AccueilAccueil  Règlement  Intrigue  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  Publicité  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jeux de vilains (Strauss #1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
I'm just another player
Crédits : ©faust
Célébrité : sky ferreira
Messages : 97
Personnalités : Petit lapin blanc ou bien fillette perdue ou encore fantôme du système - ça dépend des gens, ça dépend des jour, ça dépend...ça dépasse.
Particularités :
Don't follow the White Rabbit

Présence RP : open
Je suis : un joueur qui a envie de jouer
Ainsi que : débutant(e)

MessageSujet: Jeux de vilains (Strauss #1)   Jeu 27 Oct - 0:51



   

   
Jeux de vilains.

   
Wenn ich mir was wünschen dürfte
Käm ich in Verlegenheit,
was ich mir denn wünschen sollte,
eine schlimme oder gute Zeit


   Les jours de l’année s’enfilent comme des perles…avec une rapidité affolante pour former le modèle d’une année supplémentaire. L’année des tes vingt-et-un ans n’est autre que le reflet de celle de tes douze ans. D’un côté et de l’autre du miroir le même regard vide se cherche. L’une est plus vieille à peine plus grande de quelques centimètres mais ce même sentiment d’abysse au creux de la poitrine. La même saveur de poussière dans la bouche depuis que l’on t’a arraché tes géniteurs et emmené ton frère au loin. Depuis ce jour, le même sentiment irrémédiable d’une infâme solitude à combler. Se trouver un idéal à défendre pour au moins pouvoir se dire qu’il est possible encore d’avancer et surtout t’accrocher à l’espoir d’une vengeance. Oh que oui. Ce sera : œil pour œil dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, plaie pour plaie. La loi du Talion. Celle des sales bêtes qu’ont resisté à la domestication. Pour survivre ta seule issus fut de conserver la barbarie de ces souvenirs et de le ronger comme un os à moelle pour nourrir ce feu au creux de ton ventre. Il est le moteur d’une bile acide – rendant tes actes calculés, froids. Dans le but unique de servir cet objectif ultime.

Oh. Tu aimerais bien égaler tes espoirs de monstruosité. Mais de monstre tu n’as que le masque et la fourrure en guise de mascarade. Dans le fond tu n’es qu’une fille brisée. On a pris tes jeux d’enfants pour les mettre au feu. Il n’est pas nécessaire de mourir pour réaliser que l’enfer est terrestre. Les secondes emportent toujours un peu plus d’une personne pour ne laisser qu’une silhouette livide et puis au bout ? Il n’y a rien. Pas de lumière au bout de ton tunnel. Peut-être seulement la satisfaction d’avoir mis fin à quelque chose. Comme une hydre la pédopornographie une fois une de ses têtes coupées ne fera que refleurir de plus belle au printemps d’après…mais qu’importe ? C’est mieux que rien. Toi ça te permet de te lever le matin. Ça t’as permis de ressortir de chez toi après des années de cloitre informatique. N’est-ce pas là merveilleux ? Le démon du jeu t’as repris. T’es dans la rue comme une bête assoiffée de victoire. Tu enchaines les défis car tout ça c’est bien trop facile en comparaison aux horreurs d’hier. Il y aura bien moment ou tu égaleras ton niveau d’antan, mais sans ta moitié cette fois.

Le premier coupable de ce mal addictif qui ronge tes actes. Pas de nouvelles depuis un moment. Pas forcément envie de croiser sa tête. Il a une copine avec qui il peut faire joujou sûrement. Ca te regarde pas bien même si t’aimes pas savoir qu’il s’occupe plus d’une autre que de toi sa sœur. Enfin il semble que depuis son hospitalisation vos rapports ce sont nettement dégradés. Comme une incompréhension parfaitement paradoxale avec vos sentiments respectifs l’un pour l’autre. Vous seriez prêt à allez jusqu’au bout du monde pour retrouver l’autre mais ensemble il semble que votre mécanique ce soit rouillé au point de la rupture. Incapable de passer quelques minutes sans que des éclats de voix ne retentissent.

Pas de nouvelles et pourtant tu le sais derrière toi à te suivre. Il se pense discret mais vous aviez fait l’école de la vie ensemble – pris des coups ensembles. Il ne pouvait pas penser raisonnablement que cela puisse t’échapper. Tu ignores depuis combien de temps. Avant il t’a fallu voler à l’étalage pour remporter ton défi. Quelque chose d’enfantin. Les choses peuvent parfois paraître si simples et complexes sous des prismes différents. Espère-t-il découvrir où tu habites alors que tu lui dissimules volontairement cette information ? Tu te réserves le privilège de pouvoir débarquer chez lui quand bon te semble sans qu’il ne soit en mesure de le faire. Il le mérite au fond de ne pouvoir espéré rien de toi. Il t’a laissé derrière trop longtemps pour regagner ta confiance. Tu aimes ton frère pour autant l’amour n’excuse pas tout. Et puis vu dans quoi il trafique avec son nouvel emploi tu n’avais pas envie que cela se retourne contre vous deux. Le ciel se fait menaçant. Un orage éclatera d’une minute à l’autre. Patience.

Une impasse vous attend pour de moroses retrouvailles. « Cela fait combien de temps ? Six ou sept mois si je compte bien. » C’est drôle car toi Elly Strauss compte toujours tout, l’approximation mathématiques n’existe pas dans ta logique implacable. Alors que tu lui faisais dos, tu prends le temps de te retourner pour mieux apprécier la silhouette au bout du chemin. « Tu m’as devancé. Moi qui pensais te rendre visite d’ici la fin de la semaine – voilà que tu fais preuve d’initiative. » Pas suffisamment encore pour te surprendre mais c’est un fait qu’il vaut mieux taire. Une part de toi est sincèrement heureuse qu’il soit là mais tu n’es pas dupe. Il ne vient pas de lui-même sans une raison, une idée derrière la tête dont tu n’as malheureusement pas l’accès. Pour ce qui est de la filature pas besoin de le signifier oralement, il sait que tu sais. Ce n’est qu’un jeu silencieux de plus. Cela n’a toujours été qu’une question de jeu entre vous.

   
love.disaster

_________________
I'm a little dysfunctional, don't you know ?
○ Listen, They call me genius, I run the show. Woman be on my penis, it's wonderful. Demons think they the meanest. But I brung the foe on the flow. Little bit sick, don't you know? I'm a little dysfunctional, don't you know? If you push me, it might be bad.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jeux de vilains (Strauss #1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gladiateurs et les jeux de la Rome antique
» Jeux Géographie
» jeux de role mag 9
» [Software] Jeux Bonus d'après BIONICLE 1, le Mask de Lumière. (y compris un test de "Toa" )
» Autres jeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERVE :: Lorwels :: Morning Hill :: Residential Area-
Sauter vers: