sortir de ce pétrin. Plutôt contre elle, contre le dealer, contre Zora, toujours dans le coma. Contre tout. Elle mettait son corps et ses nerfs au supplice à dessein, ainsi que le voulait son fonctionnement masochiste. En cet instant, elle ne parvint pas à se figurer le trouble qu'elle jetait sur son compagnon. Son empathie s'était envolée avec cet énième échec.

D'un geste sec, elle tapa le foyer de sa cigarette améliorée dans un cendrier et se mit à arpenter la pièce, les mains croisées derrière la tête. Elle réfléchissait. Elle s'emballait. Il fallait qu'elle tienne le choc. " On change de stratégie. " déclara-t-elle soudain, les traits tendus. " Je vais m'enfoncer un peu plus dans les arcanes de ses trafics, puisqu'il me l'a proposé. Sur place, ce sera plus simple de trouver les contacts qu'il te faut. Un des barmen m'a à la bonne. Je ferai ce qu'il faut pour qu'il crache tout ce qu'il sait. Tout ce qu'il faut. " Son esprit avait quitté l'appartement, voltigeait vers le lendemain, les jours suivants. Son plan s'imbriquait de lui-même, étirait ses ficelles tortueuses, reliait un point à un autre de manière aussi logique que folle. Elle commençait à perdre contact avec la réalité, toute à son obsession de ne plus rester passive, d'agir, de gagner la guerre contre sa monstrueuse erreur. Peu importe ce que ça lui coûterait.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Mar 11 Oct - 11:27

Elle était agacé, plus qu'agacé même, il ne fallait pas se mentir, elle y jouait un peu sa vie, ou du moins son intégrité. Elle reprit en disant qu'il fallait qu'elle lui ramène son téléphone demain pour s'éviter une balle dans la tête. Dans tout les cas, si il faisait ça, il se faisait tuer, réellement tuer. je ne risquais pas de lui pardonner. « Trois, quatre heures je pense. », répondis-je un peu sèchement, pas envers elle, simplement envers la lenteur de mes recherches. Plus c'était gros, plus c'était simple, mais pas là. Il n'y avait que des petits délits. Je la sentais s'impatienter avant de reprendre en disant que nous allons changer de stratégie. Elle voulait s'enfoncer dans le système, il lui avait proposé, elle avait une chance. Elle aurait plus de possibilité d'avoir des contacts, de la faire tomber. Mes poings se serrèrent. Comment ? J'avais déjà l'impression que lui dire non ne changerait rien. Pourtant, elle savait que je n'étais pas pour, que je voudrais l'empêcher. Que je voudrais la sortir de là. « Tu sais ce que j'en pense… », soufflais-je la voix tremblante de menace. Je m'en voulais de ne pas pouvoir aller plus vitre, de ne pas réussir à la sortir de là. Je savais que j'étais proche, mais je n'arrivais simplement pas à faire le placement définitif. « Je vais créer un site pirate, tu te connecteras avec le plus de téléphone et d'ordinateur possible. Plus tu m'ouvrira de porte, plus ça sera simple. », j'allais faire de même avec un numéro de téléphone. Le but étant d'éviter de faire trop d'oublie. Éviter la perte de patience. Eviter que l'on ne face plus de dégât, j'avais accepté certaine chose, certaine condition, mais je ne serais en aucun cas patient.

Me retournant, j'avais fait pivoté ma chaise de bureau pour la fixer, elle agissait nerveusement, et ça me rendait dingue. Déjà cet aveux d'échec, cette absence de contrôle, de maitrise. J'avais envie de briser des nuques, de frapper dans quelque chose. Je pensais être bon et en réalité je n'étais même pas foutu de tenir un objectif, d'y arriver. « Arrêtes de faire ça, ça me rend encore plus nerveux. », avouais-je en serrant les dents. Je n'avais pas assez dormit, mangé et j'avais trop de substance dans le sang pour rester calme, pour me contrôler. Il ne fallait pas qu'elle me pousse davantage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Sam 15 Oct - 18:47

Search & Destroy

Cleona & Waël
L'atmosphère s'était soudain chargée d'électricité, la tension avait grimpé d'un cran. Parce qu'ils l'étaient, à cran. Les nerfs à vif, les rouages de leurs esprits chargés de substances plus ou moins licites emballés à plein régime. Les doigts de la jeune femme étaient fébriles, ses muscles tressautaient sous sa veste. Voilà pourquoi elle était en mouvement, la raison pour laquelle elle parcourait la pièce, de long en large, ses talons claquant sur le parquet en une musique assourdissante. Sauf qu'elle ne s'en préoccupait pas. Il n'y avait plus rien autour d'elle. L'extérieur n'était plus qu'un ballet d'ombres informes. Elle réfléchissait. Elle voyait déjà les prochains jours se dérouler. Si bien que lorsque Waël gronda, menaçant, elle balaya son ersatz de protestation d'un revers de la main. " Oui, je sais. Et ça ne m'intéresse pas. " répliqua-t-elle sèchement, dérangée dans l’échafaudage de son plan. Elle ne réalisait absolument pas l'effet que de tels mots pouvaient avoir sur lui. Qu'importe les accents particuliers de leur relation, on ne disait pas ça l'homme qu'on aimait et qui vous le rendait au centuple. Toujours enfermée dans ses propres méandres, elle se contenta d'acquiescer à ses nouvelles directives. Elle se débrouillerait. Il fallait qu'elle flaire un gros poisson ou qu'elle parvienne à s'approcher du bureau de Dolce. Son palpitant s'emballa un peu plus à ces deux perspectives, sa respiration se fit difficile. La panique l'ébranlait. Ca, tout ce qu'ils essayaient de mettre en place, c'était bien plus que tout ce qu'elle avait déjà fait jusqu'alors. Et pourtant, elle en avait commis, des délits. Elle avait tué par procuration. Elle avait poussé à tous les vices. « Arrêtes de faire ça, ça me rend encore plus nerveux. » Elle se stoppa net, d'un coup d'un seul, sa tête se tournant vivement vers le hacker. Ses prunelles étaient plus hargneuses que jamais. " Nerveux ? Nerveux ?! " répéta-t-elle, presque hébétée. Elle combla la distance qui les séparait en deux enjambées, venant se planter devant lui avant de poser une main sur chaque accoudoir du fauteuil, penchée sur lui. " Ecoute-moi bien, sweety. T'as pas le droit de te laisser parasiter par tes émotions. Pour être efficace, tu dois m'oublier totalement, oublier ce qui pourrait m'arriver et tout le reste. Sinon, tu vas commettre une erreur ou pire, te compromettre. Je ne vais pas me faire tripoter par de gros dégueulasses pour que tu finisses par y laisser ta peau. Un peu de respect pour mon boulot. " Ses ongles tapotaient le plastique avec humeur, ses traits tirés semblaient au bord de la rupture. Pire que la peur pour elle-même, une fois encore, elle craignait surtout pour lui. Il fallait qu'il se reprenne. Si tant est qu'il en fut capable. Et surtout, qu'elle n'ait pas réveillé la bête avec sa dernière petite tirade.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Lun 17 Oct - 13:49

Je n'étais pas très patient, et je n'allais pas me laisser marcher dessus très longtemps. Du moins je n'allais pas la laisser me parler comme ça. Je pouvais laisser parler une fois, deux fois, mais je n'étais pas certain de pouvoir le faire encore très longtemps. Je n'étais pas son chien, je savais très bien que la situation, la relation que nous avions à présent n'était pas la plus claire, mais il y avait quelque chose de plus profond, de plus important. C'était sans doute pour cela que je n'avais encore rien dit. J'essayais de bosser, de me concentrer. Et elle me rendait nerveux. Je n'aurais sans doute pas l'occasion d'avancer assez si elle continuait de bouger dans tout les sens, mais elle me coupa toute envie de continuer lorsque sa voix prit des teintes de folie. Elle s'approchait, elle refusait que je me fasse parasité par toute mes émotions. Je devais oublier les conséquence, car j'allais commettre des erreurs, ou me compromettre. Ce n'était pas déjà fait ? Ce qu'elle finit par dire me fit froncer les yeux. À quel moment elle avait pensé pouvoir me considérer comme son jouet personnel ? Comme sa réussite ? Comme son arme ? Je pouvais l'être si elle en faisait de même mais il était hors de question que je me parasitais en effet, mais par… « Tu te prends pour qui ? Tu me prends pour quoi ? », sifflais-je avant de me redresser et de la faire lâcher mes accoudoir pour suivre le même chemin. « Sois tu fermes ta gueule et tu te repose, sois tu dégages et tu apprendras que c'est fini aux infos. » ajoutais-je le regard noir et la mâchoire serré. Me dégageant de son emprise en percutant son épaule sur son passage, je retournais à la cuisine pour reprendre un rail. J'étais tendu, mon esprit était en train de tourner, de penser, de réfléchir sans que je ne puisse contrôler quoi que ce soit. Je voulais faire tomber ce mec comme j'en avais fait tomber bien d'autre avant lui. Le principe de cet homme, il n'avait pas à exister, mais là, je le faisais aussi pour des raisons personnel, car le mur de glace s'était effondré, que j'avais fait aveux de faiblesse, que j'avais été distrait, car je n'avais pas su me contrôler, frapper dans l'ombre. Je ne pouvais plus le faire, je n'avais plus le contrôle, je n'agissais pas pour moi. Ma respiration était forte, si forte que je pris un second rail avant de me redresser brutalement et de reprendre place sur ma chaise et me tourner sur mes écrans. Je ne voulais plus l'entendre, elle n'avait plus rien à me dire, j'allais faire tomber ce mec pour moi, pas pour elle, pas pour lui prouver que son investissement était bon. Putain j'arrivais plus à penser correctement, à faire de bon choix. Elle avait raison dans le fond, je m'étais fait parasiter, par moi, par mes faiblesses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Lun 17 Oct - 16:00

Search & Destroy

Cleona & Waël
Rouler avec le frein à main serré pouvait provoquer ce genre de situation fâcheuse. Au bout d'un moment, le moteur, étouffant, ne pouvait plus suivre la course et résultat, vous vous retrouviez paumé sur un bord d'autoroute, seuls, à attendre la dépanneuse. Voilà la métaphore qui se rapprochait, à peu de choses près, de l'état d'esprit des deux jeunes gens. La producer à quelques synapses de la rupture névrotique et le hacker, surchauffant de tous les risques qu'elle lui avait obligé à prendre, juste en étant entrée dans sa vie.

« Tu te prends pour qui ? Tu me prends pour quoi ? » Contrainte et forcée, elle se redressa, vacillant légèrement. Un peu plus lorsque leurs épaules se heurtèrent, autant que le firent ses paroles hargneuses qui suivirent. Ferme-la ou tire-toi. Les choix étaient limités. Le grondement sourd dans son estomac menaçait de remonter, de la faire imploser. Elle prit une profonde inspiration, secouant la tête sans pour autant le suivre du regard. Elle n'avait pas besoin de le voir pour comprendre ce qu'il était en train de faire. S'abîmer. Un peu plus. De toutes les manières possibles.

Un silence de plomb s'abattit sur eux. Elle aurait pu tempêter, repousser un peu plus les limites. Peut-être même aurait-elle dû. Que tout ce qu'elle ruminait sorte un bon coup. Après tout, il lui offrait un parfait réceptacle à sa mauvaise humeur, il était le mobile tout trouvé. Sauf qu'elle n'en fit rien. A la place, lorsqu'il revint s'installer sur sa chaise, elle déposa sur le bureau ses deux téléphones. Le premier, prépayé, qu'il avait réinitialisé, permettait à Waël de la suivre à la trace, d'être averti au moindre problème. Le second était le sien, celui qu'elle utilisait nuit et jour, qui renfermait à peu près toute son existence et dont elle ne se séparait jamais. A dire vrai, il lui servait carrément d'oreiller. " Soit, je dégage. Viens me chercher quand tu auras retrouvé tes esprits. " déclara-t-elle dans un murmure venimeux, blessé. Elle ne faisait plus aucun effort pour dissimuler ses émotions. Elle était à bout. Ils l'étaient. Et dans cet état, ils ne se servaient mutuellement à rien, excepté à s'enfoncer un peu plus. Les appareils abandonnés sur le bois, elle se détourna et bientôt, la porte claqua violemment derrière elle.

Elle n'était pas certaine de sa destination jusqu'à ce que les portes de l'hôpital se dessinent devant elle. Mummy n'était pas venue rendre visite à son ouaille depuis ce fameux matin, celui où tout avait basculé. Elle avait soigneusement évité de trop y penser, prenant des nouvelles de temps à autres auprès de son contact médecin. Rien de plus. Jusqu'à aujourd'hui. Avant de se rendre à sa chambre, elle parvint à échapper à la vigilance du personnel pour se rendre jusqu'au toit où elle regarda paisiblement l'aube darder des rayons timides à travers le paysage urbain de Lorwels. Elle fuma beaucoup et pensa peu. Elle vivait dans l'instant, ne se projetait plus. Elle réalisait que la folie qui l'avait guetté un peu plus tôt signerait leur perte, qu'elle devait repousser la sentence encore un peu. Car elle savait qu'elle viendrait. Elle connaissait les symptômes. Elle savait qu'elle n'y couperait pas. Le moteur est en train de lâcher. Elle rendrait les armes plus tard. Après, quand tout serait terminé. Encore un peu. Elle devait tenir juste encore un peu. Ici, sans téléphone pour secouer ses poches de ses vibrations, sans oeil dissimulé dans l'ombre pour la traquer, elle pouvait respirer. L'espace de quelques heures, du moins.

Finalement, elle se rendit près de Zora, retraversant les couloirs quasi-déserts à cette heure matinale. La jeune femme était toujours intubée, des fils se déployant de son torse, de ses bras ... Son torse se soulevait à intervalles réguliers. Artificiellement. " Elle ne se réveillera pas. " lui glissa une infirmière venue prendre ses constantes. Cleo avait acquiescé mollement. " Je sais. " Elle cherchait les remords, la culpabilité ... Elle voulait trouver son humanité, quelque part, sous l'épaisse couche de crasse perverse. Rien. Elle l'observait déjà comme un cadavre. Des courbes sous un drap blanc, l'odeur de la mort planant par-dessus les effluves de désinfectant. Zora n'était plus là. Mais un autre, oui. Elle pouvait encore sauver quelqu'un. Peut-être n'avait-elle pas tout perdu. Ce fut la dernière évidence qui la traversa avant que, calée dans le fauteuil des visiteurs inconfortable, elle ne finisse par, enfin, s'assoupir.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Ven 21 Oct - 15:19

Elle était partie, comme une reine au passage étant donné que c'était à moi de revenir une fois calmé et non l'inverse. Elle avait poussé, elle m'avait poussé et c'était à moi de revenir ? Sérieusement ?! Je n'étais pas certain de vouloir le faire. Laissant donc la porte claquer, j'avais continuer ce que j'avais commencé. Rechercher de quoi les faire tomber, chercher des alliés, des personnes avec qui il pourrait se retourner. Et après plusieurs heures, des noms commencèrent à tomber. Un maire, un ministre, un chef de police, un directeur d'université… Une dizaine de personnes pouvant le discréditer ou l'aider en cas de soucis. Il me fallut alors remonter jusqu'à eux, leurs envoyer des preuves de ce qu'ils faisaient et les menacer de tout divulgué si jamais ils venaient à en parler. Je les tenais, ils étaient sept. Gravant les preuves, je n'avais plus qu'à faire tomber le principale intéressé, dès que j'aurais des preuves solides. Je n'avais que des délits mineurs pour le moment, j'avais besoin de la preuve pour un bon gros délit, mais ce n'était plus qu'un détail. Combien d'heures sans dormir déjà ? Je n'en savais rien, mais la colère m'avait poussé à chercher plus loin encore et lorsque tout retomberait, je savais que la chute serait fatale. Passant sous la douche, je manquais de m'y endormir alors que chaque bruit, chaque craquement du parquet me faisait revenir à moi, le coeur battant. Je commençais à rentrer dans une psychose qui me faisait passer pour paranoïaque. Je devais me raisonner, encore et toujours pour ne pas céder à la folie. Mon cerveau commençait à me lâcher, c'était à présent une chose claire dans mon esprit. Sortant de chez moi, je pris instinctivement un bus, m'endormant dedans, je finis par louper mon arrêt. Obligé d'en reprendre un nouveau, j'allais reproduire le même schéma lorsqu'une vieille dame me bouscula pour prendre ma place. En temps normal j'aurais pesté, mais là, j'avais autre chose à faire. Arrivant à l'hôpital, je ne savais pas encore comment j'avais pu en déduire sa présence, mais il ne me fallut pas longtemps pour être guidé vers la chambre voulu. Elle dormait, les deux dormaient en fait. Et à aucun moment je ne fus émue d'en voir une au bord du gouffre et l'autre déjà au fond. En fait à ce stade, je n'étais plus capable de ressentir quoi que ce soit. Jetant alors un dossier d'une dizaine de centimètre sur la table de soin au bout du lit, je m'assurais que Cleona soit bel et bien réveillé par le bruit avant de lui dire, d'une voix presque éteinte. « Dolce est à présent sans allié. ». Me retournant alors, je n'avais pas envie d'en dire plus, en fait j'avais toujours en travers de la gorge certaine chose, comme le fait que malgré tout le contrôle que j'avais pu imposer à ma vie, j'étais à présent l'arme d'une personne, son objet alors que dans mon esprit, j'aurais du être autre chose. Dolce m'aurait utilisé avec autant de tact en fait. Quittant la pièce sans un regard, je la laissais se rendormir ou comprendre que d'ici peu elle serait libre, mais seule, comme moi. Il était intéressant de voir combien la fatigue, la drogue et les désillusion pouvait conduire un homme à abdiquer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Sam 22 Oct - 22:49

Search & Destroy

Cleona & Waël
C'était tout ce qu'il y a de plus réel. De l'impression d'étouffer, de la couleur d'un bleu sombre de l'onde qui l'entourait, la happait, la tirait par le fond. Elle avait beau battre des bras, les bulles d'air continuaient de s'échapper de ses narines et son corps, de refuser de suivre ses mouvements désespérés pour rejoindre la surface. Peut-être était-ce à cause de la chaîne qu'elle avait au pied, de ce boulet sorti d'un mauvais film sur la mafia. Elle voulait crier. Désespérément. Mais si elle le faisait, alors elle se noierait pour de bon. De petits points noirs se mirent à danser devant ses yeux tandis que l'oxygène venait à manquer. Alors, le cri mourut sur ses lèvres déjà bleuies.

Et elle se réveilla.

Elle mit quelques secondes à réaliser que c'était un bruit qui l'avait sauvé de son cauchemar. La jeune femme cligna de ses yeux bouffis d'un sommeil aussi réparateur qu'une aspirine après une cuite mémorable. Bientôt, ils tombèrent sur la silhouette sévère de Waël. Il l'avait trouvé. Elle s'en doutait. Il connaissait bien ses habitudes et probablement s'était-il rappelé de l'origine de leur apocalypse, la raison qui avait poussé la brune à aller confronter un type de deux fois sa taille et trois fois son poids en matière de business. Elle lui renvoya un regard vide, aussi amorphe que son corps. Son radar était en berne. Elle sentait sa colère, sa fébrilité due aux abus, mais pas au-delà. Elle ne voyait que sa posture d'animal blessé sans arriver à en discerner la raison. « Dolce est à présent sans allié. ». Ses prunelles coulèrent jusqu'au dossier qu'il lui avait laissé pour se détourner presque aussitôt. " Les téléphones. " répliqua-t-il avant qu'il ne sorte de la pièce. Et certainement bientôt de sa vie. Grincement de vieux plastique, elle s'était relevée. Elle le contourna et tendit la main. " Il me les faut pour continuer. " Parce que ça, ce n'était pas terminé. Elle récupéra les appareils. Les siens, celui de Dolce. Prise d'un élan soudain, vivant, elle en profita pour serrer ses doigts, qu'il le veuille ou non. " N'oublie pas. Peu importe ce qui arrive. Je t'aime. " Elle l'abandonna à son tour, sur ces mots, sans attendre de réaction, sans pathos, ni supplique ni même une quelconque tentative d'adoucir les mœurs. Elle voulait simplement le dire. Son aveu n'avait rien de charitable, bien qu'il eut le mérite d'être honnête. Il transpirait la peur. Aucune importance. Après tout, qui savait comment les choses pouvaient tourner. Ce soir, elle devait y retourner.

Corps entrelacés, râles et soupirs de plaisir. Sur le torse musculeux du bras droit de Dolce, dans une pénombre quasi-totale, la tête brune roulait des hanches, rejetait ses mèches en arrière en profitant de l'extase qu'offrait l'intimité des ébats dont seule la nuit leur était témoin. L'homme grognait, se laissait aller à cette danse qu'on lui avait promise mais en laquelle il n'avait pas placé beaucoup d'espoir ... Jusqu'à à ce qu'ils passent à l'action, en tout cas. Finalement, la réputation de cette chère Mummy pouvait s'étendre à bien plus que de la poudre aux yeux. Ultime coup de bassin, muscles qui se contractent, se relâchent, les silhouettes roulèrent entre les draps. La jeune femme ayant terminé son office, elle quitta le lit, un claquement sonore signifiant que son amant du moment avait réussi à trouver la peau pâle de sa fesse malgré l'obscurité. " T'inquiète, je dirai au boss que t'as rempli ta part du contrat, ma belle. " Une invitation à déguerpir, naturellement. Un rire sarcastique lui répondit. Dolce aimait l'idée que sa nouvelle acquisition perde un peu plus de sa superbe en l'obligeant à faire passer entre ses cuisses la moitié de son staff. Il avait commencé par son meilleur parti, le plus dur, le plus susceptible de la mâter si nécessaire, de lui faire comprendre que désormais, elle n'était plus rien. Cependant, elle s'était montrée tout à fait coopérative. Très active, d'ailleurs. Elle avait même eu la décence de n'ouvrir la bouche qu'utilement. C'était appréciable. Une fois rhabillée, les rayons de lune se réverbérant sur la veste de cuir bien connue du bar depuis quelques temps, elle quitta la chambre. Le type somnolait déjà, aussi ne remarqua-t-il pas le léger crochet qu'elle fit par la tablette numérique qu'il avait oublié dans un coin de canapé. Le geste fut rapide, précis. Elle fourra la clef usb dans sa poche avant de sortir pour de bon.

Les couloirs de l'arrière-salle du bar où les portes s'alignaient, dissimulant aux regards indiscrets ce qui se jouait réellement derrière celles-ci, ne voyaient que quelques passages discrets des nombreuses prostituées que Dolce employaient. Aussi, personne ne prêta bien attention à la jeune femme qui remontait le chemin jusqu'à la ruelle. La sortie de secours s'ouvrit sur l'air empestant l'urine et la vieille poubelle. Un regard à droit, puis à gauche. Un sourire se dessina au coin de ses lèvres. Le foyer d'une cigarette l'attendait à côté de la benne. Elle se dirigea vers le phare providentiel, remettant son larcin entre les doigts ouverts. " J'en déduis qu'il n'y a pas eu de problème. " Le murmure de Mummy produisit un léger écho. Sauf qu'il ne venait pas de la femme à la veste de cuir, mais de son vis-à-vis, l'autre ombre dont le visage était dissimulé par une capuche. " Pas le moindre, chérie. C'était même tellement facile que j'ai cru à une mauvaise caméra cachée. " répondit son interlocutrice tout en retirant la veste. Son trompe l'oeil. La crinière brune se fit blonde après qu'elle eut retiré sa perruque. " Ne t'en fais pas pour les caméras, elles aussi ont dû s'y laisser prendre. Merci, Annieshka. " Mummy lui remit une liasse de billets en échange de ses bons et loyaux services. Vraiment bons et loyaux. Un clin d'oeil plus tard, Annieshka, la doublure, reprit l'issue qu'elle venait juste de passer. Cleona dégaina son portable, tapant le numéro avec un automatisme effrayant. " Les preuves qui te manquent sont dedans. Sous la benne. Reste discret, je dois y aller. " débita-t-elle sobrement avant de raccrocher. Il ne s'agissait pas qu'on remarque son absence. Il était temps de reprendre son rôle, maintenant que la prostituée avait rempli le sien. Elle enfila sa veste et glissa la clef usb à l'endroit promis. Waël la trouverait. Il trouvait toujours tout. Et elle ne faisait pas de promesses en l'air.

Son protégé s'était-il fait avoir, lui aussi ? Avait-il remarqué que ce n'était pas elle qui était ressorti de la salle, à quelques mètres de la chambre que le dealer lui avait assigné, avec toutes ces lumières tamisées, ces artifices trompeurs ? S'était-il douté, depuis cette semaine où ils ne s'étaient pas vus, où Cleona était devenue de plus en plus proche du dealer sous l'oeil avisé des caméras, de ce qu'elle préparait réellement ? Avait-il surpris ses regards connivents avec la jolie blonde, aux traits et aux courbes très similaires aux siens ? Regardait-il toujours, au moins ? Et Cleona, qui avait préféré le risque au sacrifice, qu'avait-elle pensé, ressenti, tout ce temps-là ? S'était-elle sentie seule, abandonnée, ou, au contraire, une impression de toute puissance lui ayant fait oublier l'appréhension ? Si ces interrogations traversèrent son esprit, alors elle se garda bien de laisser son visage les trahir. Déjà, elle empruntait le même chemin qu'Annieshka. Ce n'était pas terminé. Pas encore.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Sam 22 Oct - 23:24

Combien de jour déjà sans réellement dormir ? Sans réellement manger ? Sans réellement boire ? Combien de jour à tourner et retourner mon appartement ? Combien de jour à tenir des discussions avec le vide ? À imaginer des gens, des personnes avec qui échanger ? Combien de jour à délirer ? À rire sans raison ? Combien de jour à crier ? À hurler ? À frapper dans mes murs à mesures que mon corps et mon esprit tombait, se brisant sur le sol de ma conscience. Depuis combien de jour étais-je devenu un homme ? Une façade s'exécutant avant d'expier lorsque mon conscience reprenait les rênes. Le feu avait fini par me fasciner, chantant doucement dans la corbeille de ma chambre à mesure que j'y jetais ce que ma main trouvé. Mon esprit avait trouvé de quoi se stimuler, de quoi oublier ce qui me faisait fixer mes écrans jours après jours. Je le voyais lui, son regard, son sourire et cela suffisait à me faire dérailler, à prendre plus, à retourner mes meubles, à faire des expériences sur mon corps comme un gosse dérangé aurait pu faire. J'avais perdu tout contact avec la réalité. Mes seuls temps de présences, mes seuls retour à la réalité était quand elle travaillait. Quand je devais surveiller et amasser des indices. Et puis, il y eu cette nuit. La voir sortir de la chambre me fit péter un plomb. Je n'avais jamais estimé être légitime, ni la mériter entièrement. Mais là… Je savais que ça devait arriver et le naturel dont elle fit preuve en sortant, comme si elle n'avait rien éprouvé de négatif, comme si elle… Je n'avais pas cherché à comprendre, j'étais sortie. Chancelant. Incertain, j'avais marché le coeur battant jusqu'à rejoindre le quartier le plus sombre de cette ville. Son appel n'avait rien fait, rien aidé. Je n'avais même rien dit. J'avais su contenir ma folie chez moi, j'avais su m'emprisonner et là. J'allais tomber dehors. Je finis par trouver la fameuse benne, sans réellement savoir comment j'avais atterrie là. Je la pris juste, en profitant au passage pour me faire repérer par un de ses hommes. En profitant pour le tabasser tellement fort que je n'étais pas certain qu'il se réveil. J'en avais même ris, souris, monologuant à son corps agonisant en lui expliquant combien il était compliqué de nos jours de rester maitre de nous même. J'avais parlé à un mec dans le coma. Et j'avais fini par partir.

L'ensemble du monde tournait autour de moi, comme une vague blague, une vague surprise. J'étais fasciné par les mouvements douloureux de mes doigts et du sang qui s'y reposait. Et puis une sonnerie me tira de ma contemplation. Sur mon écran s'affichait un certain nombre de chose. Depuis quand étais-je rentrée ? Je n'en savais rien. J'avais simplement ce qu'il me fallait. Les CD gravés, je les postais aux quatre coins de la ville, m'assurant que la presse de la ville et du pays les reçoivent avant d'en faire de même avec des affiches. J'avais été mécanique, comme un robot. J'étais rentré chez moi. Mon ordinateur était plein de preuve. Même si je gardais mes preuves sur cd, je pouvais les détruire, là on pouvait me retrouver. Ils m'avaient déjà retrouvé sans doute. Prit d'une crise de paranoïa, je détruits une grande partie de mon matériel, les disques dure finissant au micro-onde, le reste dans la baignoire et dans les poubelles. Je n'arrêtais pas d'entrer et sortir, et pourtant j'avais l'impression de ne jamais bouger. Je ne savais plus quelle heure il était lorsque qu'arrivé à la caisse d'un magasin, je pris conscience qu'en plus d'avoir acheter un nouvelle ordinateur, j'avais prit un paquet de cookie et une cannette de redbull. Je ne me rappelais pas l'avoir fait, pas plus d'avoir payé, pas plus d'être rentré chez moi et d'avoir installé l'ordinateur.

Aux dernières nouvelles, une descente de police venait d'être réalisé. Aux dernière nouvelles Cleona venait de se faire arrêter, j'avais son dossier sous les yeux. Modifiant ce dernier, je la fis accuser de violence, ça serait déjà mieux que tapinage et personne n'irait se faire chier avec ça. Pourquoi la sauver alors qu'elle avait eu tellement l'air de prendre son pied ? Un relent de respect dans une décadence décidé sans doute. Finalement je fermais les yeux dans ma baignoire, ce qui y avait été étant déjà dans une nouvelle poubelle en bas. L'eau était chaude, même à travers mes vêtements, j'avais trouvé d'ailleurs intelligent de les garder, mais passons. L'eau nettoyait surtout le sang de mes mains. Combien de temps s'était écoulé ? Je n'en savais rien. Je venais simplement de donner un peu de paix à mon cerveau. Je venais de lâcher prise. J'avais fait plongé ce connard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Watchers pay to watch
Crédits : Blondie ~ neondemon
Célébrité : Lily Collins
Messages : 281
Personnalités : Lilith Swanson
Particularités :
« They say crazy shit and we make it happens. Deal with it. »
Présence RP : {3/7 jours} 0/4 ~ Waël, Liesel, Dylan, (Lev)
Je suis : un voyeur qui voudrait épier

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Dim 23 Oct - 0:35

Search & Destroy

Cleona & Waël
" Un de mes gars s'est fait défoncer la gueule, Wheeler ! Il végète à l'hosto à l'heure où je te parle ! " Dolce tempêtait, moulinait des bras. Un relent de bave écumait au bord de ses lèvres ouvertes à tous vents et surtout, à toutes beuglantes. " Je veux savoir qui a fait ça ! Je veux que tu le trouves ! " S'installant plus confortablement dans la banquette en skaï, la concernée lui renvoya une oeillade maligne. " Dolce, à quel moment tu m'as pris pour un putain de chien policier ? Je manipule les gens, je travaille pas pour le service disparitions. " Le contenu du comptoir alla se briser sur le carrelage de la salle vide. Elle ne put réprimer un léger sursaut, sans pour autant se départir de son sourire. Un instant, il crut qu'il allait la cogner. Au lieu de ça, il houspilla le barman en lui ordonnant de 'nettoyer ce putain de bordel, espèce de fils de pute'. Tout à fait charmant. A pas mesurés, il combla la distance qui la séparait de celle qu'il croyait être sa nouvelle propriété. Le coeur de cette dernière rata un battement. " Il serait peut-être temps d'élargir tes compétences. " gronda-t-il dans un sourire pernicieux. Elle déglutit. L'étau se resserrait. Bientôt, elle allait étouffer.

Comme chaque weekend, la fête battait son plein. Cleona en était déjà à son troisième verre, les tympans assourdis autant par la musique que par l'appréhension. Aucune nouvelle du hacker. Tout pouvait basculer d'un jour à l'autre, d'un moment à l'autre. Mais quand ? Dolce était de plus en plus pressant, insistait pour qu'elle réitère sa performance de l'autre soir avec son bras droit, tout en s'enquérant de ses recherches à propos du tabasseur de pauvres types. En somme, il la poussait, chaque jour un peu plus, chaque jour un peu plus loin. Il la voulait à bout, à terre, à genoux à renifler ses pompes en mauvais cuir. Et chaque jour elle tremblait un peu plus, chaque jour, la nausée lui remontait davantage dans la gorge. Et si Waël l'avait lâché, tout compte fait ? Elle avait vérifié, la clef n'était plus là où elle l'avait laissé. Elle le soupçonnait d'être l'auteur du crime qui avait mis le dealer tellement en rage, au regard du timing. Néanmoins, cela ne signifiait bien. Il aurait aussi bien pu l'abandonner à son sort, entre-temps, las de leurs manigances. Pour autant qu'elle sache, il avait tout aussi bien pu quitter la ville. Quatrième verre. Un client pour elle. Dolce voulait lui faire tester le crack. Sûr qu'il reviendrait celui-ci. Elle tourna les talons. Des hurlements retentirent soudain par-dessus la musique. Elle tourna la tête et découvrit un spectacle qu'elle n'espérait plus. Une vingtaine d'uniformes armée jusqu'aux dents envahissait la salle, hurlait de lever les mains en l'air, de ne pas bouger, d'arrêter le vacarme. Les flics. Une descente. Les preuves avaient parlé. Alors qu'un employé ne se gêna pas pour la pointer du doigt, que Dolce hurlait qu'il était citoyen anglais, qu'il avait des droits, le métal des menottes glaça les poignets de la jeune femme. Elle opposa une résistance pour la forme. Cria un peu, toujours pour les mêmes raisons. Mais au fond, elle avait surtout envie de hurler de joie.

" Je suis accusée de quoi, au juste ? " Le policier devant elle feuilleta son dossier. Il avait l'air désabusé de ces gens qui avaient eu de l'ambition, avant de se rendre compte qu'ils avaient autant de chance de finir commissaire qu'un éléphant de devenir ballerine. Carrière tuée dans l'oeuf probablement par bobonne qui en avait déjà marre de s'inquiéter, qu'il rentre tard, souvent saoul, chouinant sur sa vie misérable de petite épouse de classe moyenne. Il releva un regard las vers elle. " Coups et blessures. " Elle ricana. " Et sur qui ? Vous m'avez bien regardé ? " Les menottes tintèrent alors qu'elle se désignait de haut en bas. Elle n'avait clairement pas le gabarit pour mettre minable qui que ce soit, si ce n'était en remplissant son verre. Pas de réponse. Il n'y en avait sûrement pas. Waël avait dû passer par là. " Ouais, en fait, vous avez rien. J'ai même pas de casier. " " Antonio Dolce et vous ... " " Je connais à peine ce gars. Il me vendait un peu d'herbe de temps en temps et on s'entendait bien, c'est tout. " " Pourtant, un serveur vous a signalé comme étant de son ... Equipe. " Elle haussa les épaules. " C'est vrai que je venais souvent. Ca peut porter à confusion. C'est pas comme si Dolce était très loquace sur le statut exact de ses fréquentations. " Il nota quelque chose dans son dossier. " Que pouvez-vous me dire sur la nature de ses activités ? " Elle prit une mine ennuyée au possible. " Il tenait un bar, il dealait de l'herbe et il aimait faire la fête. " " Autre chose ? " Un soupir, cette fois. " Je vous l'ai dit, c'était un copain de beuverie, comme j'en ai des dizaines dans ce quartier. Bon, soit vous me mettez en cellule parce que vous avez une preuve quelconque, soit vous me relâchez. J'ai rien de plus pour vous. " Le policier referma la chemise d'un coup sec. " Ne quittez pas la ville, on pourrait avoir besoin de vous parler à nouveau. " Il contourna la petite table de la salle d'interrogatoire et lui retira les menottes. " Je suis une enfant de Lorwels, inspecteur ! " Sourire étincelant. Maligne. Si maligne.

La porte de l'appartement claqua derrière elle. Son regard embrassa la pièce principale. On aurait dit que quelqu'un l'avait retourné. Ça sentait le papier brûlé. Des petits tas de poudre blanche avaient été abandonnés sur des coins de table. Et que dire du micro-ondes noirci ou, plus étrange encore, du rangement si soigneux du bureau ? Les multiples écrans avaient disparu. Le reste du matériel semblait neuf. " Waël ? " Elle guetta un signe qui ne vint pas. Ses sourcils se froncèrent tandis qu'elle réitérait son appel. Elle alla jusqu'à la chambre. Personne. Finalement, elle poussa la porte de la salle de bains. Son sang se glaça d'effroi. " Merde ! " Il se noyait à moitié dans sa baignoire, tout habillé. Elle tenta de l'attraper par le col avant de réaliser qu'elle n'avait absolument pas la force de lui maintenir la tête hors de l'eau, ainsi accroupie à côté de la faïence. " Tu vas pas me faire ça ! Non, non et non ! " A la guerre comme à la guerre, elle grimpa dans l'onde à son tour, pestant tandis qu'elle le redressait avec difficulté. Enfin, elle parvint à se caler derrière lui, ses bras entourant son cou. On avait connu moins ridicule, comme scène, mais là, de suite, elle n'avait pas meilleure solution. " Waël, tu m'entends ? Est-ce que t'es avec moi ? " glissa-t-elle à son oreille, le froid mordant ses membres déjà trempés. Depuis combien de temps était-il là-dedans ? Etait-il conscient ou non ? " Reste avec moi, s'il te plaît. Reste. " Nouveau murmure, dans une autre langue. De l'arabe. Quelques pauvres mots, appris par curiosité, comme ça, quand elle avait su d'où il venait, parce qu'on ne savait jamais, ça pouvait servir, il fallait mettre toutes les armes de son côté. Son accent était désastreux et elle n'était même pas certaine que ce soit le bon dialecte, tant il y en avait de différents en fonction des communautés et des pays. Un appel du désespoir, en somme.

Made by Neon Demon

_________________

   
This is not a fairytale. This is not a dream. This is just a game. You play or you watch. You win or you lose. But never forget, this is just a game. Mummy knows how to make you wish and win. Mummy loves you. ©️ NERVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You may have heard of me
Crédits : IðUNИ
Célébrité : Rami Malek
Messages : 131
Particularités :
Présence RP : 5/7
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : intermédiaire

MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   Dim 23 Oct - 12:58

On me secouait… On me parlait. Il faisait froid la non ? On me demandait de rester, j'étais en train de mourir ? Non aux dernières nouvelles je dormais. Pourquoi ma mère me demandait de rester… « Laisses moi dormir maman… », répondis-je d'un ton lasse en me laissant retomber sur ma mère. D'ailleurs ma mère avait un accent atroce là non ? Attendez… Ma mère était morte non ? J'étais mort ? Non ? Si ? Me redressant d'un coup en manquant de me casser la gueule, je réussis à sortir de la baignoire par je ne sais quel moyen. Un bras tendu en avant comme pour repousser… Un fantôme ? Je n'en savais rien. Mon coeur battait à tous rompre, mon esprit était incapable d'aligner deux raisonnement cohérent et j'avais froids. Normal l'eau avait refroidit non ? La respiration difficile, je mis un instant avant de baisser les yeux sur la source de ma panique. Cleona. Depuis quand elle parlait Arabe elle. M'accroupissant un instant, je cherchais ma respiration à travers mes genoux. Je voyais mes mains bleu s'accrocher à mes membres. Leurs couleurs étaient si forte malgré la teinte de ma peau. Je me laissais un instant captiver, comme la dernière fois. Elles étaient un savant mélange de bleu et de noir, la couleur du sang ayant noirci sur mon corps. Il ne fallait pas que je replonge dans ce genre de contemplation, il fallait que je remette un peu d'ordre. Levant donc les yeux vers Cleona tout en me redressant, je lui demandais, « Qu'est-ce que tu fais là ? », frissonnant une nouvelle fois, je commençais à retirer mes vêtements en rejoignant ma chambre. Chaque mouvement était douloureux, mes muscles me faisait comprendre que j'avais sans doute été trop loin. La violence qui m'avait frappé, le froid, la malnutrition, c'était beaucoup trop pour qu'une simple sieste n'efface quoi que ce soit. Tirant des vêtements sec de mon armoire, je m'habillais avant de lancer derrière moi d'autre vêtement sec. Je savais qu'elle m'avait suivit et qu'elle était aussi trempé. Me laissant alors tomber sur mon lit, je repris, « Maintenant que tu t'en ai sortie t'as plus besoin de moi. Donc n'hésites pas à me sonner la prochaine fois que tu auras un investissement à rentabiliser. », je ne sais pas si c'est le fait qu'elle m'ait décrit comme un investissement ou si c'était le fait d'être rien de plus qu'une donnée pour elle. Mais ce n'était pas passé. Ma liberté ne m'appartenait plus, malgré ce qu'elle pouvait dire. La preuve étant, je n'avais tellement pas de poids, mon avis ne comptait tellement pas, qu'elle ne s'était pas caché en sortant de cette pièce. Elle s'assurait le service de ses animaux de compagnie de la même façon visiblement. Et moi j'avais été assez con pour ne pas le voir. Jusqu'à quand pourrais-je remonter avant de trouver une preuve de son plan. Depuis quand avait-elle prévu que je sois son bras droit ? Enfin bras droit, non. Son arme ? J'avais été aveuglé par un semblant d'humanité depuis combien de temps ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "search and destroy" cleona   

Revenir en haut Aller en bas
 
"search and destroy" cleona
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» E.V.O. - SEARCH FOR EDEN
» ebay : colis arrivé destroy
» E.V.O. : Search for Eden
» Search for the truth
» Jean-Marc Demoly (J'M destroy) ouvre un site

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Morning Hill-
Sauter vers: